la torture. C’est la thèse du "Parti Révolutionnaire Ivoirien" telle qu’exposée dans un document de quatre pages mis en circulation en 1966 [59].
Selon une seconde version, celle qui a cours encore aujourd’hui en Côte d’Ivoire, Ernest Boka aurait écrit, sous la dictée du président Houphouët-Boigny - comme l’avaient fait la plupart des autres accusés - sa "confession" dans la journée du 4 avril. Le 5, le président lui aurait demandé d’apporter des précisions et serait revenu le 6 de bonne heure pour lui demander de la modifier encore sur certains points. Boka, ayant surmonté entre temps le traumatisme de l’arrestation, aurait refusé, puis craché à la figure de M. Houphouët-Boigny qui aurait crié "tchignouno", "tchignonou" ( ? ) (battez-le, battez-le). Samba Ambroise et un gardien se seraient précipités sur Boka qui, dans la bagarre, aurait cassé le bras du premier, tandis que l’autre garde, par inadvertance, aurait brisé la nuque de Boka. En somme, une bavure similaire à celle qui avait coûté la vie à Audin en Algérie.
La troisième version est celle du suicide d’Ernest Boka, donnée par le président ivoirien lui-même, le 13 avril, en présence de toutes les notabilités du pays.

  1. Boka s’est suicidé, déclare le président, en utilisant le pantalon de son pyjama pour se pendre au tuyau de la douche [60].
  2. Selon le président Houphouët-Boigny, « Boka a eu le courage avant de se donner la mort et sans contrainte, d’écrire, noir sur blanc, ce que nous appellerons une sorte de testament politique » [61].
  3. Comme ce document, ajoute-t-il, a été montré à l’ambassadeur de France « trois ou quatre heures après la mort de Boka… ce document n’est donc pas un faux… l’écriture et le style sont de Boka ; il eut fallu évidemment plus de temps pour les imiter… » [62].

Que contient cette confession ? Bien peu de choses. Le malheureux Boka s’accuse de malversations, d’avoir milité dans une organisation estudiantine communiste à Grenoble en 1951-52 ; d’avoir engagé alors qu’il était ministre de l’éducation, deux "communistes notoires" étrangers comme

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique