président, avait passé son temps durant tout le trajet a essayer de le convaincre qu’il n’y avait pas de complot.
Mais pour M. Yacé, le principal objectif du "complot" n’était pas d’éliminer Jean Banny, le ministre de la Défense, mais bien J.B. Mockey dont le « retour… [ avait ] inquiété certains hommes qui avaient contribué à [ son ] éloignement… » [39].
Jusqu’à la fin juillet, ce dernier ignore ce qui se trame contre lui. Il se montre confiant. Dix-huit mois plus tôt, M. Houphouët-Boigny, sans doute pour limiter l’appétit et les ambitions de M. Yacé, avait remis à J.B. Mockey les insignes de grand officier de l’Ordre ivoirien et

avait tenu, à cette occasion, « à souligner sa joie et sa fierté de lui remettre cette décoration en présence de la plupart de ses camarades de lutte et d’exprimer ainsi combien tous ont pu apprécier la part qu’il a prise dans l’édification de notre jeune pays » [40]. Il s’agit en somme d’une réhabilitation.
Dans un tel contexte, J.B. Mockey, en dépit de son embarras et de ses scrupules, ne pouvait de toute évidence refuser sa nomination à la présidence de la Cour de Sûreté de l’Etat le 29 janvier 1963. Elle constituait toutefois, pensait-il, une preuve indéniable de confiance. Nouvelle promotion deux semaines plus tard, il se trouve porté à la tête du ministère de l’Agriculture et de la Coopération, portefeuille important dans un pays à vocation agricole.
J’avais, personnellement, une très grande estime pour M. J.B. Mockey à cause de son rôle dans le mouvement anti-colonial [41]. Mais je ne le connaissais pas. Le 5 juillet 1963, quelque deux mois après ma première prise de contact avec le président Houphouët-Boigny à la Conférence constitutive de l’O.U.A. à Addis-Abéba et deux mois avant son arrestation, M. Mockey avait eu l’amabilité de m’écrire pour me faire part de son intérêt pour deux de mes livres qu’il avait eus en mains.
En dépit de ma situation personnelle floue, à ce moment, dans la périphérie du Cabinet présidentiel, on m’annonce fin juillet ma participation avec MM. Diawara [<a href=’#nb42’ class=’spip_note’ rel=’appendix’ title=’Alors

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique