Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
La crise de régime

Au tout début de janvier 1970, le président Houphouët-Boigny avait donc rajeuni son Cabinet et réorganisé le P.D.C.I.
A ce moment-là, il croit en effet avoir atteint son but, c’est-à-dire le partage du pouvoir avec les fractions bourgeoise et intellectuelle de l’élite ivoirienne, mais sous le leadership politique des « aînés », c’est-à-dire des représentants des planteurs qui monopolisaient il n’y a guère le pouvoir.
Durant les dix années qui suivront, il luttera pour préserver l’équilibre originel de 1970 entre les trois composantes de la bourgeoisie ivoirienne. Dix années durant, il multipliera compromis et concessions, pour
préserver l’essentiel, à savoir la direction politique des affaires publiques. Il paiera de sa personne, il jettera dans la balance son prestige personnel pour parer les attaques des fractions non terriennes de la bourgeoisie.
Mais les récents événements ou plutôt bouleversements de la scène politique ivoirienne semblent indiquer que le Président, sous la pression des classes montantes, se trouve contraint d’aller beaucoup plus loin. Il ne s’agit plus en effet d’un nouveau partage ou même d’un partage autrement équilibré du pouvoir. L’enjeu se situe, depuis peu, au niveau supérieur, à celui, vital, de la direction du pouvoir.
Une abondance d’indices mettent en relief l’ampleur de la crise de régime que traverse la Côte d’Ivoire.
Il en est ainsi du VIIe Congrès et de l’entrée massive des jeunes au Bureau Politique après le rapport du « Camarade Houphouët-Boigny » [1], de la suppression du secrétariat général du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire et de la mise à l’écart de son titulaire depuis vingt ans, M. Philippe Yacé, sans doute à la grande satisfaction des anciens emprisonnés, Mockey [2] et Banny en tête.
Il en est ainsi de l’élimination des deux tiers des députés sortants et de l’afflux massif de nouveaux élus plus proches de la bourgeoisie d’affaires que de celle des planteurs.
Il en est surtout ainsi du remplacement de M. Philippe Yacé par Konan Bédié à la présidence de

1 2 3 4 5 6 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique