Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

part et d’autre. Ainsi la visite à Abidjan du Dr Busia, prévue officiellement pour le 20 septembre 1969 [34], sera retardée de sept mois.
Pourquoi ce report ?
Le 16 septembre 1969, des contrebandiers ivoiriens avaient tué un garde-frontière ghanéen et en avaient blessé un second au cours d’une échauffourée à la frontière. Pour des raisons de politique intérieure, sans doute, le Dr Koffi Busia se trouve dans l’obligation de reporter son voyage. Le président Houphouët-Boigny ripostera en refusant d’assister aux cérémonies marquant la naissance de la seconde République du Ghana. De plus, pour relever le caractère de représailles, il sera demandé à l’A.F.P. d’annoncer cette absence.
Ce problème des frontières ne cessera d’ailleurs d’empoisonner l’atmosphère entre les deux pays. Ainsi, la presse ghanéenne rapportera, en décembre 1969, l’arrestation par les autorités ivoiriennes de cinq gardes-frontières et six civils ghanéens, et n’hésitera pas à les qualifier de “mesures provocatrices”. Elle fera état également de déplacements de bornes-frontières par des fermiers ivoiriens.
Mais ce différend, sans être aplani, apparaît quand même secondaire devant tout ce qui unit le Dr Busia au président Houphouët-Boigny. La Côte d’Ivoire réservera un accueil triomphal au Premier ministre du Ghana quand il arrivera finalement à Abidjan, le 29 avril 1970, pour une visite officielle de onze jours en Côte d’Ivoire.

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique