Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
La politique africaine d’Houphouët-Boigny
La destabilisation du régime ghanéen

Le vendredi 5 avril 1957, M. André Blanchet, envoyé spécial du quotidien Le Monde, attend, à l’aérogare de Port-Bouët, prés d’Abidjan l’arrivée du Premier ministre du nouvel État souverain du Ghana. Son opinion ? « Deux grands destins, écrit-il, vont se joindre pour quelques heures, deux conceptions de l’Afrique vont s’affronter... L’idéal d’une indépendance complète, accompli un mois plus tôt par Kwame N’Krumah... [et] celui d’une communauté franco-africaine... »
Effectivement, à part la couleur de la peau et une compréhension directe approximative à travers deux langues vernaculaires proches, tout sépare les deux hommes. Et ce fossé ira en s’élargissant.
De cultures et de niveaux culturels hétérogènes, ayant eu à combattre deux systèmes de colonisation tendant théoriquement à des objectifs diamétralement opposés, conditionnés par des ambiances coloniales dissemblables aussi bien en Afrique qu’en métropole, ces deux fleurons de la colonisation représentent, de plus, des avant-gardes populaires différentes. La dissymétrie remonte d’ailleurs à la naissance : l’Ivoirien est fils de chef, le Ghanéen fils d’artisan.
Les origines des deux mouvements anticolonialistes ne sont pas moins dissemblables. Le mouvement d’émancipation de la Côte de l’Or est à direction intellectuelle, c’est-à-dire classique, similaire à ceux des Balkans au XIXe siècle et du Proche-Orient arabe au XXe siècle. En Côte d’Ivoire par contre, l’étendard de la révolte est brandi « par les planteurs, baoulés essentiellement, réunis au sein du Syndicat Agricole Africain pour combattre la position privilégiée du planteur européen » [1]. L’hétérodoxie du mouvement anti-colonial ivoirien se manifeste aussi par sa lutte pour le droit à la terre alors qu’en Gold Coast, le combat du docteur N’Krumah tend à assurer à ses partisans un espace vital administratif plus ample.
La première rencontre entre Félix Houphouët-Boigny, député de la Côte d’Ivoire à l’Assemblée nationale française, et son interlocuteur apollonien Kwame N’Krumah, militant du mouvement panafricaniste de Londres a lieu en 1947, dans un hôtel du VIIe arrondissement. À ce moment, M. Kwame N’Krumah revient d’un séjour de huit ans aux

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique