La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
Le partage du pouvoir

La consolidation de la bourgeoisie terrienne

_ L’épilogue de ces “com­plots” où la réa­lité de la lutte pour le mono­pole du pou­voir se trou­vait camou­flée par des consi­dé­ra­tions ésotériques, des accu­sa­tions de ten­ta­ti­ves d’assas­si­nats féti­chis­tes, de jets de cauris et autres malé­fi­ces, aura pour cadre la rési­dence du pré­si­dent Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. Le 9 mai 1971, y sont convo­qués tous les mem­bres du Conseil natio­nal, ainsi que les « anciens déte­nus » dont la plu­part avaient été libé­rés le 4 août 1966, et les der­niers (Mockey, Koné, Banny, Aoulou, Sidibé, Camille Gris et Paul Anaky) le 11 mai 1967. On n’y parle plus ni de cou­pa­bles, ni de condam­nés, ni même d’inculpés. Au moment où se tient ce « rendez-vous de la réconci­lia­tion, » la fameuse prison qui les héber­gea a été rasée au sol depuis deux ans.
« Mes chers frères, leur déclare le pré­si­dent Houphouët-Boigny, j’aime­rais que vous sen­tiez com­bien est grande et pro­fonde, la joie qui, en cet ins­tant, m’habite en vous accueillant aujourd’hui à Yamassoukro, et sur­tout en vous retrou­vant tous sains et saufs , après les moments som­bres qui ont secoué notre pays au cours des trois pre­miè­res années de son indé­pen­dance.
« Il nous faut à pré­sent, pour­suit le Président, tirer les leçons des deux graves [1] crises de confiance._ Il met ensuite en relief les « cir­cons­tan­ces natio­na­les et mon­dia­les » qui entou­rè­rent ces « crises de confiance » et en expli­quent « les déve­lop­pe­ments, les consé­quen­ces et les réper­cus­sions… » [2]
Dix ans plus tard, lors de la réu­nion du Conseil natio­nal du 12 juin 1980, il reconnaî­tra qu’« il n’y a jamais eu de com­plot en Côte d’Ivoire, ni de menace de coup d’État. » Il rejet­tera la res­pon­sa­bi­lité de ces événements sur la

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique