per­son­nel, de l’hos­ti­lité du pré­si­dent Houphouët-Boigny envers M. Philippe Yacé et qui ne peut s’expli­quer uni­que­ment par les remar­ques de ce der­nier sur l’actuel maire du Plateau ; de ses pro­blè­mes fami­liaux, domes­ti­ques, de ses rêves de plus en plus gran­dio­ses pour Yamoussoukro.
Il en est ainsi enfin sur le plan finan­cier, quand des fac­tu­res de four­nis­seurs de l’État ou même du Président res­tent impayées par­fois depuis plus d’un an.
Tous ces événements ont pour arrière-plan un malaise social indé­nia­ble. Les cen­tai­nes de cadres gras­se­ment payés par des socié­tés d’État se sont retrou­vés chô­meurs du jour au len­de­main, ou au mieux, ont dû accep­ter des postes bien moins rétri­bués. Les cols blancs dans leur ensem­ble ne cachent pas leur méconten­te­ment face à la hausse conti­nuelle des prix et à la sta­gna­tion, voire la régres­sion, de leur pou­voir d’achat. Les étudiants, trau­ma­ti­sés par le chô­mage de leurs aînés, sen­tent que l’avenir est bouché. Les grèves sau­va­ges des ouvriers se mul­ti­plient. La grogne des peti­tes gens devant le superbe des quar­tiers voi­sins devient gron­de­ment, voire hargne. Le lumpen pro­lé­ta­riat, formé en grande partie d’immi­grés entas­sés dans les bidon­vil­les des fau­bourgs, cons­ti­tue une masse de manœu­vre dis­po­ni­ble et récep­tive…
Circonstance aggra­vante pour la Côte d’Ivoire, cette crise de régime se mani­feste au moment même où l’économie et les finan­ces ivoi­rien­nes tra­ver­sent, elles aussi, une crise extrê­me­ment grave.
Par exem­ple, l’indus­trie en prin­cipe géné­ra­trice de plus-value, de pro­fits, cons­ti­tue un véri­ta­ble boulet pour la Côte d’Ivoire. En effet, selon le rap­port confi­den­tiel de la Banque Mondiale daté de février 1977, et déjà cité, « l’indus­trie, dans son ensem­ble, est sub­ven­tion­née, et la forêt et l’agri­culture four­nis­sent les moyens pour ce faire ». Si les mots ont une valeur, cela signi­fie que le sec­teur pri­maire sert, entre autres, à finan­cer le rapa­trie­ment des béné­fi­ces des entre­pri­ses à capi­taux étrangers aussi bien que les mal­ver­sa­tions et l’incu­rie des diri­geants, en
<< 1 2 3 4 5 6 7 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique