Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
La succession d’Houphouët-Boigny
Préface


















PREFACE


La Succession. En Côte-d’Ivoire, on en parle depuis un quart de siècle.
Le président Houphouët-Boigny lui même y avait fait allusion, tandis que M. Philippe Yacé, secrétaire général du Parti Démocratique de Côte-d’Ivoire, avait relevé que de nombreuses personnes se demandaient ce qui arriverait " après le Président Houphouët-Boigny...". C’était en 1965.


Il est vrai que, depuis, "le Sage de l’Afrique" rejette toute idée de retraite, anticipée par définition. Mieux, il donne volontiers l’impression d’avoir fait sienne la fameuse phrase : "Je n’ai pas eu de prédécesseur, je n’aurai pas de successeur", du général de Gaulle.


Dans la capitale économique de la Côte-d’Ivoire, on jase à nouveau,
et à profusion, sur un prochain changement à la tête de l’Etat.
Il ne s’agit plus simplement de rumeurs. On cite "des faits". Ainsi, certains observateurs ivoiriens mettent en relief la notable recrudescence des activités fétichiques, se traduisant par une multiplication de sacrifices propitiatoires dont on trouve parfois les traces dans certaines rues d’Abidjan, et encore plus à l’intérieur du pays. Ces faits d’évidence pour beaucoup

1 2 3 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique