/>


Jusqu’en novembre 1977, M. Ph. Yacé, en dépit de la mansuétude du Président envers le coupable, croira que cette affaire de concussion scelle le sort de M. Bédié, qu’il se trouve éliminé à jamais de la course à la Présidence. En effet, comment imaginer que quelqu’un traité de voleur - dans le quotidien officiel du Parti comme par des clients hargneux faisant la queue devant le guichet d’une banque à Abidjan - puisse prétendre devenir un jour Chef d’Etat, serrer la main d’un Président français ou être reçu à la Cour de Saint James ?


De toute évidence, et les événements en apporteront bien vite la preuve, M. Yacé sous-estimait la volonté de M. Houphouët-Boigny d’imposer son protégé comme Président de la République de Côte-d’Ivoire. De le pousser à la magistrature suprême en dépit de l’opinion peu charitable des journalistes sur ses capacités intellectuelles, de sa tentative puérile d’acquérir un doctorat et de son implication dans une affaire de concussion.


Avant la mi-novembre, M. Yacé prendra conscience que la lutte

pour la succession n’est pas terminée, que le Président n’a nullement abandonné la partie : il avait en effet demandé à M. McNamara, président de la Banque Mondiale, en visite à Abidjan, de l’aider à recaser ’momentanément" Konan Bédié très loin du pays.
Le Président de la BIRD s’empressera de créer pour M. Henri Konan Bédié un poste de conseiller spécial à la Société Financière Internationale, à Washington. Geste d’autant plus significatif que
M. Houphouët-Boigny ne songe nullement à trouver des "planques" similaires pour ses deux autres ex-ministres beaucoup moins corrompus.


Au lendemain de l’officialisation de sa disgrâce, Konan Bédié disparaîtra à nouveau de la circulation. D’aucuns affirmaient qu’il avait fait une dépression nerveuse. D’autres rapportaient qu’il s’était réfugié dans son village pour consulter les fétiches et qu’il y engloutissait des sommes fabuleuses. Selon une troisième version, il ne sortait guère de peur d’être traité à nouveau de "voleur".


Le nombre des courtisans aussi diminuera dans de fortes proportions.


Fin décembre 1977, il partira pour Washington.

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique