en visite officielle en Côte-d’Ivoire, rencontre son collègue M. Usher Assouan puis M. Mohammed Diawara ministre du Plan, mais s’abstient de saluer M. Bédié. Les observateurs étrangers sur place en concluent que le ministre des Finances se trouve seul impliqué et que les interventions du lobby baoulé ont échoué.


Dans sa livraison du 20 juillet 1977, Fraternité Matin publie enfin la liste des membres du nouveau gouvernement. On s’aperçoit que les noms des ministres-vedettes - MM. Bédié, Diawara et Sawadogo - n’y figurent pas, de même que celui de M. Usher Assouan. Les noms des trois premiers disparaîtront totalement tandis que la lecture de la presse ivoirienne apportera bientôt la preuve que la disgrâce de
M. Assouan est partielle : il fait toujours partie du Bureau Politique et - à cause sans doute du "mythe Usher" - se voit confier la mission de mener à bien la réforme de l’enseignement.


Le bilan définitif du projet sucrier sera établi en 1987 par M. Denis Bra Kanon, ministre de l’Agriculture, des Eaux et Forêts Développement ou appauvrissement, Economica, 1987, p.24. :
"Ainsi, écrit-il, alors que l’on estimait qu’en 1972, un projet irrigué ne devait pas dépasser en investissement 500 000 francs CFA/tonne de sucre produit, en Côte-d’Ivoire, l’on atteignait les niveaux suivants :



- Ferké II : 928 000 FCFA/T de sucre

- Bokotou : 959 000 FCFA/T de sucre

- Serebou : 786 000 FCFA/T de sucre

- Katiola/Marabadiassa : 1 158 000 FCFA/T de sucre

- Zuenoula : 1 081 000 FCFA/T de sucre

On peut constater, précise-t-il, que tous les complexes ivoiriens ont coûté de 57% à plus de 100% plus cher que ce qui était normalement admis... Ainsi, ajoute le ministre, bien que construits à la même époque, on remarque une très grande différence d’un complexe à un autre, en fonction de la plus ou moins grande habileté des promoteurs à tromper le gouvernement ivoirien."


Bien entendu, il s’agit d’un euphémisme : ce ne sont ni les promoteurs ni les fournisseurs d’équipements qui ont trompé le gouvernement. Mais bien le ou les ministres chargés de négocier les contrats...


Et la lutte pour la succession ?<br class=’autobr’

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique