base de l’affaire.
« Le premier témoignage est donc celui de M. Ladji Cisse qui déclare à l’assemblée avoir conduit, à la demande de M. Mockey, la voiture de celui-ci dans laquelle serait également monté M. Djibo Sounkalo. Ce dernier, alors qu’ils faisaient route vers Yamassoukro, serait descendu à Toumodi laissant Ladji Cisse continuer seul la route avec M. Mockey. A Yamoussoukro, en la présence de Ladji Cisse, M. Mockey aurait enterré une tête de chat dans la demeure de M. Houphouët-Boigny.
« - M. Mockey récuse ce témoignage parce que mensonger, précisant avec preuves que tout d’abord à la date dite, il se trouvait ailleurs, et que d’autre part, sachant très bien conduire sa voiture et ayant de plus un chauffeur dévoué, si tant est qu’il eût eu les intentions qu’on lui prête, il n’aurait en aucun cas eu recours aux services de M. Cisse comme chauffeur et encore moins comme témoin d’une action répréhensible.
« 2e témoin. - M. Bamaro Ouattara, marabout arrêté trois jours avant par la police et amené à Yamoussoukro. Ce marabout est inculpé, sur dénonciation de sa propre femme, d’origine baoulée, d’avoir tué un chat et de l’avoir enterré avec la photo de M. Houphouët-Boigny dans ses boyaux, au cimetière de Treichville. Le frère de la femme confirme la dénonciation en précisant que ceci a été fait à la demande expresse de M. Mockey.
M. Bamaro Ouattara déclare n’avoir jamais connu M. Mockey. M. Houphouët-Boigny accuse alors publiquement son propre beau-frère, M. Abdoulaye Sow (frère de la première épouse de M. Houphouët-Boigny) d’avoir servi d’intermédiaire entre MM. Mockey et Bamaro Ouattara. Abdoulaye Sow répond qu’il a été contacté par Bamaro : ce dernier ayant rêvé que M. Mockey était enchaîné, conseillait à M. Mockey, conformément à la coutume un sacrifice, notamment : un mouton blanc, un chat, un drap blanc. M. Abdoulaye Sow va trouver M. Mockey, lui communique le rêve de Bamaro et lui conseille, même s’il ne croit pas aux sortilèges, comme il le lui affirme, de se conformer à la coutume. M. Mockey lui remet ainsi 5 000 francs.
« Tout ceci s’est passé deux mois avant la réunion en cours à Yamoussoukro comme le confirme Bamaro lui-même. Cependant, fait curieux, il résulte de divers témoignages, qu’on a trouvé dans le ventre du chat du cimetière de Treichville non seulement la photo de M. Houphouët-Boigny mais un « grigri » identique à celui qu’on rapporte avoir été trouvé dans la valise de Mme Houphouët-Boigny à

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique