l’hôtel Friedland. M. Houphouët-Boigny lui demande, prétextant de contacts politiques utiles à prendre avec MM. De Nattes et Debré, de rester à Paris. Le prétexte officiel de l’ajournement du départ de M. Mockey sera toutefois, demande M. Houphouët-Boigny, la maladie de M. Koné Amadou, ministre de la Santé de Côte d’Ivoire. M. Mockey s’incline.
« Trois jours plus tard, M. Mockey rend visite au président Yacé, 35, rue de Longchamp, à Neuilly-sur-Seine. Celui-ci le reçoit très froidement. M. Mockey demande au président Yacé qui rentre le lendemain, 6 août, à Abidjan, de communiquer à M. Houphouët-Boigny son désir de regagner Abidjan le plus tôt possible. Le lendemain de l’arrivée de M. Yacé à Abidjan, M. Mockey téléphone à Abidjan à M. Yacé et à M. Houphouët-Boigny qui autorise son retour.
« M. Mockey rentre donc à Abidjan le 11 août dans le même avion que M. Guéna, Haut-Commissaire en Côte d’Ivoire.
« Dès son arrivée, il prend immédiatement contact avec ses amis : le climat est plutôt inquiétant. On raconte à Abidjan, lui rapporte-t-on, qu’il s’est gravement disputé avec M. Houphouët-Boigny, qu’on a trouvé des fétiches dans les demeures de ces derniers, qu’on lui prête la décision d’un prétendu mouvement d’indépendance de la Côte d’Ivoire, qu’en outre, on a saisi une lettre du ministre de l’Intérieur de la Guinée à lui adressée (lettre dont ci-joint la photocopie), enfin que de façon générale il comploterait avec la Guinée et le Ghana.
« Ému, M. Mockey rend visite le soir même à M. Houphouët-Boigny et lui fait part de ces rumeurs. M. Houphouët-Boigny rétorque que ces rumeurs sont conformes à la vérité et demande le rappel immédiat à Abidjan de MM. Ladji Sidibe et Djibo Sounkalo.
« Dès leur retour, ces derniers rendent visite à M. Houphouët-Boigny. Celui-ci leur confie la mission de voir clair dans cette affaire en consultant les féticheurs à cet effet. Spontanément, Ladji Sidibe et Djibo Sounkalo répondent que s’il y a complot, il ne peut s’agir que d’un complot dirigé contre M. Mockey.
« Le 20 août, sans lien avec la mission qu’il a feint de confier aux deux personnalités ci-dessus, M. Houphouët-Boigny convoque dans la cour de sa résidence à Abidjan les groupes ethniques du R.D.A. Il leur communique dans le détail les faits relatés dans le premier paragraphe qui auraient été constatés et les griefs qu’il a contre leurs auteurs.
« Du 26 au 29 août a lieu à Abidjan le Congrès

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique