Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

aussi « le régime policier et bureaucratique de la clique Sékou Touré » ? L’Étudiant Guinéen, à l’issue d’une analyse on ne peut plus dogmatique, invite ses sympathisants à opter pour cette seconde attitude.


Survient, sur ces entrefaites, l’arraisonnement, dans les eaux territoriales guinéennes, du chalutier “Kerisper” battant pavillon ivoirien et ayant Abidjan pour port d’attache. L’incident a eu lieu le 19 février 1967 : il sera divulgué seulement le 6 avril par Radio-Conakry. La presse ivoirienne, elle, gardera le silence sur le sujet jusqu’au 11 mai.
Les instructions du président Houphouët-Boigny sont claires : « Surtout, pas de manifestation d’émoi. » Il ne veut pas donner l’occasion à la propagande guinéenne de pavoiser. Entre-temps, les contacts établis par le comité clandestin de Paris, depuis plusieurs mois, avec certains ambassadeurs guinéens à l’étranger, ont donné un premier résultat : le 31 mars, M. Nabi Youla, fidèle de la première heure de M. Sékou Touré, ancien ministre de l’information, ancien ambassadeur en France, quitte l’ambassade de Guinée à Bonn, « choisit la liberté » et s’installe à Paris. D’aucuns voient dans cette désertion les prémices d’un coup d’État à bref délai.
Quoi qu’il en soit, le communiqué publié à Conakry donne à l’affaire du chalutier des proportions d’une vaste entreprise subversive, méticuleusement organisée. Bien entendu, il n’en est rien. Il s’agissait vraiment d’un de ces vieux bâtiments arrivés à l’âge de la retraite en France et transférés outre-mer où leur exploitation s’avérait encore possible.
Le 11 mai, le président Tubman annonce sa prochaine rencontre avec le président Sékou Touré ; son collègue ivoirien, ajoute-t-il, lui avait demandé d’obtenir de la Guinée l’abandon des accusations contre l’équipage.
Durant cette même journée du 11 mai, avec son sens aigu de la propagande, le président Houphouët-Boigny porte un nouveau coup au régime guinéen en plein désarroi, baigné dans des rumeurs de complots et d’arrestations, en annonçant la remise en liberté des derniers détenus des « complots » de 1963.
Néanmoins, si le pouvoir de M. Touré reste vacillant, il ne manifeste pas la moindre intention de libérer le chalutier ivoirien et son équipage.
Mais la malchance poursuit décidément le régime guinéen. En effet, le même Lansana Béavogui, ministre des Affaires étrangères de Guinée, qui avait

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique