fusil d’épaule : les « diables rouges » anglais débarquent à Amman pour raffermir momentanément, son trône chancelant.


Donc, pendant toute une phase du mouvement national, la féodalité continue à régner avec l’aide de l’étranger. Elle monopolise tous les postes de commande. C’est ce qui s’est passé en Égypte : les féodaux formaient la majorité au Sénat, tandis que sur le plan économique, ils colonisaient les conseils d’administration des grosses sociétés. Même situation en Irak et en Syrie.


Brimées économiquement et politiquement depuis des décennies, ce que l’on appelle les classes moyennes se trouvent donc sur la touche.
Elles ne constituent pas une force suffisante - en dépit de l’apport des masses - pour prendre le pouvoir et s’y maintenir. Il leur manque un instrument de domination. Ce rôle incombera à l’armée.


Les événements d’Égypte fournissent l’exemple le plus probant.


En Égypte, le métier des armes n’a jamais été considéré comme une « profession noble ». La troupe était composée,

jusqu’à ces derniers temps, des éléments le plus miséreux de la paysannerie, donc les moins instruits : on sait que le système du badal ou "rachat" était en vigueur dans l’armée, ce qui permettait aux fils de familles aisées d’échapper à la conscription, en versant la somme de 21 Livres Égyptiennes.


D’autre part, la discipline n’est pas faite pour plaire aux « fils à papa », quel que soit par ailleurs le prestige de l’uniforme.


Cet ensemble de conditions amenait les enfants mâles des grandes familles féodales ou de celles appartenant à la couche supérieure de la détourner du métier des armes et à lui préférer l’Université, et surtout la faculté de Droit.


Donc, premier résultat important, il n’existait au sein du corps des officiers égyptiens presque pas d’éléments issus des classes dirigeantes.


Mais si le métier des armes n’était pas considéré comme une « profession noble », il constituait cependant, pour certaines classes, une « profession qui ennoblit ». Pour le fils du fellah riche ou du commerçant appartenant aux couches inférieures de la bourgeoisie, et qui avait par conséquent

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique