/>


Ainsi, en 1882, le khédive Tewfik d’Égypte appelle les Anglais à son secours pour mater la rébellion d’Orabi Pacha. Dans son ordre du jour du 14 août, il déclarait en effet :« Les forces armées anglaises sont venues restaurer l’ordre en Égypte. En conséquence, nous leur avons accordé le droit d’occuper toutes les positions qu’elles jugent nécessaires. Ceci devant avoir pour résultat d’écraser la rébellion. »


Le 23 mars 1925, le roi Fouad se permet de dissoudre la Chambre des Députés - à majorité nationaliste - le jour même de sa réunion inaugurale. Cinq ans plus tard, il éliminera toute opposition en abolissant la Constitution. De tels actes auraient été inconcevables sans le soutien des armes anglaises.


En 1941, après le coup d’État de Rachid Ali el Kitani, le régent Abdulillah d’Irak réintégrera sa capitale dans les fourgons de l’armée britannique.


Enfin, il convient de se rappeler qu’en avril 1957, au moment des troubles de Jordanie, la VIe Flotte américaine avait reçu l’ordre de croiser au large des côtes orientales de la Méditerranée. Et ainsi de suite.


Mais quand l’un des deux alliés « trahit » l’autre, c’est le nationalisme seul qui en tire avantage.


En octobre 1922, le sultan-calife Mohamed VI demandait le protectorat de n’importe quelle puissance européenne, pour résister au nationalisme kémaliste. L’Occident ne bougea pas et le sultan se vit obligé de chercher asile à l’étranger.


Dès le 23 juillet 1952, Farouk demandait l’intervention de l’armée britannique de la zone du canal de Suez :

celle-ci s’abstint d’intervenir et, trois jours plus tard, le roi d’Égypte s’embarquait sur le Mahroussa, en route pour l’Italie.


Au Maroc et en Tunisie, ce sont les souverains qui « trahissent » la puissance dominante. Le résultat est le même : le nationalisme triomphe.


Quant au roi Hussein de Jordanie, il ne devait se heurter au nationalisme qu’après avoir tenté d’en devenir le symbole. On sait qu’en mars 1956, il s’était allié aux officiers libéraux pour chasser Glubb. Deux ans plus tard il change son

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique