jusqu’où il peut aller pour de l’argent. Il est même capable de recruter des terroristes. » À l’appui de cette accusation, est déroulée la longue histoire du personnage, depuis son arrivée en Côte d’Ivoire. Elle est effectivement étonnante.

Conseiller ?
Lorsqu’il arrive en Côte d’Ivoire, cet Arménien, né en Egypte, où il a eu des démêlés avec le régime nassérien, et qui parle l’arabe, jouit d’une excellente introduction. En l’occurrence, il s’agira du directeur adjoint du cabinet présidentiel, Diffre Tadet, qui le présente comme l’intermédiaire idéal entre la Côte d’ivoire et le monde arabe. De fait, il accompagne, en 1963, la président Houphouêt à Addis-Abeba pour le sommet de l’O.U.A, où il lui servira d’interprète. De cette date et jusqu’en 1969, il ne cessera de graviter dans les cercles du pouvoir, sans pour autant _les Ivoiriens le démentent vigoureusement_ occuper de fonction officieuse, et encore moins celle de « conseiller » du président. De bureau à la présidence, point. Et pas davantage d’accès aux documents confidentiels, lesquels, vous assure-t-on, ont toujours été sous bonne clef… Tout au plus concède t-on, a-t-il pu, grâce à « certaines » relations, « approcher » le président.
L’expression, il est vrai, laisse de la marge pour toute sorte d’interprétations, et chacun y mettra ce qu’il voudra. Cela n’est sans doute pas le plus important.

Entreprenant
Batmanian mène en tout cas une activité intense et tisse de nombreuses relations, notamment dans les milieux d’affaires à l’étranger. N’en a t-il pas lui même exagéré la portée ? Un vieux routier de la vie politique ivoirienne ironise sur le rôle d’intermédiaire qu’il aurait joué avec les milieux sénatoriaux américains : « Houhphouët n’a pas eu besoin de lui pour rencontrer Eisenhower, qui lui accorda son amitié. » C’était à l’époque, pour expliquer au président américain que la « communauté africaine, c’est l’indépendance… »
Un Houphouët qui a fini par s’irriter de l’énergie jugée encombrante, déployée par Batmanian : « Il était trop entreprenant… Le président n’attendait qu’une occasion pour s’en débarrasser. » L’occasion a t-elle été fournie par l’opération du blé canadien ? Curieuse histoire au demeurant, qui aurait conduit Batmanian à servir d’intermédiaire entre le gouvernement d’Elliot Trudeau et la Côte d’Ivoire, afin que soit proposé du

<< 1 2 3 4 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique