U-006-139

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.


















ÉNERGIE


31/12/76


LE PÉTROLE DE LA MER DU NORD COUVRIRA PLUS DU TIERS DES BESOINS BRITANNIQUES EN 1977.


Le pétrole de la mer du Nord va permettre, dès 1977, à la Grande-Bretagne, d’économiser 2 milliards de livres ( 17 milliards de francs). Il couvrira alors entre le tiers et la moitié des besoins du pays. C’est ce qu’a annoncé le ministre britannique de l’énergie, M. Benn, le 29 décembre, à Londres. "Il n’y a aucun doute, a précisé le ministre, que la Grande-Bretagne assurera l’ensemble de ses besoins en pétrole en 1980", ajoutant encore :
"Dans quelques années, des pays auxquels nous avons dû nous adresser récemment pour obtenir une aide à court terme nous demanderons d’assurer leur ravitaillement énergétique." Enfin, selon M. Benn, les relations avec les principaux pays producteurs de pétrole ont évolué depuis que la Grande-Bretagne est en passe de devenir l’un des leurs.


Un rapport des "Cambridge information and research services" révèle d’autre part, selon le Financial Times, que, contrairement aux craintes de certains spécialistes, la production pétrolière britannique continuera au-delà de 1990.


La C.F.P. s’intéresse à l’énergie solaire, - La Compagnie française des pétroles vient de prendre une participation majoritaire dans la société américaine Photon Power Inc. Cette firme dispose d’une technique originale pour la fabrication de cellules solaires, qui devrait permettre, à l’issue d’une nouvelle phase de recherche et de développement, un abaissement très sensible des coûts de production.


LA PRODUCTION SAOUDIENNE DE PÉTROLE

Alger souligne que Ryad a toujours respecté les intérêts de ses partenaires de l’OPEP


De notre correspondant


Alger. - Une revue de Beyrouth ayant prêté à l’Arabie Saoudite l’intention d’augmenter sa production de pétrole, les milieux algériens bien informés estiment que l’ "Arabie Saoudite ne fera rien qui nuise aux intérêts des pays membres de l’OPE sans pour autant sacrifier ses propres intérêts". On fait dans ces mêmes milieux cinq observations.


En premier lieu, on qualifie de "fausses" les informations selon lesquelles Ryad aurait porté sa production journalière de 8,5 à 10 millions de barils.
Selon les techniciens réunis récemment à Doha, la production saoudienne était de 9,3 millions de barils. L’augmentation - si augmentation il y a - serait donc de 700 000 barils par jour (moins de 8 %) et non d’un million et demi ; en tout état de cause, elle ne serait pas susceptible de perturber le marché ou de peser sur les prix.


La deuxième observation, c’est que techniquement l’Arabie Saoudite ne peut actuellement produire plus de 10 millions de barils par jour. On souligne ensuite que le monde évolue vers une pénurie de pétrole. Les avantages que les pays industrialisés pourraient tirer d’un relatif blocage des prix obtenu par toutes sortes de pressions et de manoeuvres ne se feraient sentir qu’à très court terme et seraient compensés à moyen terme "par un redressement très brutal des prix".
"L’intérêt des pays industrialisés, ajoute-t-on, serait donc de poser le problème avec réalisme et d’en discuter sérieusement avec les intéressés, notamment dans le cadre du dialogue Nord-Sud."


Quatrième observation : si l’Arabie Saoudite a procédé à une légère augmentation de sa production, il n’est pas sûr qu’elle persiste dans cette voie, car on a constaté dans le passé que Ryad "respecte les intérêts de ses partenaires de l’OPEP". On ajoute que l’Algérie "appliquera intégralement les décisions prises récemment à Doha". En ce qui concerne les déclarations attribuées au secrétaire général de l’Organisation concernant la non-application éventuelle de la hausse de 5 % en juillet 1977, on affirme à Alger qu’"elles ne sont pas fondées". On rappelle aussi que toute décision prise par le conseil des ministres de l’OPEP ne peut être annulée ou modifiée que par un autre conseil des ministres.


Dernière observation : on estime à Alger que "la presse occidentale lance toutes sortes de ballons d’essai, fait de l’intoxication et s’efforce de faire pression pour faire éclater l’OPEP".
"Cette attitude, ajoute-t-on, n’est pas réaliste". - P. B.


"Le système de double prix du pétrole ne peut être mis en oeuvre", affirme le ministre vénézuélien. - M. Valentin Hernandez Dacosta a déclaré, le 29 décembre à Caracas, que le double système d’augmentation des prix instauré au Qatar ne pouvait être mis en oeuvre et que les membres de l’OPEP procédaient actuellement à d’ "intenses démarches" pour parvenir à un accord unanime. L’actuel système ne bénéficie qu’aux compagnies et aux spéculateurs, a ajouté le ministre, en précisant que les différences d’appréciation actuelles à l’intérieur de l’OPEP n’étaient que transtitoires et qu’une nouvelle conférence pourrait se tenir dans les premiers mois de 1977.- (A.F.P.)

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique