U-006-085

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















LE MONDE

12 octobre 1976. . .

Comment les membres de l’OPEP
ont utilisé leurs « pétrodollars »


(En milliards de dollars)




1974


1975


1976
premier
semestre


EXCEDENT


55,0


31,7


14,9


PLACEMENTS AUX ETATS-UNIS


12,0


10,0


6,5


Dont dépôts en banque et bons du Trésor


9,3


1,1


1,6


Obligations


1,1


3,6


3,1


Actions


6,4


1,6


1,1


Autres


1,1


3,7


0,7


PLACEMENTS AU ROYAUME-UNI


7,2


0,2


- 0,8


Dont dépôts en banque libellés en £


1,7


0,2


-0,9


Bons du Trésor


2,7


- 0,9


0,8


Obligations d’Etat


0,9


0,4


0,1


Actions


0,7


0,3


0,2


Prêts directs


1,2


0,2


0,6


DÉPÔTS EN EURO-MONNAIES


22,7


9,1


3,7


plus dépôts dans d’autres pays que
les Etats-Unis et le Royaume -Uni





ORGANISATIONS INTERNATIONALES


4,0


2,9


1,8


Fonds monétaire et « facillité pétrolières »


1,9


2,7


1,3


Banque mondiale et institutions régionales


2,1


0,2


0,5


Dons et prêts aux pays en voie de développement


2,5


4,0


2,5


Prêts direct à des pays développés autres que les
Etats-Unis et le Royaume-Uni


4,5


2,0


0,7


Divers


2,1


3,5


0,5


Source : World Financial Markets , publié par le Morgan Gusranty Trust Compagny , à New-York , septembre 1976.


Les excédents financiers des membres de l’OPEP ont sensiblement diminué en 1975 et ont été , au premier semestre de cette année , a peu prés du même montant que pendant la pétrole correspondante de l’année précédente. Cependant les recettes pétrolières ont augmenté avec la reprise économique mais simultanément les importations des pays exportateurs de brut ont continué de s’accroître (dans une proportion un peu plus forte), ce qui explique que le surplus .a la disposition de ces pays , une fois leurs achats à l’étranger réglés , est resté du même ordre de grandeur . Précisions encore que les importations des membres de l’OPEP , après avoir connu une formidable progression en 1975 (+ 65%) , croissent actuellement au rythme d’environ 18% l’an . En chiffres absolus , elles devraient s’élever en 1976 à quelque 70 milliards de dollars (chiffre qui se comparé à des recettes d’environ 112 milliards).


On constate de grands changements dans les emplois qu’ont reçus les excédents pétroliers . En 1974 , les placements à court terme -dépôts en banque et souscriptions de bons du Trésor américain et britannique - représentaient les deux tiers environ du total . Cette proportion est tombée à quelque 31% en 1975 et à 24% en 1976 . En revanche ; les placements en obligations ainsi que les prêts directs aux pays développés (parmi lesquels on doit compter la souscription par les membres de l’OPEP à l’emprunt lancé par la C.E.E. ) sont passés de 14% du total au cours de l’année 1974 à 30% durant le premier semestre de cette années . L’évolution a encore été plus marquée pour ce qui concerne les investissements en actions et en titres de propriété , passés de 2% à 9% pendant la même période .


Au sujet de la répartition géographique des placements , on note la part croissante revenant aux Etats-Unis : 44% du total au cours du premiers semestre 1976 contre 32% en 1975 et 22% en 1974 . L’évolution a été en sens inverse pour la Grande -Bretagne : au cours du premiers semestre de cette années on a même enregistré un « désinvestissements » net (retrait de fonds) de l’équivalent de quelque 1,4 milliards de dollars . En 1975 il n’y avait en aucun investissements net à Londres alors qu’en 1974 les placements libellés dans les différentes places financières . Enfin , les dépôts en eurodevises continuent à représenter 1976 , contre , il est vrai , les 2/5 pendant l’année 1976.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique