Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-006-080

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















le 22.10.76

Après les déclarations du chah d’Iran


Une hausse du pétrole apparaît probable
à la fin de l’année.


Une hausse du prix du pétrole brut de 15% « serait un minimum » , a affirmé le chan d’Iran dans une interview diffusée le 20 octobre par la seconde chaîne de la télévision ouest-allemande . Venant après une déclaration identique du ministre des finances du Venezuela , cette précision permet d’envisager comme probable une hausse des prix du « brut » pour le 1 er janvier . L’Arabie Saoudite , malgré son souci de ne pas accentuer les facteurs inflationnistes dans les pays industrialisés , pourrait accepter une « hausse raisonnable » le 15 décembre des pays de l’OPEP .


L’Iran , a précisé le chah aux journalistes allemands , a perdu 40% de son pouvoir d’achat a l’importation depuis la dernière hausse des prix , le 1 er octobre 1975 . « Avec une augmentation de 15% nous perdrions donc encore 25%.  »


Déjà le 13 octobre , le ministre vénézuélien des finances , M. Hector Hurtado , avait estimé que le baril de pétrole brut « devrait être augmenté d’au moins 15%  ». Et il avait ajouté : «  Un consensus est en train de s’établir au sein de l’Organisation sur ce chiffre. »


Au moment ou de nombreux pays industrialisés mettent en place de lutte contre l’inflation , une hausse du prix du pétrole de la part des pays membres de l’OPEP apparaît donc de plus probable , car le Nigeria , les Emirats arabes unis — jusqu’ici aillés traditionnels de l’Arabie Saoudite — et l’Equateur se sont eux aussi déclarés partisans d’une augmentation .


Cependant , l’Arabie Saoudite - principal pays producteur parmi l’OPEP — semble réticente . Une hausse excessive , estime le ministre saoudien du pétrole , M. Yamani , atteindrait si gravement les pays industriels que les pays en voie de développement en subiraient les répercussions .

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique