Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-006-032

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















M 19.2.76

L’Iran offre un nouveau rabais sur son pétrole


L’Iran a proposé un rabais supplémentaire de 22 cents par baril à quatorze compagnies pétrolières afin d’accroître ses exportations de pétrole. La baisse des revenus pétroliers amène le gouvernement iranien à faire des économies. Il viendrait d’annuler, d’après le New York Times, une commande de quarante chasseurs américains Grumman F -14.


La baisse des prix sur le marché du pétrole prend une nouvelle ampleur. Non content d’avoir diminué, à la fin de la semaine dernière, de 9,5 cents (de 11,495 à 11,40 dollars), le tarif officiel du baril de pétrole "lourd", l’Iran vient de proposer un rabais supplémentaire de 22 cents par baril à quatorze compagnies. M. Mina, vice-président de la NIOC (National Iranian Oil Compagny), a toutefois précisé, acccolade verticale au stylo le 17 février, que cette ristourne ne serait accordée aux sociétés qu’en échange d’investissements pour la prospection et les exportations du brut Iranien.


Les quatorze compagnies pétrolières concernées - onze compagnies américaines, ainsi que la British Petroleum, Shell et la Compagnie française des pétroles - avaient signé, en mai 1973, un accord de vente et d’investissement après la prise de contrôle total par l’Iran de ses richesses pétrolières. accolade verticale au stylo Récemment Téhéran leur avait reproché de ne pas avoir rempli leurs engagements pour 1975, et d’être responsables de la forte diminution des exportations de pétrole.


Avec ce rabais supplémentaire de 22 cents, les compagnies pétrolières, si elles acceptent les conditions de la NIOC, pourront acheter le baril de brut "lourd" iranien à 11,18 dollars. Ce serait le prix le plus bas pour cette qualité, dans le golfe persique. Le Koweît et l’Arabie Saoudite demandent pour leur part 11,30 dollars.


Comment vont réagir les autres pays de l’OPEP à la nouvelle initiative iranienne ? L’Arabie Saoudite, qui s’est fait depuis longtemps le champion de la baisse, ne devrait pas s’inquiéter, d’autant que le brut "lourd" ne représente que 5% de sa production totale.accolade verticale au stylo En revanche, l’Irak, accusé d’avoir donné le signal de la baisse l’année dernière, en proposant des ristournes qui aurait atteint 1 dollars le baril, pourrait être amené à consentir de nouvelles diminutions de prix.


Confronté à la dure loi du marché, l’OPEP se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Les treize pays membres réussiront-ils à surmonter leurs intérêts aujourd’hui divergents et à mettre sur pied une stratégie commune où est-ce le début d’une surenchère à la baisse ?

J. - M. Q.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique