U-005-013

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.


















ENERGIE


HOUILLÈRES DU NORD ET DU PAS-DE-CALAIS
La relance de la production charbonnière se heurte à de graves difficultés


De notre correspondant


Lille, - Les Houillères du Nord et du pas-de-Calais ont produit, en 1974, 9 millions de tonnes de charbon, soit 1 400 000 tonnes de moins qu’en 1973. Si cette baisse de la production est encore très sensible, elle est toutefois moins forte que celle enregistrée de 1974 à 1973, et qui se chiffrait à une moyenne annuelle de 2 200 000 tonnes.


Ce "freinage de la récession" est le résultat des mesures prises à la suite de la crise de l’énergie. Il n’a été possible que par l’embauche de 2 300 ouvriers (1 400 Marocains et 900 autochtonnes), le ralentissement des mises à la retraite anticipée et pratiquement l’arrêt de toute mesure de conversion des mineurs du fond.
Le nombre d’ouvriers occupés au fond (24 000 environ) n’a diminué que de 1 830 en 1975, contre 4 200 en moyenne, au cours des trois années précédentes.


Ces résultats ont été présentés le 3 juillet à Lille par MM.Pierre Delmon, président du conseil d’administration et Max Hecquet, directeur général, qui ont noté que, en dépit des résultats acquis, le bassin du Nord et du Pas-de-Calais se trouve toujours aux prises avec des difficultés très graves.


En effet, on a enregistré une baisse du rendement moyen par poste-ouvrier : 1 965 kilos, contre 2 026 kilos en 1973. Et cette tendance semble se confirmer pour les six premiers mois de l’année 1975. Il serait étonnant que l’on puisse en 1975 tenir le programme prévu de 8 300 000 tonnes de charbon : on n’ira peut-être pas aux 8 millions de tonnes.


Ce tassement de la production tient sans doute à la dégradation constante du gisement, au vieillissement du personnel, et aussi au fait que les nouveaux embauchés sont encore en période de formation : mais une amélioration du rendement dans l’avenir semble de toute façon très hypothétique.


La question se pose donc de savoir si les objectifs du plan charbonnier approuvé en octobre 1974 par le ministère
de l’industrie pourront être tenus. Ce plan prévoit pour les Houillères du Nord et du Pas-de-Calais une extraction supplémentaire de 10 millions de tonnes en dix ans, pa la prolongation d’activité de certains sièges et la mise en exploitation, si possible, de certains gisements profonds que l’on cherche à détecter.


Sur le plan financier, la situation s’est pourtant améliorée, en raison de la majoration du prix de vente des combustibles. Le déficit du compte d’exploitation est de 158 millions de francs, contre 506 millions en 1973. On fait remarquer cependant que cette amélioration aurait été encore plus sensible si les pouvoirs publics avaient autorisé les Houillères à pratiquer des prix de marché.


GEORGES SUEUR.


CONJONCTURE
LES HAUSSES DE LOYERS COMMERCIAUX SONT LIMITÉES POUR 1975.


Ainsi que nous l’avons indiqué dans nos dernières éditions du 5 juillet, M.Vincent Ansquer, ministre du commerce et de l’artisanat, et M.Jean Lecanuet, ministre de la justice, ont décidé, avec l’accord des représentants des propriétaires et des locataires commerciaux, d’appliquer un abattement exceptionnel de 10 % sur le coefficient de 2,30 applicable aux loyers commerciaux en 1973. Cet abattement aura pour effet de ramener à 2,07 le coefficient qui détermine, pour les baux de neuf ans venant à expiration du 1er janvier au 31 décembre 1973, le plafond maximum d’augmentation des loyers commerciaux.


Les dispositions résultant de cet accord feront l’objet d’un projet de loi qui sera déposé par le gouvernement dès l’ouverture de la prochaine session parlementaire MM. Lecanuet et Ansquer ont proposé aux représentants des propriétaires et des locataires de réunir un groupe de travail.


6/7/75


LE COMMUNIQUÉ DE L’A.P.S.
L’Algérie maintient le prix de son pétrole au niveau actuel


L’Algérie a décidé de maintenir au niveau de 11,75 dollars par baril, FOB au port de chargement, le prix de son pétrole durant le troisième trimestre de l’année en cours, a annoncé vendredi l’agence Algérie Presse Service.


Ce prix est applicable à tous les clients de la Société nationale algérienne des hydrocarbures (Sonatrach), sans exception et quels que soient la qualité du pétrole et le port de chargement, précise l’agence algérienne, qui ajoute que les délais de paiement restent fixés à trente jours à compter de la date de fin de chargement.


Selon l’A.P.S., "certains milieux occidentaux intéressés ont misé sur la baisse du prix algérien de 11,75 dollars/baril, déjà en vigueur au cours du deuxième trimestre 1975, après les baisses enregistrées au Nigéria, en Irak et surtout en Libye. Ces milieux s’attendaient à une réduction substantielle du prix du pétrole algérien qui, selon leurs experts, ne devrait pas dépasser 11,15 dollars/baril pour être compétitif avec les pétroles nigérian, lybien ou irakien. En réalité, ce sont ces pétroles qui sont sous-cotés par rapport au prix du pétrole algérien qui, lui, est parfaitement en ligne avec les prix pratiqués dans le Golfe, principale région productrice de l’OPEP".


L’agence algérienne remarque que "ces milieux recherchaient en définitive, à travers la baisse du prix algérien, des arguments supplémentaires pour obtenir de nouvelles baisses en Méditerranée et au Nigéria, et provoquer l’effondrement de la structure des prix de l’OPEP".


"L’Algérie, affirme l’A.P.S., s’est donc refusée à s’engager dans la spirale de la baisse des prix. Ce faisant, elle espère que les autres pays de l’OPEP, qui ont procédé à des baisses injustifiées de leur prix, se dégagent de cette spirale et ne se laissent pas entraîner dans le processus de baisses successives que veulent leur imposer ceux qui spéculent sur les prétendues divergences entre les pays producteurs de pétrole et sur la division ou l’effondrement de l’OPEP."


L’Algérie vient de montrer une nouvelle fois à ceux qui considéraient que son important plan de développement la mettait dans une position de faiblesse et, partant, espéraient faire d’elle un agent de la spirale de la baisse des prix, qu’elle est toujours en mesure de déjouer leurs manoeuvres, car sa démarche allie la hardiesse au réalisme. Cette démarche a toujours consisté à adopter une attitude fondée sur les réalités et à ne pas se laisser impressionner par les campagnes de presse et les mesures d’intimidation que l’on déclenche de manière cyclique, afin de créer autour d’elle le climat propice aux décision qu’on voudrait lui faire prendre", conclut l’agence.


Faits et chiffres


LES PRIX DES SALAISONS DE LA CHARCUTERIE EN GROS ET DES CONSERVES DE VIANDES pourront être augmentés aux termes d’un texte publié au Bulletin officiel des services des prix (B.O.S.P.) du 5 juillet. Ces augmentations seront au maximum de 8 % pour les rillettes, de 6 % pour les saucissons secs et la charcuterie fraîche, de 5,5 % pour les produits en conserves.


LE PRESIDENT DE CHRYSLER VA DEMISSIONNER.- M.Lynn Townsend, président du conseil d’administration du troisième constructeur automobile américain, a annoncé , le 3 juillet, son intention de démissionner de son poste de 1er octobre prochain. Sa démission, précise-t-il dans un communiqué, "est dans le meilleur intérêt de Chrysler".


M.Townsend, âgé de cinquante six ans, était vivement critiqué depuis quelque temps en raison des mauvais résultats enregistrés par sa firme - une perte de 100 millions de dollars (411 millions de francs environ) au cours du premier trimestre 1975. - (A.F.P., Reuter.)

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique