Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-208

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















AFRIQUE
République Sud - Africaine


Le gouvernement aurait donné à Washington
l’« assurance formelle »
qu’il ne se doterait pas d’armes nucléaires


Le département d’Etat , démentant une déclaration du premier ministre sud - africain , M. Vorster qui avait assuré « n’être pas au courant d’une promesse faite a M. Carter » (le Monde du 25 octobre) , a affirmé lundi 24 octobre que le gouvernement de Pretoria avait donné à Washington l’« assurance formelle » qu’il n’avait pas l’intention de se doter d’armes nucléaires .


Le département d’Etat a donné des précision sur les discussions qui ont eu lieu , a ce sujet , entre Washington et Pretoria . L’Afrique du sud a fourni le 21 août , à la demande des Etats-Unis , les trois assurances suivantes  : elle n’est pas en possession d’explosifs nucléaires , de quelque nature que ce soit , destines à une utilisation pacifique ou militaire , et n’a pas l’intention de s’en procurer ; les installations situées dans le désert du Kalahari ne sont pas un centre d’essais d’engins nucléaires ; enfin ; Pretoria ne procédera à aucune expérience Selon Washington , ces trois assurances ont été réitérées par M. Vorster , dans une lettre transmise , le 13 octobre , au président Carter .


Le New York Times de ce mardi croit savoir que les Etats -Unis s’apprêtent à prendre des « sanctions  » contre l’Afrique du Sud a la suite du durcissement de la répression .


A LONDRES , au terme d’une longue conversation à laquelle participait Sir David Scotti , ambassadeur britannique à Pretoria (actuellement en congé , et qui ne regagnera pas son poste avant janvier ) . M. Owen , secrétaire au Foreign Office , a rappelé que le commerce entre Londres et Pretoria portait sur 100 millions de livres seulement , tandis que les exportations britanniques vers l’Afrique noire s’élevaient à 1 milliard 300 millions de livres .


Il a toutefois ajouté : « Nos liens économiques avec l’Afrique du Sud ne sauraient être rompus du lendemain sans provoquer une grave dislocation de notre économie et sans avoir des répercussions sévères sur l’emploi .  »
M. Owen a été plus discret - observe notre correspondant - sur le fait que les investissements britanniques en Afrique du Sud s’élèvent à 300 milliards de livres .


Ainsi , après avoir , au cours des derniers mois , condamné le régime de Pretoria dans les termes les plus vigoureux , le gouvernement britannique se trouve brutalement place , souligne Henri Pierre , devant un choix difficile .


Il est , en outre , inquiet des récentes déclarations de M. Young , ambassadeur américain à l’ONU . Celui -ci vient de préciser , en effet , dans une interview à l’hebdomadaire de Johannesburg , Rapport , que les « Etats -Unis n’opposeraient pas leur veto  » au cas ou le Conseil de sécurité proposerait de prendre des sécurité proposerait de prendre des sanctions contre Pretoria .


A PEKIN , le ministère des affaires étrangères a violemment condamné l’aggravation de la répression à Pretoria comme étant « une nouvelle atrocité fasciste.  »


EN AFRIQUE DU SUD même , le gouvernement a annoncé lundi la prochaine augmentation des loyers et des charges pour les habitants des cités africaines de la banlieue de Johannesburg Sept prêtres noires porteurs de pancartes hostiles au gouvernement ont été arrêtés alors qu’ils se dirigeaient vers le siège de la police . Des incidents sporadiques ont également éclaté dans plusieurs villes , notamment à King’s -Williams - Town , dans la province du Cap.


Enfin , M. Kruger , ministre de la justice , de la police et des prisons , a déclaré qu’il était désormais en possession des conclusions de l’enquête médicale ouverte après la mort du dirigeant noir Sieve Biko . Ce rapport d’autopsie , dont le contenu n’a pas été révélé , sera transmis au ministère public qui décidera , dans les prochains jours , de l’opportunité d’engager une action judiciaire .


Les pays africains vont demander

au Conseil de sécurité d’imposer à Pretoria

des sanctions « économiques et militaires »


De notre correspondant


New - York (Nations unies ). - Le Conseil de sécurité s’est réuni lundi 24 octobre pour examiner « la question de l’Afrique du Sud  » à la suite des mesures répressives prises par le régime de Pretoria . Les membres africains du Conseil ont annoncé leur intention de soumettre quatre projets de résolution déjà introduits en mars et qui n’avaient pas été mis ait vote


concernant la Namibie (qui serait sur le point d’aboutir ) , ainsi que le plan anglo-américain sur la Rhodésie . Dans une certaine mesure , la répression menée par le gouvernement de M. Vorster visait aussi à mettre les Occidentaux à l’épreuve : en échange de sa coopération en Namibie et en Rhodésie , il entendait avoir les mains libres dans

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique