Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-202

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















LE MONDE

le 22.8.77

SOCIAL - ÉCONOMIE
ÉNERGIE


D’ici à 2020 les besoins mondiaux seront multipliés
par trois ou quatre


Istanbul . - Les besoins énergétiques de la planète seront multipliés par trois ou quatre dans les quarante années à venir . C’est ce qui ressort d’un rapport sur la demande mondiale d’énergie jusqu’en 2020 , préparé pour la conférence mondiale par un institut de de recherches de Cambridge . Comme pour illustrer les inconvénients de la rareté énergétique , l’électricité est coupée plusieurs heures par jour dans la plupart des quartiers d’Istanbul .


Par simple extrapolation de la tendance des quinze dernières années (1960-1975) , la demande serait , avec 44 milliards de tonnes d’équivalents pétrole , sept fois supérieure en 2020 à la consommation de 1975 . Or , l’offre , à cette époque , ne dépassera guère 25 milliards de tonnes d’équivalents pétrole .


Fort heureusement , plusieurs facteurs ont infléchi cette évolution . Le taux de croissance des économies , les politiques de conservation d’énergies de conservation d’énergies et l’amélioration dans leur utilisation seront d’autant plus efficaces que les prix croîtront et que certaines pénuries apparaîtront : malgré tout , la consommation augmentera pour toutes les formes d’énergie . Il en sera ainsi pour le pétrole jusqu’au moment où la demande sera limitée par les ressources potentielles . Il faudra alors n souligne le rapport , réserver le pétrole au profit d’usages prioritaires , tels que les transports et l’industrie chimique .


Une partie importante de la nouvelle demande pour des combustibles fossiles sera satisfaite , directement ou indirectement, par le charbon dont la consommation atteindra en 2020 quatre à six fois son niveau actuel . Les 15% d’énergie primaire couverts actuellement par des ressources renouvelables (hydraulique , bois , solaire ) ne changeront pas en pourcentage , mais cela signifie qu’en 2020 le soleil fournira une énergie égale à celle de l’électricité en 1977 . Si l’on considère enfin la réparation géographique de cette consommation il ne fait aucun doute que la part des pays en développement s’accroîtra : avec 50% de la population mondiale en 1976 , ils n’absorbent que 15% de l’énergie de la planète : en 2020 , 65% de la population consommeront 25% d’énergie .


Fondée sur une série d’hypothèses , dont la moindre n’est pas l’absence , dans les décennies a venir , de désastres naturels , politiques ou économiques , cette étude n’a d’autre prétention que de fournir un certain nombre de scénarios pour ou faible . Toutefois , deux conclusions s’imposent à sa lecture . La première , c’est que l’énergie ne sera plus jamais bon marché . Les chercheurs de Cambridge supposent que le prix moyen réel en doublera au cours des vingt-cinq années à venir et et se demandent « si une telle modification peut évoluer d’une manière douce et naturelle , par le jeu normal des forces du marché résultant des prévisions de pénurie  ». La seconde , c’est le recours inévitable à l’énergie nucléaire , qui , pour satisfaire la demande , représentera 57% de la production électrique .


Cela paraît à ce point inéluctable aux experts britanniques qu’ils ne s’interrogent même pas sur l’oppositions des pays industrialises d’Occident , a cette source énergétique . Alors peut-être faudrait-il dire , comme le ministre turc de l’énergie , M. Man ; lors de la séance d’ouverture de cette sixième conférence mondiale ; la meilleure des ressources d’énergie , c’est l’espoir.


BRUNO DETHOMAS .

« TABLE RONDE »
SUR LE PLATONISME


Plusieurs pays , dont l’Allemagne fédérale et la France , out , lors de la réunion du conseil exécutif de la conférence mondiale de l’énergie , le 17 septembre , demandé et obtenu de réserver une « table ronde » « aux conditions régissant l’utilisation du plutonium » . Depuis la décision du président Carter, ont-ils dit , la question du plutonium est étudiée dans tous les milieux officiels . Aussi la conférence mondiale doit-elle jeter des lumières techniques sur ce sujet .


Lors du débat , les délégués soviétiques , bulgares et polonais n’ont pas caché leur inquiétude de voir débattre d’un sujet sur lequel les points politiques ne peuvent être distingués des aspects techniques et économiques . Cela n’a pas empêché un académicien soviétique . M. Styrikovitch , de préciser , le 19 septembre , que le plutonium « ne présente pas plus de danger que de nombreuses techniques utilisées quotidiennement dans l’industrie ou le transport ». Affirmant que la majorité des savants soviétiques partageaient son avis , il a ajouté :« Tous les problèmes techniques du surrégénérateur peuvent être résolus en temps utile . »

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique