Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-189

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.






























Page 18 - 4-5 septembre 1977...

LE MONDE
Le contrat franco-japonais de retraitement nucléaire
pourrait atteindre près de 3 milliards de francs


La France et le Japon signeront prochainement, avant la fin du mois suivant certaines informations, un contrat portant sur le retraitement par la Compagnie générale des matériels nucléaires (COGEMA) de 1 600 tonnes de combustibles nucléaires japonais irradiés . Ce contrat aura probablement une valeur proche des 3 milliards de francs.


M. Jacques Sourdille, secrétaire d’ Etat à la recherche, a visité, vendredi 2 septembre, l’ usine de La Hague (Manche) où ce combustible sera retraité, en principe à partir de 1983. Faisant allusion aux contrats de retraitement que la COGEMA, filiale à 100% du Commissariat à l’ énergie atomique (C.E.A.), négocie avec le Japon et d’ autres pays, notamment la République fédérale d’ Allemagne, il a notamment affirmé que "ni la France ni le Cotentin ne seraient les poubelles atomiques du monde" : les déchets issus du retraitement, a-t-il précisé, seront repris par les différents pays intéressés, qui les stockeront chez eux.


L’ usine de retraitement de La Hague est à ce jour la seule usine dans le monde capable de retraiter des combustibles des centrales nucléaires de type américain, celles désormais construites le plus fréquemment, Certes, la preuve n’ en a pas été définitivement apportée puisque une quinzaine de tonnes seulement de combustible de ce type, d’ origine suisse, ont été traitées jusqu’à présent. En principe, une nouvelle "campagne" est prévue pour le mois d’ octobre prochain, et M. André Giraud, administrateur général délégué du C.E.A, qui, avec M. André Teillac, haut commissaire à l’ énergie atomique, accompagnait M. Sourdille, a affirmé que la COGEMA prenait un "risque industriel parfaitement couvert" par les conditions des contrats prévus.


Compte tenu des besoins propres du programme nucléaire français, les installations actuelles de La Hague devraient être saturées vers 1985 : il était donc nécessaire de les agrandir. Il est prévu de doubler, puis de tripler, la capacité actuelle de 800 tonnes par an. Entre 1983 et 1992, on compte ainsi disposer d’ un excédent de capacité d’ environ 6 000 tonnes pour des contrats avec des pays étrangers.


Le Japon, qui a un important programme nucléaire, et compte adopter le surrégénérateur - ce qui lui impose de retraiter ses combustibles pour en extraire le plutonium- ne dispose que de la petite installation de Tokai Mura (200 tonnes par an), construite par la France et dont les Américains viennent d’ autoriser la mise en oeuvre (le Monde du 2 septembre).


Pour satisfaire leurs besoins supplémentaires en retraitement, les compagnies japonaises d’ électricité se sont tout d’ abord tournées vers les Britanniques, qui ont une usine à Windscale, en leur proposant un contrat portant sur 3 200 tonnes. Bien vite cependant, il apparut qu’ une telle opération excédait les capacités britanniques. La COGEMA n’ eut donc pas de mal à obtenir de son homologue, British Nuclear Fuels, une sorte de "partage" de ce marché. La situation pourrait même se renverser, puisqu’il n’ est pas sûr qu’ au terme d’ une enquête publique actuellement en cours, les Britanniques se décident à agrandir Windscale.


La position de quasi-monopole de la France, preuve, a souligné vendredi M. Sourdille, de "l’ excellence de la technique française", lui permet évidement de négocier tout à son avantage. Il semble ainsi acquis que l’ intégralité du montant du contrat avec les Japonais sera versé, par étapes, avant même la livraison des combustibles à retraiter : cela permettra à la COGEMA de financer l’ investissement nécessaire à l’ extension de la Hague. Les contrats en discussion avec d’ autres pays, l’ Allemagne fédérale en particulier, mais aussi la Suisse, l’ Autriche et la Suède, (on parle pour ce pays de 600 à 700 tonnes) pourraient s’ aligner sur les mêmes modalités. M. Guenter Scheuten, président de la société D.W.K., qui s’ occupe de retraitement en R.F.A., l’ a d’ ailleurs confirmé jeudi 1er septembre à Hanovre, faisant état de discussions portant sur le retraitement de 1 000 tonnes de combustible.


Au cours actuel du retraitement - plus de 300 dollars le kilogramme , - le contrat avec le Japon, qui, selon certaines informations japonaises non démenties à Paris, a été paraphé au début de l’ été, aura un montant proche des 3 milliards de francs. Et si l’ ensemble de l’ excédent de capacité de la Hague peut faire l’ objet d’ accords similaires, c’ est probablement près de 10 milliards de francs qui entreront ainsi dans les caisses de la COGEMA.


Dans tous les cas, comme l’ affirmé M. Sourdille, le client se verra retourner les déchets, très probablement sous forme de verres Actuellement, les déchets les plus radioactifs issus du retraitement, les " produits de fission ", sont stockés sous forme de solutions liquides, dans de grandes cuves qu’ il faut surveiller et refroidir. La vitrification consiste à inclure ces déchets dans des verres très spéciaux, ensuite recouverts d’ un emballage métallique. Le C.E.A. pense avoir trouvé là un moyen de garantir un stockage sûr de très longue durée. A Marcoule existent déjà des puits capables d’ accueillir ainsi les verres correspondant à l’ ensemble des déchets que produiront, jusqu’à leur arrêt, les réacteurs français du type graphite-gaz.  : il est en effet prévu de construire à la Hague une unité de vitrification utilisant un procédé mis au point en laboratoire à Marcoule et repris sur le même site dans un atelier de taille industrielle qui doit prochainement entrer en service.


Le retour au pays d’ origine du plutonium fera l’ objet d’ une procédure particulière, nécessitant notamment des accords intergouvernementaux. Dans le cas du Japon, qui doit encore obtenir l’ accord des Etats-Unis pour retraiter son combustible - accord qui semble acquis, - il est, par exemple, prévu que le plutonium ne lui sera pas restitué avant 1990. Et, si c’ est le cas, ce sera probablement pour les surrégénérateurs que compte développer ce pays.


XAVIER WEEGER.

UN JOUR
DANS LE MONDE



2. EUROPE


3. AFRIQUE
OCEAN INDIEN
ASIE
AMERIQUES


4. PROCHE-ORIENT


4-5. POLITIQUE
- "La République et les droits
de l’ homme" (II), par
Jacques Chirac.


6. RELIGION
EDUCATION
EQUIPEMENT


LE MONDE AUJOURD’HUI
- Au fil de la semaine : les
belles brochures, par Pierre
Vianson-Ponté.
- Lettre de Chéju, par Jean de
La Guérivière.
- L’ histoire : Protestants françats,
par Jean-Marie Mayeur.
- RADIO-TELEVISION : A la
poursuite des électeurs, par
Roland Cayrol.


12. LE FEUILLETON


. JUSTICE
MEDECINE
SPORTS


14-15. ARTS ET SPECTACLES


16. LA VIE ECONOMIQUE
ET SOCIALE


17. LA SEMAINE FINANCIERE


LIRE EGALEMENT


RADIO-TELEVISION (10 à 12)


Aujourd’hui (13) ; Carnet (14) ; "Journal officiel" (13) ; météorologie (13) ; Mots croisés (13).

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique