Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-167

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















SUISSE : pas de centrale nouvelles
avant le vote d’une loi

Le 30.8.77


Berne . - Bravant la pluie , plus de dix mille personnes ont manifesté samedi 27 août à Berne devant le palais fédéral , siège du gouvernement helvétique , pour réclamer un moratoire atomique de quatre ans . La manifestation s’est déroulée dans le calme mais les manifestants ont averti le Conseil fédéral que , en cas de refus du moratoire , ils n’hésiteraient pas «  à l’imposer eux-mêmes par des mesures appropriées .  » . D’autre part , plusieurs milliers de personnes ont participé en fin de semaine à une kermesse anti-atomique à proximité de l’emplacement prévu pour la construction de la canton de Berne .


Une pétition signée
par 91 000 citoyens

par>
Jamais , en Suisse , la controverse adversaires et partisans de l’énergie nucléaire . Une pétition signée par quatre-vingt- onze mille citoyens demandants l’arrêt pendant quatre ans de toute construction atomique a été adressée le 23 août au gouvernement fédéral . De son côté une commission parlementaire examine une proposition analogue d’un député socialiste . Le 23 août également l’assemblée générale de l’Association pour l’énergie atomique est partie en guerre contre ses adversaires présentés comme « des victimes d’une poignée d’extrémistes qui utilisent leur mécontentement pour saper les fondements de la société  » ,


Pour sa part , le gouvernement helvétique a présenté , le mercredi 24 août , les grandes lignes de son projet de révision de la loi sur l’utilisation pacifique de l’atome . Il entend demeurer l’instance suprême des décisions pour l’octroi des permis nucléaires et ne pas se désister de ses prérogatives au profit du Parlement Néanmoins , la nouvelle loi prévoit qu’un recours pourra être présente dans les quatre-vingt-dix jours contre tout projet de centrale . Malgré l’opposition des compagnies d’électricité , le gouvernement a également décidé d’introduire une clause dite <> . Selon cette disposition , les promoteurs devront démontrer que la construction d’une nouvelle centrale répond à l’intérêt national pour obtenir une autorisation . La responsabilité de l’élimination des déchets incombera aux constructeurs de centrales , mais en collaboration avec l’Etat .


Avec l’accord préalable
des populations concernées


Enfin , le gouvernement helvétique est hostile à une initiative en faveur de «  la sauvegarde des droits populaires et de la sécurité , lors de la construction de centrales nucléaires  » . Ayant recueilli cent vingt-cinq mille signatures , ce projet de loi demande , en effet , que les concessions de centrales nucléaires soient désormais octroyées par le Parlement , avec l’accord préalable des populations concernées . Malgré l’opposition du gouvernement , cette proposition sera soumise à l’appréciation des citoyens dans le courant de l’année prochaine , et aucune nouvelle autorisation ne sera accordée jusque-là . Les auteurs de cette initiative populaire ont dernièrement reproché aux autorités de faire surveiller les adversaires des centrales par la police et « de se placer sur la voie directe qui conduit à l’Etat atomique totalitaire et à l’enterrement de la démocratie  ». Rejetant ces accusations , M. Ritschard , chef du département fédéral des transports et de l’énergie , a cependant reconnu que , d’après un rapport de la police fédérale rédigé à la demande des autorités , le nombre des opposants aux centrales atomiques était en augmentation .


JEAN-CLAUDE BUHRER .

ALLEMAGNE : le chancelier
Schmidt refuse le moratoire .


- La République fédérale d’Allemagne ne renoncera pas à l’énergie nucléaire . C’est ce qu’a déclaré , samedi 27 août , le chancelier Helmut Schmidt au cours d’une réunion du parti social-démocrate à Esslingen , en Bade-Wurtemberg . « Aucun grand pays industriel ne pourrait se permettre une telle renonciation  » , a dit chancelier , répondant ainsi à la demande de moratoire présentée de manière de plus pressante par une partie de l’opinion allemande . « En tout cas , je ne le ferait pas  » , a affirmé M. Helmut Schmidt , fondant sa détermination sur le fait que la R.F.A. doit se ménager toutes les possibilités sue le plan énergétique .


Les écologistes européens se regroupent . - Les adversaires du nucléaire au niveau européen . C’est ce qui résulte des décisions prises à l’issue d’un symposium qui a réuni , pendant le week-end , a Bergisch-Gladbach , prés de Cologne (Allemagne fédérale) , les représentants de trente organisations de défense de l’environnement venu d’une dizaine de pays d’Europe . Des listes de candidats au Parlement européen ont déjà été établies , qui comprennent des Italiens, des Française , des Belges et des Néerlandaise . Un centre européen d’information sur le mouvement antinucléaire va être créé .


Manifestation en Italie . - D’autre part , en Italie , plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans le calme , dimanche 28 août , contre la construction d’une centrale nucléaire à Montalto di Castro , à 160 kilomètres de Rome . Depuis un mois , les contestataires campaient autour du site .

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique