Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-152

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















ÉCONOMIE ET

Le 16.8.77

ÉNERGIE
Face à la crise du raffinage


LES GROUPES PÉTROLIERS
NE DOIVENT PAS SE LIVRES A DES « LUTTES STÉRILES »


estime le directeur des carburants


Le développement de raffineries dans les pays producteurs n’est pas une bonne chose dans les circonstances présentes , estimé M. Piketty , directeur des carburants , qui a récemment développé , au cours d’une réunion des dirigeants de moyennes entreprises de négoce et de distribution des produits pétroliers , ses idées pour résoudre la crise de l’industrie du raffinage .


Compte tenu d’une capacité de raffinage pléthorique , «  il n’est de l’intérêt de personne ni dans la Communauté ni dans les pays exportateurs de voir se développer des investissements inutiles globalement , coûteux et générateurs de peut d’empois  » . Ces investissements « devraient donc a priori se limiter à la satisfaction des marchés intérieurs , a ce qui est nécessaire pour assurer le développement à l’exploitation sur des marchés assez disséminés , faibles individuellement et parfois fortement déséquilibrés .  »


M. Piketty se prononce en faveur d’un système d’affichage des prix de gros à la sortie des raffineries et des principaux dépôts . Si , « les cotations de Rotterdam représentent bien l’état du marché de gros , aux différentiels de transport près , on voit mal pourquoi un tel affichage pour les transactions à court terme ne pourrait être mis en place , dût-il changer fréquemment . Cela constituerait un progrès sérieux dans le fonctionnement du marché.  »


Mais , pour le directeur des carburantes , cela ne saurait suffire . Le remède à la crise du raffinage se trouve . . . ailleurs . Dans l’adoption , notamment des mesures destinées à empêcheur que les «  profits issus des productions domestiques ne soient divertis insidieusement vers les activités de raffinage et de distribution comme c’est en certains endroits le cas aujourd’hui .  »


Ces profits obtenus sur le soi français ne doivent pas servir à «  des luttes stériles  » entrez les groupes .


M. Piketty pense que l’on pourrait également « s’inspirer du traité CECA et limiter les quantités traitées par les raffineries avec un contrôle des prix de gros maxima , a l’instar de ce que font aujourd’hui les Japonais pour ménager le dynamisme de leur industrie pétrolière dans le recherche de nouveaux approvisionnements .  »

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique