Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-098

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.

















12/1/77

A L’ ETRANGER


Le Maroc voudrait exploiter ses importantes
réserves de schistes bitumineux


De notre correspondant


Rabat. - Le Maroc dispose d’ une réserve reconnue de l’ ordre de 12 milliards de tonnes de schistes bitumineux, a récemment indiqué la secrétaire d’ Etat à l’ industrie et aux mines, M. Moussa Saadi. Le Maroc ne peut guère couvrir que 20% de ses besoins en énergie avec son gaz, son charbon et la puissance hydraulique de ses barrages. Le reste provient de l’ importation de produits pétroliers avec les lourdes conséquences qui en résultent pour la balance des paiements du pays.


Les schistes bitumineux constituent une richesse potentielle que les dirigeants marocains veulent exploiter. Plus de 10 milliards de tonnes se trouvent à Timahdit , dans le Moyen Altas, à 90 Kilo-mètres environ au sud-ouest de Meknès, et plus de 1 milliard de tonnes dans la région de Tarfaya, à 300 kilomètres environ à vol d’ oiseau au sud-ouest d’ Agadir. Ce dernier gisement, reconnu sur une centaine de kilomètres en bordure de l’ océan Altantiqu, n’ est qu’ une partie de plus vastes réserves estimées à plusieurs dizaines de milliards de tonnes et qui se prolongeraient, comme l’ a annoncé le roi Hassan II dans le discours du trône (le Monde du 5 mars), dans les provinces marocaines du Sahara occidental jusqu’à Laayoune et Boujdour (excap Bojador).


C’ est sur le gisement de Timahdit que les travaux ont été le plus poussés. Pour développer leur connaissance des techniques de valorisation des schistes bitumineux, des cadres et des techniciens marocains se sont rendus en U.R.S.S., aux Etats-Unis et en République fédérale d’ Allemagne.


Dans chacun de ces pays, des contrats d’ études ont été conclus par le Bureau marocain de recherches et de participations minières. Il en résulte que, dans une première phase, le gisement de Timahdit peut être exploité en carrière à raison de 30 à 40 millions de tonnes de schiste par an ce qui donnerait environ environ 3 millions de tonnes de pétrole brut.


Les cours mondiaux du brut atteignent des niveaux de plus en plus élevés, les dirigeants marocains sont très attentifs aux recherches des pays industrialisés qui s’ efforcent de mettre au point des techniques économiques rentables pour la valorisation des schistes bitumineux. "Le Maroc, a dit M. Moussa Saadi, se doit de continuer à suivre de très près l’ évolution internationale dans ce domaine pour être à même de lancer des projets de mise en valeur dès que les problèmes technologiques et économiques en cours d’ étude seront définitivement résolus."


LOUIS GRAVIER.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique