U-003-032

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















L’ÉTRANGER
L’AFFAIRE PERTAMINA
Quand le général Sutowo
se fait restaurateur


De notre correspondant


New-York . - Les clients - hommes et femmes d’affaires touristes égarés , jolies secrétaires , et leurs chevaliers servants - qui se pressaient , jeudi 3 février , autour de la 52 e Rue , c’est-à- dire au cœurs de Rockefeller Plazza , haut lieu des multinationales et des trusts de l’édition , ne se doutaient pas qu’ils se mouvaient au centre d’une tempête . Le Rumanaya , qui présente en fin de semaine des danses balinaises , vient d’être arraché a ses rêveries exotiques par un scandale qui fait la « une » des journaux .


La commission des opération en Bourse (SEC) vient d’accuser le général Ibou Sutowo , ancien président de Pertamina - monopole pétrolier de l’Etat indonésien — d’avoir créé ce restaurant à New-York à l’aide de fonds extorques (en tout 1,1 million de dollars ) ) cinquante-quatre grandes firmes américaines et et étrangères . Reproche : avoir procédé , en 1969 , à une émission d’actions non enregistrée .


« Un geste
de bonne volonté »


Interrogés par la presse , plusieurs présidents des compagnies impliquées ont reconnu avoir acheté des parts du restaurant . Il s’agissait dans leur esprit de «  faire un geste de bonne volonté à l’égard de l’Indonésie . » Les firmes mises en cause étaient allées chacune de sommes varient entre 5 000 et 50 000 dollars . On citera parmi elles Mobil Oil ,Philips Petrofeum , Atlantic Ritchfield , Union Oil , Guif & Western , Mitsubishi , Mitsui , Armco Streel , Mosanto et la Banque de Paris et de Pays-Bas . Toutes ces sociétés entretenaient des relations diverses avec Pertamina .


La commission pour le cautionnement est en possession de lettres rédigées sur le papier à en-tête de Pertimina et adressées aux sociétés précitées pour les inviter à acheter des parts du restaurant dont le général Ibnu Sutowo est le propriétaires : «  Ce restaurant , disaient-elles , servira à améliorer l’image de marque Indonésienne aux Etats-Unis et à encourager les hommes d’affaires américains à investir en Indonésie . Aux firmes qui n’avaient pas immédiatement défié lettres furent envoyées par la suite où l’intérêt personnel que le général Sutowo portrait au restaurant » était souligné .


La commission affirme que M. Sutowo «  a forcé la main  » aux sociétés et les a obligées a faire un investissement pour des raisons qui n’aivaient rien à voir avec leur intérêt économique . La commission accuse , d’autre part , 1e«  entreprise Indonésienne  » par le truchement de laquelle M. Sutowo contrôle le Rumanaya d’avoir vendu plus que les cinq cents parts qu’elle avait annoncées . C’est une façon voilée de dire , bien sûr , que les «  investissement  » dans le Rumanaya n’étaient que des pots-de -vin déguises .


Un porte-parole d’Atlantic Ritchfield a déclaré cependant que «  compte tenu des activités offshore de notre société en Indonésie , l’investissement dans la Rumanaya ne résultait pas d’une contraire  »


LOUIS WIZNITZER .


( Le général Sutowo n’en était pas à une imprudence près . Parmi les nombreuses dettes qu’il a contractées — souvent irrégulièrement , puisqu’il engagerait l’État Indonésien sans en avoir de droit - figure l’achat en location-vente , sur dix ans , d’une trentaine de navires . Certains étaient des pétroliers que le général comptait utiliser non Indonésien , mais pour la loca-indonésien , mais pour la location à des pays étrangers afin de gagner des devises . Les pétroliers , comme les autres cargos , n’ont finalement rien rapporté et l’Indonésie n’a pas été capable de les payer .


Différentes actions judiciaires sont actuellement menées à New-York , à Hongkong et à Singapour . Le gouvernement Indonésien , qui essaie d’éponger les dettes de Pertamina , a obtenu — avec l’aide de ses avocats --- l’annulation de deux contrats (un avec une société norvégienne n l’autre avec Burma Oil Tanker ) portant sur cinq navires au prix d’un dédit de 50 millions de dollars . Il reste qu’actuellement Pertamina doit encore à quatre autres groupes la coquette somme de 2,7 milliards de dollars . — AL. V. )

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique