Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

U-003-029

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















Le prix du fuel lourd
augmenté
de 10,9 % ?


M. Barre semble hésiter à ratifier une hausse du prix du fuel lourd de 10,9 % à compter du 1er février. le ministre de l’économie et des finances indiquait, ce mercredi 2 février, en fin de matinée "qu’aucune décision n’a encore été arrêté". La veille pourtant, un " contrat de modération" avait été mis au point entre la direction des prix et la profession pétrolière selon lequel le prix du fuel lourd devait augmenter de 40 F par tonne, les huiles de base (lubrifiants) de 8,60 F


3.2.77


pour 100 kilos, les bitumes de 47 F la tonne, les essences spéciales (dont les carburéacteurs) en moyenne de 6 %. En revanche, le prix du naphta ne devait pas changer, et la profession pétrolière s’étant engagée à n’opérer aucune majoration de prix sur le gaz de pétrole liquéfié (butane,propane).


Ce contrat porte sur les produits dont le prix avaient libérés le 17 mai 1976 (fuel lourd et naphta) et sur les petits produits, soit 35 % des produits pétroliers consommés en France. Les prix des carburants, du gaz-oil et du fuel domestique restent soumis à une fixation autoritaire. De nombreuses branches industrielles attendent de connaître le prix du fuel lourd pour signer elles aussi de " contrats de modérations". Quand à la profession pétrolière, elle estime que cette hausse serait insuffisante et craint qu’elle ne retarde l’augmentation des prix de l’essence et du fuel domestique, indispensable, selon elle, pour répercuter les hausses des prix décidées par l’ OPEP et pour elle, pour répercuter les hausses sans tenir compte de la dépréciation du franc par rapport au dollar depuis la dernière augmentation.


Modération ?


Parler de " modération" lorsque on parle d’augmenter le fuel lourd de 10,9 % par rapport aux barèmes de septembre peur paraitre étonnant.


Mais c’est la conséquence logique de la libération des prix de certains produits pétroliers décidés en mai dernier. Bloqués en septembre dans le cadre du plan Barre les prix "français" du fuel lourd ont pris un retard certain par rapport au cours du marché international.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique