Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-26-005-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















CENTRE D’INFORMATION DU NIGER

TAITBOUT 59-58
50-40


LE DIRECTEUR


le 27 mai 1972


13BIS, RUE LAFFITTE
PARIS - IXe

PROJET SUCRIER AU NIGER

I - LA SITUATION SUCRIERE ACTUELLE
1. Sur le plan mondial
Selon le Dr Viton, responsable des questions sucrières à la FAO :


a. Le monde risque de manquer de sucre en 1980, époque à laquelle la demande atteindra 93 à 95 millions de tonnes soit une augmentation de 30 % par rapport à 1970 (contre 46 % entre 1960 et 1970).

b. Les prix vont aller en augmentant, car le déficit augmentera. Par ailleurs, les cours mondiaux sont passés de 5 à 9 cents la livre.

2. Sur le plan de l’Afrique Occidentale Française

a. La production sucrière dans les pays voisins du Niger en est encore à ses débuts. Ainsi :


en Haute Volta, il n’existe qu’une usine d’agglomérés qui transforme les granulés importés en morceaux ;

en Côte d’Ivoire, le projet sucrier - 43.000.000 de dollars d’investissements - débouchera sur une production limitée à 50.000 tonnes, incapable donc de satisfaire ses propres besoins ;

au Mali, il y a un projet chinois de sucrerie de 30.000 tonnes ;

+ projet 3 usines au Nigeria, l’usine de Bacita n’arrive pas à couvrir les besoins du pays qui peut devenir un marché pour le Niger, dès le redressement de sa monnaie.

projet plaine du Mono

b. La consommation moyenne en 1969 était évaluée à :


Mali

4,700 kgs par hab./an


Haute Volta

2,300 kgs par hab./an


Niger

3,500 kgs par hab./an


Dahomey

3,800 kgs par hab./an


Togo

3,200 kgs par hab./an

En fait, du moins en ce qui concerne le Niger, ce chiffre de 3,500 kgs est sous-évalué, car il est fonction des seules importations officielles

3. Sur le plan nigérien
Les besoins actuels du Niger ont été évalués à 15.000 (+ ou - 18.000) tonnes de sucre dont :


4.000 tonnes en granulés,

5.500 tonnes en morceaux,

5.500 tonnes en pains.



Pour les même raisons qu’indiquées ci-dessus, le chiffre de 15.000 tonnes paraît sous-évalué.

Il faut tenir compte également, dans le cas du Niger, comme dans ceux du Mali et de la Haute Volta - pays sans littoral, éloignés du bord de l’océan - des frais élevés de transport.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique