N-24-006-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















PERSPECTIVES NIGÉRIENNES .


Edité par le CENTRE D’INFORMATION DU NIGER


13 , Boulevard Haussmann - Paris IX ème


Mars 1967


MENSUEL n° 6


SOMMAIRE


4.000 kilomètres à travers le Niger


1


Le Niger à Bordeaux


1


La préférence accordée aux oléagineux


2


La bataille pour l’eau


2


. . . et une pêche miraculeuse


2


L’extension des cultures maraîchères


3


25.000.000 de francs de la France


3


Lu pour vous


4


La structuration du mouvement syndical


5


Nouvelles brèves


6


Chronique législative


6


Les Télécommunications du Niger


7


Connaissance du Niger


8


Pages spéciales . . .



4.000 KILOMETRES A TRAVERS LE NIGER


Le Chef de l’Est est rentré à Niamey après à Niamey une tournée de deux semaines à l’intérieur du pays . Parti de Niamey le 2 février , à la tête d’une importante délégation , le Président Diori a parcouru 4.000 kilomètres , tant en zone sédentaire qu’en zone nomade .


Au cours de son long voyage destiné à expliquer aux populations ce qu’est le combat économique entrepris par le gouvernement , le Président Diori a inauguré la cimenterie de Malbaza et une sous-préfecture . Il a visité des usines de décorticage d’arachides , une usine d’égrenage de coton et des travaux de forage .


A chaque étape le Président Diori a tenu à souligner la nécessité de l’intégration nationale et à relever que l’union entre les ethnies était désormais chose faite au Niger .


LE NIGER A BORDEAUX


Présidée par M. Barkiré Alidou , Ministre des Affaires Economiques et de l’industrie , en remplacement du Président Diori , la conférence de l’Organisation Commune Africaine et Malgache sur les problèmes de la planification s’est réunie à Bordeaux du 26 au 29 janvier 1967 .


Ces travaux ont été matérialisés par la masse impressionnante des communications de tout par les rapports présentés par dix commissions .


Les choses n’ont pas toujours été faciles . Le discours de clôture du Ministre nigérien en fait foi . Il a déclarée en effet :
" Si nos discussions en commission, ont été parfois après , acharnées , jamais elles ne se sont départies de franchise , de collaboration et d’esprit critique . Nous avons pu ainsi confronter librement nos plans , en rechercher les lacunes et les quelques raisons de satisfaction . Mais puisque "le passé reconnu nous délivre du passé" , nous avons ébauche les voies pour l’élaboration d’une autre génération de plans que nous voudrions plus réussis . ".

"Demain l’Histoire retiendra que du 26 au 28 janvier 1967 , 160 experts africains et internationaux ont modestement procédé , dans le cadre le l’Université de Bordeaux , a l’un transfert d’expériences de Planification ".


COMMENT SE TRADUIRA PRATIQUEMENT LA PREFERENCE ACCORDEE AUX OLEAGINEUX DES ETATS ASSOCIES


Dans la perspective de l’entrée en vigueur le 1er juillet 1967 de l’organisation du marché européen des matières grasses autres que l’huile d’olive , la Commission de la Communauté Economique Européenne a transmis récemment au Conseil des Ministres des une proposition prévoyant le régime spécial applicable aux produits oléagineux originaires des Etats Africaines et Malgache Associés (E.A.M.A.) .


Pour assurer aux Etats africains associés , dont certaines comme le Sénégal et le Niger , dépendent presque exclusivement de l’exportation de l’arachide , la préférence qui leur est accordée par la Convention de Yaoundé et pour les mettre à l’abri des chutes trop brutales des cours mondiaux , le Marché Commun établira des règles spéciales pour les oléagineux originaires de ces pays .


Le document prévoit que les Six élimineront les droits de douanes sur les oléagineux en provenance des EAMA tout en maintenant les droits applicables sur les huiles importées des pays tiers .
Pour les graines , les tarifs du Marché Commun à l’égard de tous les pays tiers étant nuls , des mesures particulières seront prises pour avantages les Etats Africains et Malgache Associés .


D’autres part , pour atténuer les conséquences des baisses des courts mondiaux des oléagineux , une aide financière sera accordée aux Etats Associés et aux pays et territoires d’Outre-Mer lorsque le prix du marché mondial tombera au-dessous d’un certain prix de référence , fixé à 180 dollars pour la tonne métrique d’arachide et à 305 dollars pour tonne d’huile d’arachide . Le pourcentage d’aide qui doit ainsi atténuer la différence entre le prix de référence et le prix du marché mondial en assurerait la couverture à 90% .


D’autres part la Communauté Européenne prévoit un plafond de ses interventions en fonctions du risque théorique maximum prévisible . Fixée par période semestrielles l’aide totale attendra entre le 1er juillet 1967 et le 31 mai 1969 , date d’échéance de la Convention de Yaoundé , la somme de 21.500. 00 dollars . Le premier plafond fixé est très faible , parce qu’il est tenu compte de la prolongation de l’aide française . C’est ainsi que le Niger , par exemple , qui continuera à recevoir pendant cette période l’aide directe de la France dans le cadre de la convention arachidière , ne bénéficiera pas , dans le même temps de l’aide prévue par la C.E.E.


LA BATAILLE POUR L’EAU


Dans un pays tel que le Niger aux immenses étendues arides , le progrès , le processus de développement , commence souvent par un point d’eau valable . C’est pourquoi le gouvernement essaie de multiplier les puits . L’A.I.D. , organisme américain fournira le matériel et les matériaux qui permettront aux populations de creuser 290 puits en 1967-1968 , avec , comme encadreurs , des jeunes du Peace Corps et des Volontaires du Progrès .
Enfin de très nombreux points d’eau seront forés par les autorités administratives régionales , sur leurs budgets propres .
Au total , le nombre de nouveaux puits atteindra une deuxième tranche de 450 puits dans les départements de Niamey , Tahoua , Maradi .
Le prix de revient d’un puit de 20 mètres de profondeur est évalué à 18.000 FF quand il est foré par la population sous contrôle des encadreurs et à 24.000 FF quand le forage se fait avec de la main-d’oeuvre salariée spécialisée , dans le cadre des Travaux Publics .


. . . ET UNE PECHE MIRACULEUSE


Mais le Niger compte aussi un fleuve - le Niger- et une partie du Lac Tchad . Ces deux sources ont fourni 7.600 tonnes de poissons dont 4.200 en provenance du fleuve et 3.400 du lac . Près de 8.500 personnes vivent de la pêche .


Grâce à la création à Niamey - Gamkalé d’un port de pêche bien équipé , le service des pêches va pouvoir accroître considérablement son action . La Coopérative des pêcheurs encouragée fortement par les autorités , essaie d’obtenir un juste prix pour produits de la pêche . Elle met à la disposition de ses adhérents un éventail adapté et à bas prix d’équipement standard , et leur apprend à améliorer leur technique de pêche et de séchage .
L’amélioration du matériel de pêche et surtout des techniques de réparation et des techniques de vente du poisson au port de Gamkalé permettent d’espérer en 1968 une augmentation de production de 1.000 t de poisson , soit environ 450 t de poisson fumé .


L’EXTENSION DES CULTURES MARAICHERES .


Une propagande intensive , en faveur de la culture des légumes , oignons , fruits etc. . . se poursuit , organisée par les services de l’Animation et les organismes de promotion humaine . Il existe des "jardins" scolaires qui initient les élèves au jardinage et leur donnent le goût d’en consommer les produits . Enfin l’Animation féminine se penche sur les problèmes d’hygiène et de nutrition , et insiste sur la consommation des fruits et des légumes par les enfants .


Ces diverses actions permettent d’envisager une augmentation de la production maraîchères de 16.000 tonnes en 1965 à 22.000 tonnes en 1967 .
En ce qui concerne les fruits , une compagnie est lancée sur le thème : un arbre par famille . La distribution de plants d’arbres fruitiers se poursuit : on en aura distribué 90.000 en 1968 .


Le tomate fait l’objet d’un programme particulier . On a envisagé d’ores et déjà la création d’une usine de concentré de tomates . Elle pourra traiter 3000 t de produits frais et sera capable de produire une tonne à l’heure de concentré à 28% , soit 600 heures de travail par an , comprenant la mis en état avant et après la compagne . Aussi la même usine traitera-t-elle en plus de la viande en conserve (40 à 50 t par an) .
La superficie calculée nécessaire pour une production de 400 t de concentré est de 200 ha environ , sur la base d’un rendement moyen de 15t/ha et d’un rendement à l’usine de 7 à 8 t de fruits frais pour tonne de concentré .


Pour obtenir ce résultat , plusieurs conditions sont nécessaires : des sols riches , du type de ceux ou sont cultivés les oignons , de l’eau d’irrigation en quantité suffisante et à faible prix de evient et de l’eau pour l’usine (20m3 /heure). Les sites de culture délimités à partir de ces impératifs sont la vallée de Galmi et la vallée de Tarhorlia .


Le programme retenu prévoit qu’en 1968 , 100 ha de cultures de tomates industrielles seront placés sous le contrôle de l’exploitation pilote annexe de l’usine , assurant une production de 200 t de fruits et de 250 t de concentré . Les travaux des ouvrages de retenue de plaine de Galmi devront être terminés et la vulgarisation chez les paysans mise en oeuvre .


25.000.000 DE FRANCS DE LA FRANCE EN 1966


La France vient d’accorder au Niger , au titre de la 3° tranche du Programme 1966 du Fonds d’Aide et de Coopération (F.A.c.) la somme de 13.176.000 francs français . Ils seront répartis comme suit :
A) Production :
Actions de recherche :
155.000 FF : programme d’équipement complémentaire des stations agronomiques de Tarno et Kolo .


Actions générales de modernisation :
458.000 FF : poursuite du programme de formation de spécialisation des cadres nigériens .

2.539.000 FF : poursuite du programme d’animation de la masse rurale , actions d’amélioration des structures de l’appareil productif par l’élaboration d’un plan comptable et de tableaux de bord des organismes autonomes publics et d’économie mixte : 132.000 FF.


Actions sectorielles :
554.000 FF : diffusion de la culture fruitière destinée à améliorer la ration alimentaire nigérienne .
816.000 FF : poursuite du programme de développement de la culture cotonnière .
5.756.000 FF : opération intégrée de développement de la région de l’Ader Doutchi-Maggia complétant le programme approuvé en octobre dernier et comprenant l’ouverture d’une 2ème tranche de travaux routiers , la réalisation de pistes d’évacuation des produits , le reboisement de protection des périmètres hydro-agricoles aménagés t l’étude terminale du projet d’aménagement d’Ibohamane .
1.290.000 FF : aide d’urgence sous forme de contribution à l’achat de 25 véhicules gros porteurs pour l’évacuation des arachides par Parakou-Cotonou en raison des défaillances du trafic ferroviaire en Nigeria .
/par>


B) Infrastructure :
240.000 FF : projet d’amélioration structurelle des services d’architecture et d’urbanisme .
596.000 FF : projet de fournitures d’engins de terrassement et de défrichement (travaux routiers et agricoles).
Rappelons que la première tranche du programme 1966 s’élevait à 5.795.000 FF et la deuxième tranche à 5.412.000 FF.


Lu pour vous :


"STABILITE , EFFICACITE, METHODE"


Dans sa rubrique "Faisons le point" , la revue française "Marchés Tropicaux et Méditerranéens" , en date du 25 février 1967 , examine le cas du Niger . En voici les passages essentiels :

"Le président Diori Hamani , par sa sagesse et sa modération , a réussi à maintenir l’ordre et à faire progresser le pays . Il a rétabli les relations entre le Niger et le Ghana , à la suite , il est vrai , de la destitution du Dr NKrumah . Il a été choisi comme médiateur dans le conflit qui opposait le Tchad au Soudan . Elu président en exercice de l’O.C.A.M , il a fait en tant que tel de nombreuses tournées qui l’on conduit à Bamako , au Koweït , surtout à Bruxelles , ou il est l’avocat passionné des "18" , réclamant notamment avec insistance la régularisation des cours des matières premières . Et ce n’est pas fini : il va entreprendre une nouvelle tournée des capitales européennes .
La mise en oeuvre du plan quadriennal 1965-1968 se poursuit .
Les effets s’en feront sentir dans une série de cultures : 15000 t de coton , 11 500 t supplémentaires de riz , 500 t de blé en plus , de nombreuses culturels maraîchères , enfin 100 .000 t l’année précédente .
Une autre ressource d’avenir du Niger est le bétail . On sait que cet Etat bénéficie des crédits à la fois du F.E.D. et de l’O.N.U. pour l’éradication de la bovine .
".


Le gouvernement nigérien gère son budget -modéré dans ses prétentions -avec sagesse . Il borne , pour l’instant , ses ambitions à rechercher une amélioration de son infrastructure routière , de ses aménagements ruraux , par l’encadrement des paysans , la construction de petits barrages et de puits .
Il s’est aussi attaché à mettre en place une industrialisation limitée , mais efficace . On en connaît les principales réalisations : la cimenterie de Malbaza construite par Fives-Lille ; la briquetteriez moderne de Saga : l’extension de l’usine d’égrenage du coton de Madaoua ; la décortiqueriez d’arachide de Dosso ; l’usine de savonnerie et de parfums construite par la Société de produits chimiques du Niger ; enfin la minoterie de mil de Zinder


EVOLUTION DE LA PRODUCTION D’ARACHIDES DECORTIQUEES



1963/64


1964/65


1965/66


NIGER EST


76.586.263


61.159.113


84.114.803


NIGER CENTRE


34.490.376


41.332.972


64.560.610


NIGER OUEST


3.053.959


3.869.106


7.406.295


TOTAL NIGER


114.130.598


106.361.191


156.081.708.


STRUCTURATION DU MOUVEMENT SYNDICAL


Le premier séminaire nigérien de formation syndicale s’est tenu à Niamey pendant une dizaine de jours . De nombreuses personnalités ont assisté aux travaux , parmi lesquelles M. René Delanne , secrétaire général de l’Union Nationale des Travailleurs du Niger (U.N.T.N.) et Mlle Camusel , déléguée de la Confédération Internationale des Syndicats Libres (C.I.S.L.)
Ce séminaire a , avant tout , répertorié ce qui a été réalisé au Niger , depuis l’indépendance : ce fut d’abord , en 1962 , la publication d’un Code du Travail , puis la loi créant une Caisse Nationale de Sécurité Sociale qui gère les régimes des prestations familiales , des accidents du travail et des retraites .
Bientôt , un régime national des retraites entrera en vigueur , tandis qu’un organisme ad hoc examinera un projet relatif aux conventions collectives .
Comme on le remarque , les travailleurs du Niger disposent d’ores et déjà d’un ensemble cohérent - qui sera complété sous peu - d’instruments légaux , réglementaires et conventionnels qui règlent leurs rapports avec leurs employeurs , au mieux des intérêts de chacun .

NOUVELLES BRÈBES


UN ACCORD ENTRE LA LYBIE ET LE NIGER


Un accord de commerce a été signé entre la Lybie et le Niger . M. Mouddour Zakara , ministre des Télécommunications du Niger a souligné une fois encore les liens amicaux et religieux qui unissent les deux pays , avant d’ajouter que conclu permettra une plus grande coopération économiques entre les deux pays .


7 TECHNICIENS CHINOIS


équipe de 7 techniciens chinois est arrivée à Niamey . Cela porte à 36 le nombre d’experts chinois en agriculture , travaillant au Niger .
Les accords signés en septembre 1966 entre la République de Chine et le Niger seront valables pendant cinq ans , au cours desquels la Chine fournira des équipements agricoles et des machines au Niger .
Selon le programme prévu , l’équipe chinoise aménagera 1000 ha de riz dans régions de Tillabery et de Saga .


CHRONIQUE LEGISLATIVE SUR LES CONVENTIONS CONCLUES PAR LE NIGER 1965-1966 .


1. Conventions multilatérales .
- Décret n° 65-DF-161 du 6 mai 1966 portant publication de l’avenant à la convention du 29 mai 1965 créant l’Organisation Commune de lutte anti-acridienne et de lutte antiaviaire : O C L A L A V . (J.O. 15 août 1966)
- Loi n° 66-028 du 24 mai 1966 autorisant la ratification de la Convention d’Union Douanière des Etats de L’Afrique de l’Ouest . (J.O. 25/6/66)
- Loi n° 65-164 MAE du 4 novembre 1965 ratifiant la Convention du 18 juin 1964 portent création du Conseil Africain de l’Arachide . (J.O.15/11/6555)
- Décret n° 66-203 /MAE du 3 décembre 1966 portant création du Fonds d’Entraide et de Garantie des Emprunts (J.O.15/12/66).


2. Conventions bilatérales .
- Décret n° 65-168/MAE du 4 novembre 1965 portant ratification de l’accord du 30 juin 1964 relatif à l’aide financière accordée par l’Allemagne Fédérale au Niger . (J.O. 15/11/65)
- Décret n° 66-026 PRN du 21 janvier 1966 ordonnant la publication de l’accord consulaire du 13 décembre 1965 entre le Niger et la Tunisie (J.O.15/2/66)
- Décret n° 66-034 PRN-MAE du 15 février 1966 ordonnant la publication de l’accord du 12 février 1966 sur la suppression du visa entre le Niger et la Norvège (J.O.15/2/66)
- Décret n° 66-081 MAE du 7 mai 1966 la date d’entrée en vigueur des accords du 3 juin 1964 entre le Niger et l’Algérie . (J.O. 15/5/66)
- Décret n° 66-095 du 23 mai 1966 portant publication de l’accord de prêt entre le Niger et le Danemark . (J.O.1/6/66)
- Décret n° 66-102/MAE du 3 juin 1966 portant ratification de l’accord de prêt entre le Niger et les Etats-Unis d’Amérique du 26 novembre 1964. (J.O. 15/6/66)
- Décret n° 66-118 /MAE du 18 juillet 1966 portant la date d’entrée en vigueur et la publication de la convention fiscale entre le Niger et la France du 1er juin 1965 (J.O.1/8/66)


- Décret n° 66-114/MAE du 18 juillet 1966 portant publication de l’accord du 12 juillet 1966 sur la suppression des visas avec les pays du Bénélux . (J.O.1/8/66)
- Décret n° 66-115/MAE du 18 juillet 1966 1966 portant publication de l’accord du 7 juin 1966 sur la sur la suppression du visa avec la Finlande (J.O.1/8/66)
- Loi n° 65 - 43 du 9 septembre 1966 autorisant la ratification de la convention fiscale du 1/6/1966 entre la France et le Niger . (J.O.15/9/65)
- Décret n° 66-153/MAE du 9 septembre 1966 portant publication du Traité d’Amitié et de Coopération nigéro-tunisien du 13 décembre 1965 et fixation de sa date d’entrée en vigueur . (J.O. 15/9/66)
- Décret n° 66-161/MAE /MER du 24 septembre 1966 portant publication au Journal Officiel de la République du Niger du protocole annexe à l’accord de coopération économique et techniques signé avec la République de Chine (J.O.15/10/66)


LE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS AU NIGER


C’est un lieu commun d’affirmer aujourd’hui que l’évolution d’un pays est étroitement liée à l’infrastructure de ses Télécommunications .
Parfaitement conscient de cet impératif , l’Office des Postes et Télécommunications du Niger a entrepris depuis 1960 , dans le cadre de la politique générale de développement poursuivie par le Gouvernement , de porter plus spécialement ses efforts sur le perfectionnement et la modernisation de son service des Télécommunications , notamment en ce qui concerne les liaisons interurbaines et l’automatisation des centres téléphoniques .
Dans le cadre du programme fixé , Niamey , Agadez , Zinder ont été équipées d’autocommutateurs du type le plus moderne . Maradi suivra bientôt .
Parallèlement , les petits centres manuels sont l’objet d’une réfection systématique . La modernisation des centres doit nécessairement être accompagnée d’une amélioration et d’une extension des centres doit nécessairement être accompagnée d’une amélioration et d’une extension des réseaux urbains , notamment en câbles souterrains . De nombreux travaux ont déjà été effectués dans ce sens . D’autres restent à faire .


Première conséquence de cette modernisation , Niamey a vu son nombre d’abonnés au téléphone plus que doubler en 6 ans : 423 fin 1960 , 1 100 fin 1966 , le nombre de postes supplémentaires passant quant à lui de 567 à 990 . Pour la même période , le nombre d’abonnés pour l’ensemble du Niger passait de 610 à 1500 . Le trafic téléphonique urbain a naturellement suivi cette courbe ascendante , puisque de 960.000 en 1961 , le nombre de communications urbaines dépasse les 2 millions en 1966 .


Il était indispensable , de plus , de permettre à ces abonnés de téléphoner facilement entre eux à l’intérieur du Niger , et à l’extérieur . Un grand programme d’équipement des liaisons interurbaines et internationales a donc été entrepris .
Malgré les conditions particulièrement difficiles et inhérentes au Pays même (distances considérables , topographie et nature du sol , climat , coût des équipements , rentabilité , etc . . . ) , la réalisation de ce programme est en bonne voie .


Grâce au concours de la Compagnie France Câbles Radio , les liaisons internationales sont assurées dans d’excellentes conditions par les circuits radio exploités à partir de Niamey .
Les liaisons radio électriques intérieures (en téléphonie ou en télégraphie ) atteignent maintenant la qualité commerciale , la plupart des stations ayant été rénovées ou équipées de matériel neuf très moderne . Leur nombre s’est en outre sensiblement accru , permettant d’atteindre des localités particulièrement isolées .
Enfin , un vaste projet d’artère téléphonique aérienne à courant porteurs a été mis sur pied pour rares exceptions près , traversait tout le Niger . Grâce au financement assuré par l’Aide A.I.D. Américaine et le E.A.C. français , ce projet est entré en 1963 dans la voie des réalisations sous le nom d "AXE AYOROU -N’GUIGMI".
L’ouvrage comprendra 2 500 km de lignes à 1 ou 2 circuits pour une longueur totale de circuits de 3700 km . Des dispositifs a courants porteurs permettront , sur certaines sections

de disposer de plusieurs voies téléphoniques ou télégraphiques , ce qui permettra d’écouler normalement le trafic pendant plusieurs années . En outre , de nombreuses "bretelles" se rattacheront sur l’artère tant pour desservir des localités de l’intérieur qu’en direction des pays voisins (Nigeria , Dahomey , Haute-Volta , Mali). Les travaux principaux devraient d’achever fin 1967 , mettant ainsi un "outil" de première qualité a la disposition du pays tout entier .

CONNAISSANCE DU NIGER


UN PEUT D’HISTOIRE


1°. Chronologie 1958-1965  :



28 septembre 1958 :


Référendum. Le Niger vote "OUI" et reste dans la communauté franco-africaine .


18 décembre 1958 :


Proclamation de la République du Niger . Le Niger devient Etat ) membre de la Communauté . L’Assemblée Constituante , désigne M. Diori Hamani comme Président du Conseil des Ministres .


11 juillet 1960 :


Le Niger accède à la souveraineté nationale


29 juillet 1960 :


l’Assemblée législative devient Assemblée nationale


3 août 1960 :


proclamation de l’indépendance


21 septembre 1960 :


le Niger devient membre de l’ONU


8 novembre 1960 :


adoption de la nouvelle Constitution


9 novembre 1960 :


M. Diori Hamani est élu Président de la République


1° août 1961 :


création de l’armée nigérienne .


31 décembre 1961 :


création des circonscriptions administratives


17 juillet 1964 :


le Niger est divisé en 7 départements et 32 arrondissements .


9 septembre 1965


adoption par l’Assemblée nationale des Perspectives décennales 1965 -1974


19 septembre 1965 :


adoption par l’Assemblée nationale du Plan Quadriennal de développement 1965-1968


30 septembre 1965 :


M. Diori Hamani est réélu Président de la République


21 octobre 1965 :


élections législatives pour le renouvellement de l’Assemblée nationale .


2. Un livre d’Edmond Séré de Rivières br/>
La collection "Mondes d’Outres -Mer " aux Editions Berger -Levrault , a fait paraître récemment une "Histoire du Niger " , écrite par un ancien administrateur de la France d’Outre-Mer , M. Séré de Rivières .
L’auteur a travaillé avec ardeur , a étudie les archives les plus anciennes et livre une précieuse source de renseignements à qui veut appréhender au long des siècles la formation des courants qui ont abouti à l’Etat actuel .
L’histoire du Niger est passionnante . Au Moyen-Age , de grands empires on dominé l’évolution du coeur de l’Afrique : m’empire Songhaî de Gao , l’empire du Bornou , l’empire Peul de Sokoto . Grâce aux chroniques des voyageurs arabes , leur vitalité et leur rayonnement nous sont connus , et Edmond Séré de Rivières nous transmet leur message avec tout l’amour qu’il porte au Niger .
"L’originalité du dessein de l’auteur " écrit le Président Hamani Diori dans la préface . c’est d’avoir dirigé l’éclairage sur l’ensemble territorial nigérien , considéré comme une unité et sur l’ensemble humain qui l’occupe , également considérée comme un tout indivisible . "


Directeur de la Publication ; M. Maraval
Rédacteur en chef : L. Trévidic
Abonnement annuel : 10. - francs
Imprimé par Eurafor -Press

13 bis , rue Laffitte , Paris

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique