Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-210-002

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Nous possédons les chiffres du commerce extérieur du Niger des 9 premiers mois de 1968 (exportation 4.450 Millions de CFA - Importations 7.748 millions). Nous aurions besoin des chiffres de l’année, et si possible des premiers mois de 1969.
Quant à la structure de ce commerce, nos informations s’arrêtent en 1967. Il nous faudrait pour 1968 :

- la structure des importations

. par produits : l’évolution des principaux postes : cotonnades, produits pétroliers, biens d’équipement, fer et fonte.
. par pays : l’évolution de la part de la France (51,5% en 1966, 48% en 1967), celle du MEC, celle des autres grandes zones commerciales (zone dollar, sterling, socialiste).

- la structure des exportations

. par pays : l’évolution de la part française (après la fin des accords franco-nigériens sur l’arachide) et celle de la CEE, principalement
. par produits

il nous manque : les chiffres les chiffres du coton


de l’huile d’arachide ) pour 1968
du bétail sur pied

En ce qui concerne le bétail, des estimations sur le volume des fraudes , des exportations non déclarées fourniraient une information essentielle.

ARACHIDES>

Voici les informations qui nous manquent :

- la commercialisation des arachides en 1968-69, et l’évolution probable des exportations en 1969, avec la répartition entre organisme de commercialisation et entre régions.
- L’évolution du prix de revient de 1966 à 1969 pour les années 1966 à 1968, ces données pourraient être extraites du compte d’exploitation de la SONARA), ainsi que celle du prix de vente moyen (exportations et vente aux huileries).

Je vous signale que les chiffres de 1966 donnaient :

- volume des exportations : 133 000 T

- valeur des exportations : 5 . 330 millions de CFA

Ce qui donne un prix de vente unitaire de 40 . 000 CFA/tonne. Or, pour cette année-là la France garantissait :

- 90. 000 T à 49 125 CFA/T.

- + 10. 000 T à 48 500 CFA/T.
soit une garantie de 75 % des exportations nigériennes en tout.

Le prix du marché mondial était de 46. 500. Ce qui devrait nous donner un prix de vente unitaire moyen de 48. 500 CFA/T.

40. 000 CFA/T48. 500 CFA/T

Comment expliquez-vous l’écart important entre ces deux résultats trouvés par des moyens différents ?

Pouvez -vous enfin me donner les indications sur les dernières conditions de la CEE, en particulier après le renouvellement de la Convention de Yaoundé.

commissaire au Plan

Voici les informations qui nous manquent :
- la série des investissements de 1966 à 1968 compris
La part des capitaux privés étrangers
La part des capitaux publics étrangers
Le pourcentage de réalisation du plan en 1968 (globalement et par secteur)

Un tableau du financement des investissements, par année et par secteur
Part du secteur bancaire nigérien
de l’Etat
des actions, nigériennes et étrangères
des prêts étrangers, publics et privés
des dons.

- Des statistiques de salaires

68. 1013/jb/dh le2 août 1968


Monsieur Jean Poisson
Directeur des Affaires Economiques
Niamey

Cher Monsieur,

Je viens de recevoir le grand rapport sur la situation économique du Niger, et vous en remercie vivement.

A bientôt, amitiés.

J. Baulin

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique