Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-209-002

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















70.1020.jb.dh

le 27 mars 1970


Monsieur SANI
Directeur des Affaires Economiques
Ministère des Affaires Economiques
et fiancières
Niamey


Cher Monsieur,


Comme promis, vous trouverez, ci-joint, à titre strictement confidentiel et personnel, la photocopie de la lettre que j’adressais le 4 mars à Monsieur le Président de la République, et concernant le prix des installations de l’huilerie de la SEPANI.


Par ailleurs, je tiens à vous informer que M. Maïtoutaré, Président de la SEPANI, a signé une lettre demandant à la société Générale de Surveillance à Genève, de soumettre ses conditions pour le contrôle de l’état de neuf et des prix des machines et des matériels allemands, départ usine.


Enfin, je regrette énormément, à cause de la pagaille créée par la conférence de la Francophonie, de n’avoir pu organiser cette réunion avec le président de la république. Je vous prie instamment d’entrer en contact avec lui pour délimiter le problème des céréales canadiennes. Je suis d’avis, comme vous, qu’il ne faut pas en demander cette année, mais déposer une demande d’ici juillet, date de la nouvelle récolte des maïs, afin d’en obtenir pour la prochaine période de la soudure.


Je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.


J.Baulin

Remis à M. Dufour
copie à Maitouraré

CENTRE D’INFORMATIOJ DU NIGER


TAITBOUT 59 - 56
50 - 40


LE DIRECTEUR


13, BOUL. HAUSSMANN
PARIS - IX e

le 4 mars 1970


S.E Monsieur Hamani Diori
Président de la république du Niger
Niamey


Monsieur le président,


Le principal point d’interrogation en ce qui concerne l huilerie allemande était le volume des investissements prévu. Tous les conseillers techniques français et une partie des nigériens s’interrogeaient sur la réalité d’investissements aussi importants.


Tout en partant du fait,basé sur une optique personnelle , que M. Stritzl ne pouvait me tromper et induire en erreur un ami qu’il dit partout admirer, j’ai fait quand même l’enquête discrète qui s’impose.


Je suis parti du point de vue que si un ingénieur français spécialisé dans le traitement des oléagineux et en particulier des arachides et travaillant de plus dans un organisme officiel français, trouvait normal le volume des investissements proposés par les Allemands, il en découlait forcément que ces investissements proposés par les Allemands, il en découlait forcément que ces investissements étaient honnêtes. C’est pourquoi j’avais envoyé mon collaborateur M. Pacht, à l’IRHO de Paris, où il a rencontré un ingénieur français, M. GILLIER, dont les déclarations sont réconfortantes. En effet, voici ce qu’a dit M. Gillier :

1. En haute - Volta, où les transports sont plus faciles grâce à l’existence de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou, l’installation d’une usine pour le traitement de 30.000 tonnes d’arachides par le système de pression, à été facturée 850 millions de CFA.

2. Au Mali, une autre huilerie avec du matériel Krupp a été installée en 1968, également avec une capacité de traitement de 30.000 tonnes d’arachides.
Le prix des installations s’est élevé à 1.200.000.000 de CFA.


Au regard de ces chiffres, les investissements du groupe allemand au Niger paraissent d’autant plus honnêtes que depuis 1968 il y a eu la dévaluation du Franc français et la révaluation du Deutsch Mark. Il convient de rappeler également qu’il s’agit d’une usine de 45.000 tonnes et non de 30.000 tonnes comme au mali et en Haute Volta.

- 2 -


M. Gillier a declaré en outre que le matériel Krupp était de loin supérieur au matériel Olier, et qu’il était 20 à 25 % plus cher que le matériel français correspondant M. Gillier a dit que Krupp était perfectionniste.


Relevons en passant que les autorités voltalques et maliennes ont été induites en erreur, que ceux qui y ont investi ont été récupéré une partie de leurs fonds avant même que de commercer à produire.

ceci dit, et tout en gardant grande confiance en M. Stritzl à cause précisément des liens d’amitié, il convient que nous prenions toutes les dispositions
nécessaire pour que les contrôles soient effectués en temps dû. C’est pourquoi je me permets d’attirer à nouveau votre attention sur la nécessité d’entrer en contact avec la Société Générale de Surveillance à Genève, afin de leur demander de vérifier l’état de neuf et les prix des installations sur les lieux d’usinage en Allemagne.


Je vous prie d’agréer,Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments dévoués et déférents.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique