Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-151

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















LVC/RH


RÉPUBLIQUE DU NIGER


PRÉSIDENCE


COMMISSARIAT GENERAL AU
DEVELOPPEMENT


N°054023 /CGD


Niamey, le 23 AVRIL 1968


Le commissaire Général au Développement


à


29.4.68


Monsieur le Directeur du Centre
d’Information du Niger
13, Boulevard Haussmann
PARIS 9ème


OBJET  : Questionnaire de la Société De Danske Sukkerfabrikker.


REF  : Votre lettre 68-638/jb/dh du 2/4/68


Monsieur le Directeur,


Suite à votre lettre citée en référence, je vous prie de trouver ci-joint les réponses au questionnaire de la DDS.


Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.


GOUKOYE KARIMOU


P. J. 1


REPONSE AU QUESTIONNAIRE DDS
( Lettre 68-638-du 12/4/1968
Centre d’Information du Niger )


A - Aspect commercial


A-1- Consommation annuelle de Sucre au Niger : en 1967 - 8 000 T environ - importations officielles -


A-2- Consommation future prévue :
en 1972 - 15 000 T
en 1975 - 17 500 T


A-3- Actuellement la totalité du Sucre consommé est couverte entièrement par les importations - dont 98,8 % en provenance de la CEE et Madagascar -


A-4- Taxe et droits de douanes :



Provenance


OCAM/CEE


autres pays


Observations



Taxe statistique


1 %


1 %


sur prix CAF



Taxe Forfaitaire


2 %


2 %





Douanes


-


12 %




D-5- Pas de taxe à la consommation - cependant le Sucre en provenance de Madagascar paye une taxe de péréquation de 20 CFA/kg -


D-6- En principe du Sucre "blanc "plantation" meilleur marché - mais les importations actuelles portent sur du sucre raffiné en morceaux : en pains et en poudre


D-7- Prix en CFA -



Prix


Détails


Gros



Sucre Poudre


55


52



" morceaux


65


70



" Pain


110


102



de 1,500 K


<cellule


D-8- Il est prévu d’utiliser la mélasse pour l’alimentation du bétail, la distillation en alcool (carburant, parfumerie, pharmacie)


B - Main d’oeuvre


B-1- L’usine sera construite à une dizaine de kilomètres de la ville de Tillabéry.


B-2- Population de la ville et des environs : 15 000 Populations de l’Arrondissement : 217 000


B-3- Il est possible de trouver les ouvriers qualifiés à Tillabéry et surtout à Niamey distant de 100 km environ.


B-4- Pas de prévisions de logement


B-5- Ouvriers non qualifiés : 32 CFA/heure
Ouvriers Qualifiés : 32 000 CFA/mois
40 h de travail/semaines


B-6- Taux d’augmentation des salaires des 5 dernières années : + 5 %


- Prévisions : + 2 % par an environ


C - Emplacement de l’usine


C-1- Tillabéry peut être relié aux villes et au port par :


- Tillabéry - Niamey 110 km


- Niamey - Dosso - Gaya - Parakou - 450 km


- Parakou - Cotonou - chemins de fer et routes - 600 km voir annexes C, et C2


C-2- Ces Routes sont praticables toute l’année -


C-3- Pas de voies ferrées -


C-4- La sucrerie sera construite à proximité du fleuve Niger - voir annexes C7-C9-C10-joints


C-5- L’évacuation des eaux usées doit se faire vers le fleuve après décantation et traitement - voir annexe C-19


C6- Il n’y existe pas de circuit de distribution électrique - La Sucrerie doit comporter une Centrale thermique autonome - Les combustibles prévues sont la bagasse, les balles de paddy de la rizerie proche, et du Fuel - Voir annexes C3-C4-C16


C7- L’usine sera implantée dans la zone de culture - rayon de 20 km maximum


D - Conditions Ecologiques et climatiques
Voir annexes C.12 ET C.14


D1- Voir annexes C5 et C6 - ci-joint

TILLABERY



Températures


en °C



Pluviométrie



Humidité


relative %



Année


Moyenne
Maxima


Moyenne
maxima


Hauteur
m/m


Nombre de
jour


6h


12h


18h



1960


36,6


21,8


420,5


53


57


29


32



1961


35,7


20,8


698,2


51


55


28


31



1962


36,6


21,8


451,0


45


58


32


37



1963


37,2


21,8


441,2


58


59


29


35



1964


36,2


21,8


611,5


53


60


32


37



1965


36,1


21,3


521,6


52


57


30


34



1966


37,0


21,3


362,4


47


56


29


34


D-2- L’eau sera amenée par pompage - aménagements hydro-agricoles -


D-3- Hauteur moyenne à Tillabéry : + 200 m du niveau de la mer


D-4- Le terrain est plat


D-5- Voir annexe 10


D-6- Voir annexe A 11


D-7- Cultures normales-Riz, Coton, Mil, Sorgho-


D-8- Fumier animal seulement


D-9- Calcaire - voir annexe C.15


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL AU
DEVELOPPEMENT
Divers


ANNEXE C 1


Tarifs Divers O.C.D.N. applicables à compter 20/6/66




Ciment - chaux, blé
farine, riz, sucre
bières et boissons
locales


Fers profilés toles
tubes charpentes
métalliques


Bitume
sel


Vins en futs bonbonnes
& bouteilles eaux minérales
biéres et boissons alcoolisées
d’importation




60 Kg à 5 T


5 T & +


60 Kg à 5 T


5 T & +


60 Kg à 5 T


5 T & +


60 Kg à 5 T


5 T & +



KONNI


18.945


13.445


14.745


14.245


13.430


12.930


15.405


14.905



MALBAZA


14.390


13.890


15.190


14.690


13.875


13.375


15.850


15.350



TAHOUA


16.890


15.390


16.690


16.190


15.375


14.875


17.350


16.850



MADOUA


16.010


14.510


15.810


15.310


14.495


13.995


16.470


15.970



MARADI


16.990


16.490


17.790


17.290


16.475


15.975


18.450


17.950



GAZAOUA


18.180


17.630


18.930


18.430


17.615


17.115


19.590


19.090



TESSAOUA


18.508


18.005


19.305


18.805


17.990


17.490


19.965


19.465



TAKIETA


19.239


18.735


20.035


19.835


18.720


18.220


20.695


20.195



ZINDER


19.870


19.370


20.670


20.170


19.355


18.855


21.330


20.830













DESCENTE - Application tarif 3/64 sauf bouteilles vides - Zinder - Cotonou ; 7.600
- Maradi - Cotonou ; 6.700


COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


DIVERS


Annexe C2


TARIFS O.C.D.N. APPLICABLES A COMPTER 20/6/66



DE COTONOU
à


ANGRAIS


SAVONS
LAIT


TISSUS


DIVERS




60 Kg à 5T


5 T & +


60 Kg à 5T


5 T & +


60 Kg à 5T


5 T & +


60 Kg à 5T


5 T & +


<cellule












KONNI


12.775


12.275


14.305


13.805


16.945


16.445


14.195


13.695



MALBAZA


13.220


12.720


14.750


14.250


17.390


16.890


14.640


14.140



TAHOUA


14.720


14.220


16.250


16.250


18.890


18.390


16.140


15.640



MADAOUA


13.840


13.340


15.370


14.870


18.010


17.510


15.260


14.760



MARADI


15.820


15.320


17.350


16.850


19.990


19.490


17.240


16.740



GAZAOUA


16.960


16.460


18.490


17.990


21.130


20.630


18.380


17.880



TESSAOUA


17.335


16.835


18.865


18.365


21.505


21.005


18.755


18.255



TAKEITA


18.065


17.565


19.595


19.095


22.235


21.735


19.485


18.985



ZINDER


18.700


18.200


20.230


19.730


22.870


22.370


20.120


19.620


<cellule











LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSAIRE GENERAL AU
DEVELOPPEMENT


Complexe Sucrier Niger


ANNEXE C-3


Divers


CARACTERISTIQUES GAS-OIL


Densité à 15" 0,8585 (moyenne 0,870)
Point de congélation 10° C
Flash point 92° C
Viscosité cyrématique à 37° C 10
Redwood 1 - 100 F
Redwood 2 - 140 F
Teneur en eau % Maximum 0,05 volume
Sediment % Maximum 0,01 poids
Soufre % Maximum 1


Pouvoir calorifique supérieur 10 600 min.


Point d’écoulement + 11° C


Diesel Index 50


LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER


PRESIDENCE


COMMISSARIAT GENERAL


AU DEVELOPPEMENT


Complexe Sucrier Niger


Divers


ANNEXE C-4


CARACTERISTIQUE FUEL


- Densité) 15% Maximum 0,995/moy.0,930
- Viscosité cinématique à 50 C 170 CST
- Point d’écoulement ( 21° C
( 70° F
- Viscosité Rewood) 100°F 1500 Sec.
- Teneur en soufre Maximum %
- Eau % en volume Maximum 1.
- Sédiments % en poids Maximum 0,01
- Cendre % en poids Maximum 0,02
- Point éclair ( 110 ° C
- (
- P C S 10.380


Valable pour le FUEL importé de FRANCE-


LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


ANNEXE C-5
DONNEES METEOROLOGIQUE III
Températures, Hygrométrie Pluviométrie ( Tillabéry )



MOIS


Janvier


Février


Mars


Avril


Mai


Juin


Juillet


Août


Sept


Oct


Nov


Déc



1) Températures maximales moyennes


33°7


36°4


39°6


41°7


41°0


38°4


34°0


32°5


34°2


37°9


37°6


33°8



1) Températures minimales moyennes


16°5


18°8


22°1


24°7


26°9


25°9


23°8


23°2


23°5


23°8


19°3


17°8



2) Humidité relative maxima moyenne en %


42


39


44


51


63


76


87


93


91


80


61


46



2) Humidité relative minima moyenne en %


17


9


10


12


22


32


46


58


49


26


14


13



2) Humidité en % relative moyenne de 3 observations quotidiennes


22


19


22


26


39


51


65


75


63


51


32


25



3) Hauteur d’eau en mm


0


1,0


2,0


1,4


17,9


55,4


131,9


203,3


85,6


10,8


0,2


0



3) Nombre de jours de Pluie


0


0,1


0,1


0,4


3,0


6,4


10,9


13,2


7,9


1,6


0,1


0



1) Températures moyennes pour la période 1951 - 1960


2) Humidité relative pour la période 1951 - 1960


3) Normales Pluviométrique pour la période 1931 - 1960



NOTA  : Ces renseignements ont été communiqués par le Service Météorologique de NIAMEY.


LVC/KDj


COMMISSARIAT GENERAL AU DEVELOPPEMENT


D I V E R S


ANNEXE N° C-6


DONNEES METEOROLOGIQUE I


Régime des vents et des tempêtes pour l’année 1966 ( Tillabéry )



MOIS


Janv.


Fév.


Mars


Avril


Mai


Juin


Juil.


Août


Sept.


Oct.


Nov.


Déc.



Nbre d’Observations


248


224


248


240


248


240


248


245


240


248


240


248



Vitesse maximale instantanée du vent en m/s avec fin d’observation


11 le 2


12 le 26


13 le 3


16 le 29


20 le 26


26 le 22


23 le 5


19 le 31


20 le 14


19 le 17


11 le 8


10 le 7



Nbre de vents de vitesse inférieure à 1m/s


11


2


15


21


16


21


15


19


39


54


41


20



Nbre de vents de vitesse inférieure à 2 m/s


20


9


26


41


28


20


26


26


45


32


75


42



Fréquence des vents de vitesse inférieure à 2m/s


80,6


40,1


104,8


170,8


112,8


83,3


104,8


102,0


187,5


129,0


312,5


169,3



Tempête de sable


0


0


0


0


0


0


0


0


0


0


0


0



Observations


vents fréquents


brune sèche avec mauvaise visibilité


-


-


-


-


-


-


-


-


-


LVC/MDj


Commissariat Général au Développement
ANNEXE Cè7
iV
Divers



Echantillon NIAMEY Date de prélèvement


Eau traitée 3.10.66











N° I R H












P H


7,5











Teneur par litre


mg


meq


mg


meq


mg


meq S. A. F.


d°mF2


meq



CI


7,5


0,21



Sels acides


Ferts



2,25


0,49



SO 4


13,5


0,28





T. A. C.






CO 3 - H -


27,5


0,45



Titre


alcali-


métrique


2,25


0,49



CO 3



0



"


"


"



0



NO 3 -


Traces











F -



0










S 10 2


7,5











Matières organiques


15,3


( en


Oxygène


consommé )








Total anions



0,94










C A ++


15,2


0,76



Dureté


totale


T. H.


4,00


0,80



Mg ++


0,3


0,04



Dureté


Magnésienne


T. D.


0,20


0,04



N A +


2,6


0,11



Dureté


carbonatée



2,25


0,45



K +


1,3


0,03



Dureté


permanente



1,75


0,35



NH 4 +



0










Fe


0











AL 2 O 3












Total cations



0,94










Extrait sec


62











Dureté


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq


LVC/MDj


Commissariat Général au
Développement


ANNEXE N° C-9 -


Divers



Echantillon NIAMEY Date de prélèvement


Non traité 31.7.66











N° I R H












P H


7,8







Titres


divers



Teneur par litre


mg


meq


mg


meq


mg


meq


d°mg F2


meq



CI


8,2


0,23



Sels


acides


ferts


2,75


0,55



SO 4


15,4


0,32










CO 3 H -


42,7


0,70



Titre


alcali-


métrique


3,5


0,70



CO 3


0


0







0



NO 3 -



0










F -


Traces


0










S 10 2


10











F 2 O 3












Total anions



1,25










Ca ++


17,4


0,87



Dureté


totale


T. H. T. M.


5,05


1,01



Mg ++


1,7


0,14



Dureté


magnésienne



0,70


0,14



Na +


5,1


0,22



Dureté


carbonatée



3,5


0,70



K +


3,3


0,08



Dureté


permanente



1,55


0,31



NH 4 +



0










Fe


Traces











Matières organiques


15,0


( en


Oxygène


consommé )








Total cations



1,31










Extrait sec


86











Dureté


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq
























LVC/MDj


Commissariat Général au
Développement


ANALYSES DE L’EAU DU FLEUVE NIGER I ANNEXE C-10


Divers



Echantillon, NIAMEY Date de prélèvement


brute 26.10.64



décantée



traitée







N° I R H












P H



7,5



7,4



7,6






Teneur par litre


mg


meq


mg


meq


mg


meq


mg


meq



C I


3,5


0,10


3,5


0,10


4,1


0,12






SO 4


38,0


0,80


38,0


0,80


38,0


0,80






CO 3 H -


13,8


0,48


6,0


0,20


6,0


0,20






CO 3



0



0



0






NO 3



0



0



0






F -



0



0



0






S 10 2


1



2



6







P 2 O 3












Total anions



1,38



1,10



1,12






CA ++


6,0


0,30


9,6


0,48


12,4


0,62






Mg ++


1,2


0,10


1,9


0,16


1,2


0,10






Na +


4,5


0,20


4,4


0,19


5,5


0,24






K +


3,1


0,08


3,1


0,08


3,4


0,09






NH 4 +



0



0



0






Fe


0,3



0,1



0,1







Al 2 O 3












Total cations



0,68



0,91



1,05






Extrait sec


60



65



70







Dureté


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq


d°Fr


meq


LVC/MDj


Commissariat Général
au Développement


ANNEXE N° C-12


DONNEES METEOROLOGIQUES II


Divers


Mouvement Général des vents ( ensemble du Pays )


De novembre à mars, l’harmattan, vent très sec, souffle sur l’ensemble du pays. Avec une vitesse moyenne de 4 à 6 m/s dans les régions méridionales, 6 à 10 m/s dans les régions septentrionales, l’harmattan, soufflant dans la direction générale de l’Est vers l’Ouest, peut avoir des pointes jusqu’à 15 à 20 m/s (dans la région de BILMA). Il est passagèrement refoulé en altitude par l’Alizé de janvier.


L’Alizé AUSTRAL ATLANTIQUE souffle du tropique Sud vers l’Equateur (où il se trouve dévié) et traverse le pays de mai à septembre (Mousson). C’est un courant d’Ouest, humide, faible dans les basses couches. Les vents au sol sont de secteur Sud Ouest sauf au passage des grains ou une rotation à l’Est est observée. Le degré hygrométrique de l’AIR est relativement élevé (juillet et août ) et l’amplitude de la variation diurne des températures est faible.


Les mois d’avril et d’octobre sont les périodes de transition pendant lesquelles s’effectuent les rotations d’Est en Ouest (avril) et d’Ouest en Est (octobre). Durant ces périodes de transition les vents au sol sont généralement faibles et de direction variables.


NOTA  : Ces renseignements ont été communiqués par le Service Météorologique de NIAMEY. / .


LVC/MDj


Commissariat Général
au Développement


Annexe : C-14


Complexe Sucrier NIGER


LE PAYS ET SON CLIMAT


Divers


Le territoire de la République du Niger s’étend sur 1.279.000 km 2 , entre le 3ème et le 22ème degré de latitude Nord, et le 0 et 16ème degré de longitude Est. Le Niger peut se diviser en trois régions différentes :


- au sud, une zone à vocation agricole sédentaire d’environ 281.000 km 2


- au nord de l’isohyète 400 mm une zone à vocation pastorale et nomade ( 300.000 km 2


- au nord de l’isohyète 150 mm un territoire désertique.


Le seul cours d’eau permanent est le fleuve Niger qui arrose le Sud-Ouest du pays. Ce fleuve traverse le pays sur une longueur de 550 km.


A Niamey le débit moyen est de 1.022 m 3 /sec, dont 200-210 jours plus de 1.000 m 3 /sec et 80 - 50 jours moins de 100 m 3 /sec. ( Juin, Juillet, Août ) .-


Débit du Niger par mois :



J.


F.


M.


A.


K.


J.


J.


A.


S.


O.


N.


D.



1450


1265


620


180


50


26


21


150


760


1005


1250


1390








m 3 /sec









Climat  : Sec continental, avec une saison sèche de 6 - 8 mois ; 8) % de pluie tombent pendant les mois de juillet, Août et Septembre. Les mois les plus froids sont Décembre et Janvier avec des écarts entre la température nocturne et diurne jusqu’à 22 degré. Les plus hautes températures sont enregistrées pendant Avril et Mai ( 45° et plus ) .


Population  : La population du Niger est d’environ 3.127.000 habitants ( densité moyenne de 2,8 h/km 2  ; en zone sédentaire de 34 h/km 2 . / .


LVC/MDj


Commissariat Général
au Développement


ANNEXE C-15


COMPLEXE SUCRIER NIGER


Divers


ANALYSE DU CALCAIRE


Sur le gisement de calcaire actuellement exploité à MALBAZA, il a été prélevé des échantillons qui ont donné, à l’analyse, les résultats suivants :



Lieu de prélèvement


Perte au feu


SIO2


AL2O3


Fe 2O3


CaO


MgO


Alcalis



1 - Approvisionnement des petits fours à chaux de KARNI


42,73 %


0,83 %


3,48 %


0,68 %


51,92


Tr.


0,13 %



2 - Divers fronts de taille de KARNI


39,63 %


5,6 %


5,66 %


0,91 %


48,00


Tr.


0,58 %



3 - Nord et Sud de route KONI Madaoua à 47. km à l’Ouest de Madaoua . . . . .


42,49 %


1,32 %


1,72 %


0,61 %


53,27


Tr.


0,30 %



4 - 8 km. au nord de la route Konni-Madaoua au droit de Galmi, 35 km Ouest de Madaoua


44,17 %


0,52 %


1,22 %


0,27 %


53,27


Tr.


0,38 %



5 - Puits 700 m Ouest de KARNI échantillon A


42,92 %


1,14 %


1,59 %


0,54 %


53,37


Tr.


0,34 %



6 - id - échantillon - B -


42,75 %


1,27 %


1,65 %


0,26 %


53,53


Tr.


0,43 %


( n doit retenir de ces analyses :


- l’homogénéité du dépôt calcaire.


- la très forte teneur en CO 3 Ca.


- la possibilité d’obtenir une excellente chaux grasse et parfois une chaux faiblement hydraulique - indice d’hydraulicité 0,14.-


LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


ANNEXE N° C-16


Divers


COMPLEXE SUCRIER NIGER


Tableau 1


PRINCIPALES CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES D’UN ECHANTILLON DE CHARBON D’AGADEZ



Analyse ( sur sec )






Cendres (K)


 %


58,8



Matières volatiles (V’


 %


16,0



Carbone


 %


29,5



Hydrogène


 %


2,2



Pouvoir calorifique supérieur ( à la bombe )


mth/kg


2830



Fusibilité des cendres (méthode Leitz) (atmosphère réductive)






Température de déformation


°C


1400



Température d’hémisphère


°C


1525



Température d’écoulement


°C


1593



Indice de friabilité Hardgrove



70



Matières volatiles sur pur






V’ = V 100/100-K


 %


38,5



V’ ’ = ( V - K ) 100/100-(1+ ) K


 %


28,5




0,1 pour les charbons français




Document charbonnage de France


LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


Annexe C-16 page 2


COMPLEXE SUCRIER NIGER


Tableau 2


PARAMETRES DE REGLAGE-VALEURS REELLEMENT PRATIQUES



Date de l’essai




21.12.1966


22.12.1966



Débit charbon pulvérisé



kg/h


1,394


1,400



Finesse



 %


80


80



Débit de chaleur



mth/h


3780


3795



Débit d’air


(Primaire


kg/h


0,849


0,812




(Secondaire


kg/h


4,710


4,710



Air Primaire


 % d’air neutre



15,3


14,7



Air Total


 % d’air neutre



100,2


99,6



corrections








Débit charbon pulvérisé



°C


- 21


- 20



Débit d’air primaire



°C


- 4


+ 4



Débit d’air secondaire



°C


-


-



Finesse



°C


-


-



Dépression four



°C


- 2


+ 2



T O T A L



°C


- 27


- 14



T E Brute



°C


903


893



T E Corrigé



°C


876


879



K



 %



58,8



V’ ’



 %



28,5


Document charbonnage de France


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


Annexe C-19


Divers


TRAITEMENT DE L’EAU


A/ - PROCEDURE DE TRAITEMENT ADOPTE


Compte tenu de la nature de l’eau brute et des différentes utilisations, le traitement comprendra, une déferrisation suivie d’une filtration permettant d’éliminer le fer ainsi qu’une partie du gaz carbonique.


A la sortie de ce poste, une partie de l’eau pourra être utilisée directement dans les circuits de fabrication. Comme elle possédera un pH supérieur à 7, il sera nécessaire de prévoir une acidification si on veut ramener ce pH à une valeur inférieure à 7. Le reste du débit traversera un poste de filtration sur neutralité permettant d’éliminer tout le gaz carbonique libre restant dans l’eau et de la stabiliser. A la sortie de ce poste de filtration et de neutralisation, l’eau destinée à alimenter les chaudières sera adoucie, ce qui permettra d’éliminer complètement la dureté totale. Il est prévu, en outre, une injection de tanins en chaudières, dont le rôle est d’éliminer l’oxygène et d’éviter les corrosions ou incrustations éventuelles.


B/ - INVESTISSEMENTS


- matériel de traitement rendu et monté : 7 millions Frs CFA
- génie civil tuyauteries d’amenée et de raccordement, câblage électrique et équipement de protection : 4 millions Frs CFA
- imprévus et premier stock de réactif : 1 millions Frs CFA
- soit au total 12 millions Frs CFA


C/ - FRAIS D’EXPLOITATION
- énergie électrique : 6 KWH pour 46 m 3 à 12 Frs CFA/KWH
- réactifs (neutralité, tanins, résine) : 0,5 millions Frs CFA/an
- pièces et entretien : 0,5 millions FRS CFA/an
- personnel d’exploitation à 3 postes :


C-19 page 2


. 1 contremaître : 0,9 million Frs CFA/an
. 3 ouvriers : 0,6 million Frs CFA/an
- amortissements et frais financiers :
. 20 % sur matériel : 1,4 million Frs CFA/an
. 15 % sur génie civil : 0,6 million Frs CFA/an
- frais généraux : pris en compte par l’installation de fourniture de l’eau
- frais totaux : 4,9 millions Frs CFA/an.


LVC/MDj


REPUBLIQUE DU NIGER
PRESIDENCE
COMMISSARIAT GENERAL
AU DEVELOPPEMENT


Complexe sucrier


ANNEXE N° A - 10 PEDOLOGIE


1/- DONNEES SUR LES SUBSTRUCTURES GEOLOGIQUES


Rappelons brièvement quelle est la géologie de la vallée.


Le socle précambrien affleure sur la majeure partie de sa longueur, en alternance avec des schistes au Nord, avec des roches basiques et phylliteuses plus au Sud. Entre le W et la frontière du DAHOMEY, les schistes prédominent.


Enfin, les formations sédimentaires dessinent un vaste plateau gréseux recouvert d’une cuirasse latéritique ancienne.


Cette géologie a donné naissance à différentes descriptions qui permettent d’établir une stratigraphie susceptible d’être étendue par analogie. Cette stratigraphie est en conséquence largement imprécise et sujette à caution.


Bien que n’intéressant pas directement la pédologie, qui décrit les profils jusqu’à une profondeur de 1,50 m au maximum, le souci de ne négliger aucune possibilité de créer des réserves d’eau pourrait justifier quelques prospections ponctuelles sur la nature et l’épaisseur des couches plus profondes, jusqu’au socle sain ou jusqu’à la première formation imperméable.


Il n’est pas exclu de découvrir ainsi des réservoirs naturels exploitables pour emmagasiner l’eau du fleuve avec des frais de pompage réduits, pour former dans le sable une nappe captive pratiquement à l’abri du principal obstacle à l’économie des nappes d’eau libre, l’évaporation.


Annexe A - 10 page 2


2/- SOLS DES CUVETTES


L’appellation de "cuvette" est réservée aux superficies comprises entre le lit mineur et l’extension maximum du lit majeur du fleuve en crue, leur caractéristique descriptive étant leur sujétion plus ou moins longue à la submersion.


Les sols des cuvettes présentent une relative uniformité pédologique qui autorise à les classer dans la catégorie des sols hydromorphes, avec trois groupes principaux :


1° - Les sols hydromorphes organiques,


2° - Les sols hydromorphes minéraux à gley, subdivisés en sols brun et sols noirs,


3° - Les sols hydromorphes jeunes sur matériaux d’apport récent.


Les sols hydromorphes ont une excellente structure et, en conséquence, une bonne perméabilité. Ils ont aussi un bon coefficient de draînage sous réserve que leur coté topographique ne soit pas trop basse.


La richesse en humus est élevée et bien répartie ; la texture est argilo-limoneuse en surface, devenant argilo-sableuse en profondeur.


Les sols hydromorphes à gley sont, par contre, compacts et peu perméables. Ils se draînent mal, tandis que les sols hydromorphes à gley noirs se draînent bien en surface. Les sols hydromorphes jeunes ont une structure fondue très battante et sont peu perméables.


Dans leur ensemble, les sols de cuvettes se définissent par leur composition tantôt sablo-limono-argileuse, tantôt argileuse, et en général, par leur perméabilité insuffisante. Ils renferment une quantité appréciable de matière organique et, au point de vue chimique, on ne décèle pas de carence particulière.


Annexe A - 10 page 3


3/- SOLS DES TERRASSES


L’appellation de "terrasses" est donnée aux terres dont une des frontières est commune avec celle du lit majeur, et la limite extérieure non commandée par la topographie, mais par une convention liée à différents critères.


Leur caractéristique est qu’elle échappent en tous temps à la submersion.


Les sols des terrasses se classent en deux groupes :


1° - Les sols ferrugineux tropicaux non lessivés, beiges ou ocres,


2° - Les sols bruns steppiques et bruns rouges.


Les sols ferrugineux tropicaux présentent souvent un relief dunaire à pente assez forte. Le ruissellement est intense, provoquant un premier danger d’érosion que renforce encore leur sensibilité à l’érosion que renforce encore leur sensibilité à l’érosion éolienne.


Les sols bruns steppiques et bruns rouges ont un relief plus atténué et, en conséquence une moins grande sensibilité à l’érosion éolienne et à celle provoquée par le ruissellement.


La morphologie des sols de terrasses et leur classification se caractérisent d’une manière très générale par le manque d’argile et, en composition chimique, par la pauvreté en azote et en matières organiques.


Il s’agit toujours de sols profonds et de perméabilité élevée ; la texture est sableuse (80 à 90 % ) en surface, avec une perméabilité maximum, largement supérieure à la moyenne, devenant sablolimoneuse (sable 80 %, limon 5 %) et limono-sableuse (sable 75 %, limon 6 à 7 %) en profondeur.


Du point de vue physique, on doit encore souligner l’incohérence généralisée des horizons superficiels et, en conséquence, leur sensibilité, déjà mentionnée, à l’érosion.


Enfin, le pouvoir de rétention est faible, notamment en surface où la perméabilité est la plus forte.


Annexe A-10 page 4


4/- CONCLUSIONS GENERALES SUR LES POTENTIELS DES SOLS


Le caractère général des sols, tant de cuvettes que de terrasses, est qu’on ne peut se fier à leur fertilité actuelle et que leurs déficiences devront être corrigées.


Le NIGER échappera d’autant moins à cette nécessité que l’emploi systématique de l’irrigation la rend par ailleurs inéluctable.


Un programme général d’amélioration des sols devra donc être élaboré, qui réduise par étapes le caractère limitant de la pédologie, principal obstacle actuel au bénéfice de l’irrigation.


Les vocations naturelles de base ne seront cependant pas fondamentalement bouleversées. Les cuvettes resteront la terre d’élection des plantes tolérantes à l’hydromorphie, à l’acidité, et adaptées aux terrains argileux, en premier lieu : le riz.


Les terrasses porteront plus volontiers les cultures vivrières traditionnelles et celles auxquelles les conviennent les sols sableux.


Mais on peut prévoir qu’avec le temps, la volonté et les moyens, s’applique un programme systématique d’amélioration, que la notion de potentiel s’atténuera et que le "libre choix des cultures" qu’offre en elle-même l’irrigation, deviendra une réalité.


LVC/Mdj


Commissariat Général
au Développement


Annexe A-II


Complexe Sucrier


QUELQUES CARACTERISTIQUES DE LA CANNE A SUCRE AU NIGER


D’après les observations faites en Station de l’IRAT, Niamey, sur des collections de 160 m 2 par variété sur sol hydromorphe et riche de la Station de KOLO et avec fumure à la plantation ( 150 U de N du sulfate d’ammoniaque - 100 U de P2 05 du super triple et 100 U de K2 O de chlorure ) les rendements en canne ont été sur 23 variétés :




Minimum


Moyenne


Maximum



à 14 mois


61 T (?)


85 T


121 T (?)



à 26 mois (first ratoon)


33 T (18,2°)


59 T(18,1°)


106 T(19,6°)


à 12 mois sur une autre collection plus jeune de ces mêmes 23 variétés les rendements ont été :


60 T (15,7°)


106 T (16,8°)


174 T(16,1°) et sur une introduction de 5 autres variétés nouvelles de 35 à 94 m 2



à 12 mois également


100 T (15,7°)


197 T (15,4°)


292 T(13,9°)


Les chiffres entre parenthèses ci-hauts indiquent le degré Brix correspondant.


Quant aux degrés Brix ils ont été variés suivant les variétés entre :



à 12 mois


11,8


16,8


19,1



à 26 mois (first ratoon)


16,4


18,1


20,9


A la station de TARNA par contre où la canne n’a pas trop souffert des saisons sèches (irrigations de complément, mais insuffisantes) et où la nappe phréatique est beaucoup moins haute surtout en saison des pluies, sur 20 des 23 mêmes variétés la 1ère coupe entre 11 et 12 mois a donné les rendements suivants :



Canne


75 T (21,9°)


135 T (20,2°)


170 T (23,7°)



Brix


18,6°


20,2°


24,6°


Ces renseignements n’ont qu’un caractère d’indication. / .

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique