Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-23B-099

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Récépissé d’un envoi recommandé


68-874/hm


Paris, le 22 juin 1968


Monsieur Mai Mai Gana
Présidence de la République
NIAMEY -Niger-


Mon cher Mai,


Tu trouveras, ci-joint, les photocopies de deux lettres et de leurs documents annexes que j’adresse ce jour au Président. Essaie d’accélérer les choses.


Amitiés. A bientôt.

CENTRE D’INFORMATION DE NIGER


TAITBOUT 59-58
50-40


13, BOUL. HAUSSMANN
PARIS-IX e


LE DIRECTEUR


Paris, le 22 juin 1968


68-874/hl


S.E. Monsieur Hamani Diori
Présidence de la République
NIAMEY -Niger-


Monsieur le Président,


M. Seroussi m’a transmis, avec une lettre du 17 mai - que nous avons reçue le 18 juin - une lettre envoyée à son cousin des Etats-Unis par un groupe américain, concernant le projet de tannerie au Niger. Vous en trouverez, ci-joint, la photocopie ainsi que celle de sa traduction.


Il semble donc que le Séroussi du Nigéria s’occupera de la tannerie en coopération avec ce groupe américain.


J’écris aujourd’hui même à M. Séroussi au Nigéria pour lui demander d’entrer en contact avec M. Mai Mai Gana et M. Goukoye et aussi, ultérieurment avec vous.


Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments dévoués et déférents.


copie à :
- M. Mai Mai Gana
- M. Goukoye


Traduction de la lettre de


DERMA TRADING COMPANY , Gloversville, N. Y.


Adressée à Monsieur Séroussi,
le 22 Avril 1968


Cher Maurice,


Nous avons été très heureux de votre visite à Gloversville, en dépit du peu de temps que vous y avez passé, et j’estime que nous avons fait du bon travail. Le projet de tannerie au Niger fut parmi les sujets amplement discutés, et nous vous avons bien expliqué avant votre départ que nous sommes particulièrement d’accord sur un tel projet, surtout si le gouvernement du Niger donne son agrément aux conditions objet de notre discussion, afin de permettre l’exécution du projet de la manière la plus réussie.


Après votre départ de New York, je me suis mis en rapport avec les principaux utilisateurs de ce type de peau, et ils m’ont beaucoup encouragé ; Je crois qu’aucun problème ne se pose pour l’écoulement de toute la production. Ils exprimèrent une grande confiance du fait que vous vous occuperiez vous-même du projet, et notamment parce que les peaux seraient traitées par vous suivant le procédé existant ; ces peaux font l’objet d’une bonne demande du marché de l’industrie des gants.


J’ai pris la liberté de leur faire savoir que très probablement il sera possible de las approvisionner avec ces peaux en 1969. C’est la raison pour laquelle j’aimerais avoir une réponse positive de ta part sur ce projet, et connaître la date à laquelle nous pourrions commencer à produire.


TELEPHONE
GLOVERSVILLE
5-4510

DERMA TRADING COMPANY

Hides, Skins & Leather
GLOVERSVILLE, N. Y.
P. O. BOX 569


TELEGRAPH
ADDRESS
DERMA


22nd April 1968


Mr Maurice Seroussi
33 Rue Galilee
Paris 16eme


We were absolutely delighted of your visit to us here in Gloversville and in spite of its short duration, I still consider that we have accomplished a great deal. Among the sujets especially discussed in great details was the Pickling Plant in the Republique du Niger and we have made it clear to you before you left yhat we are very much in agreement of the whole project, especially if the Niger Government would agree to conditions as discussed for the fulfilment of the projet in a most successful manner.


After you left New York, I got in touch with the leading users of this type of skin and have found great encouragement from them, so that I feel that there would be no problem in disposing of the entire production. They demonstrated great confidence that the projet would be handled by tou and especially that the skins will be pickled by you ender the existing formula, which skins find a good demand on this market for the glove industry. I have taken the liberty to inform them that tentatively it would be possible to supply them with pickled skins in 1969. That is the reason why I would like to hear from you positively about this project and when do you think we can start production.


Daisy and Joseph send you their love and as well as Rosie and would appreciate very much to hear from you as soon as possible.


Ever Yours,

CENTRE D’INFORMATION DU NIGER


TAITBOUT 59-58
50-40


13, BOUL. HAUSSMANN
PARIS-IX e


LE DIRECTEUR


Paris, le 22 juin 1968


S.E. Monsieur Diori Hamani
Président de la République
du Niger
NIAMEY -Niger-


PROJET SUCRIER DANOIS


Monsieur le Président,


Les Danois sont des gens sérieux en affaires. Ils nous avaient d’abord envoyé un questionnaire de renseignements techniques auquel M. Goukaye a donné les réponses adéquates avec une célérité digne d’éloges.


Aujourd’hui, les Danois nous demandent des renseignements d’ordres agricole et financier dans une lettre du 5 juin qui nous est arrivée, hélas, avec beaucoup de retard, à cause des évènements. Vous en trouverez, ci-joint, la photocopie ainsi que sa traduction en français.


J’espère que cette fois-ci également on porra leur répondre rapidement afin de pousser les Danois à entreprendre une étude approfondie du projet ; ceci aura l’avantage, pour le Niger, de se trouver en face de deux concurrents au moins - un Danois et un Allemand - et d’avoir ainsi une possibilité d’obtenir des conditions meilleurs, en les opposant.


Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments dévoués et déférents.


Copie à :
- M. Mai Mai Gana
- M. Goukoye


Traduction de la lettre de


DE DANSKE SUKKERFABRIKKER


Copenhague, le 5 juin 1968


Monsieur,


Projet de sucrerie au Niger.


Nous avons le plaisir de nous référer à votre lettre du 4 mai adressée à Monsieur Loft, par laquelle vous lui communiquiez les réponses aux diverses questions portées au questionnaire que nous vous avions transmis en son temps.


Nous avons pu entre-temps étudier attentivement lesdites réponses, et avons donc le plaisir de vous informer que sur le plan technique le terrain est maintenant déblayé autant que cela peut par un échange de correspondance ; nous envisageons actuellement la possibilité de nous rendre sur les lieux de l’usine projetée, dans le but de procéder à une étude des conditions locales.


Cependant, il y aurait une ou deux questions que nous aimerions pouvoir élucider. En partant des renseignements que vous nous avez communiqués, nous avons l’impression qu’il est dans les intentions des autorités du Niger de mettre sur pied un projet agricole pour la culture de la canne.


Nous supposons que ceci signifie que l’usine aura à organiser elle-même la culture de la canne, sans avoir à compter pour ses approvisionnements sur les cultivateurs individuels.


Nous pensons que c’est la seule façon de s’assurer une culture efficace de la canne dans une nouvelle région, et ce dans un délai raisonnable. Nous avons eu connaissance de quelques cas qui se sont produits dans d’autres parties du monde ; la nouvelle sucrerie s’est trouvée dans une position particulièrement difficile pendant trois à cinq ans, parce qu’elle a dû compter sur des approvisionnements de cultivateurs qui se sont avérés absolument inadéquats. Il est donc important de savoir exactement ce qui est prévu à cet égard pour la nouvelle usine au Niger, et comment le projet agricole sera conçu et organisé.


Notre seconde question se réfère au financement de l’usine. Ainsi que nous vous l’avons déjà dit, notre société est disposée à envisager ; une participation en qualité d’actionnaire, et il se pourrait également qu’un financement d’une certaine importance puisse être obtenu d’organismes officiels danois. Lors de vos


discussions avec Monsieur Loft au début de mars, vous avez indiqué que diverses possibilités existaient pour un financement par des organismes officiels du Niger. Pourrions-nous vous demander de nous indiquer avec un peu plus de détails le mode de ce financement tel que vous l’envisagiez.


Le gouvernement du Niger est-il disposé à participer en qualité d’actionnaire par exemple avec notre société et d’autres actionnaires danois ? Dans un tel cas, en tant que majoritaire ou minoritaire ?


Habituellement, dans des cas semblables, le capital social ne couvre qu’une petite partie des investissements globaux. Il est bien possible qu’à part le capital social, un financement du Danemark même puisse être obtenu sous forme de crédit ou d’emprunt à long terme. Y a-t-il une possibilité similaire au Niger pour des emprunts à long terme qui serviraient par exemple au développement agricole de la culture de la canne, ou autrement.


Nous comptons sur vous pour une réponse à ces questions dès que possible afin que nous puissions poursuivre l’étude de ce projet, la prochaine étape devant probablement comporter l’envoi au Niger d’un ou plusieurs techniciens de notre société.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique