Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

N-20-013

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONALE

OTTAWA 4


Dossiers

Hudon
Saumier
moi

le 22 juillet 1970


Monsieur André Saunier
Présidence du Niger
République du Niger

Cher André,


J’accuse réception de ta lettre du 30 juin dernier concernant la formation de la société "La Nigérienne". C’est à mon avis un évènement marquant, non seulement pour le Niger, mais pour toute l’Afrique francophone. Même sis l’ACDI n’a pas contribué directement à la constitution de cette société, je n’en ressens pas moins une grande satisfaction.


En ce qui concerne la possibilité de mettre deux administrateurs à la disposition du gouvernement du Niger en relation avec ce projet, il me fait plaisir de t’annoncer que je n’entrevois aucune difficulté et que nous pourrons nous consacrer au recrutement de ces experts dès que nous aurons reçu la demande officielle et les descriptions de tâches.


L’autre question soulevée dans ta lettre, à propos de la possibilité d’aider financièrement cette société, pose un problème plus sérieux. L’ACDI n’a pas de programme ou les rouages nécessaires pour faire face à une telle demande. Cependant, je ne voudrais pas clore là la discussion et je voudrais faire le tour de la question avec toi. Il me semble d’abord qu’il y ait une question de principe impliquée dans une telle proposition. Est-ce que le gouvernement du Canada devrait mettre à la disposition d’entreprises privées


canadiennes des fonds sous forme de prêts ou de dons ) des termes très avantageux sans participer d’une façon quelconque aux profits de cette entreprise ?

Hudon hésite

Personnellement, je ne crois pas que ce soit approprié. Or, si tel est le cas, il nous faut créer un mécanisme institutionnel qui nous permettrait de partager le risque et de participer aux profits. Nous étudions présentement cette possibilité. En attendant l’issue de ces études, la seule façon par laquelle nous pourrions aider la société "La Nigérienne" serait par le biais d’un prêt au Niger qui à son tour accorderait un prêt à la "La Nigérienne" à des conditions commerciales ou quasi-commerciales. Je te soumets cette idée à titre officieux dans le seul but d’obtenir ta réaction.


Même si cette solution s’avérait réalisable, il nous faudrait de plus amples renseignement sur la position financière présente et envisagée de cette société de même que sur ces activités projetées. Tout fonds mis à la disposition de "La Nigérienne" devrait servir à financer de nouvelles activités et non pas à renflouer des activités présentes. Il y a aussi la question du contenu canadien. Une facilité de crédit servant à financer au moins quelques achats au Canada correspondrait davantage à la politique gouvernementale qu’une prestation de capitaux servant à financer des achats locaux ou dans un tiers pays. Tout ce qui précède ne constitue que l’essentiel de ma réaction initiale à ta demande de renseignements et doit être considéré comme tel.


Lors de ton passage au Canada, tu as soulevé deux questions auxquelles je n’ai pas encore répondu. La première concernait l’utilisation des fonds de contrepartie, pour la construction de logements pour les experts canadiens. La question du logement mérite, et je l’espère, recevra une sérieuse attention sous peu. En ce qui concerne les fonds de contrepartie, nous avons l’intention d’utiliser le tout pour la Route de l’Unité, si le Cabinet approuve le projet. L’autre question concernait la télévision éducative. Je pense qu’il vaut mieux laisser ce sujet en suspens jusqu’à ce que nous ayons étudié le rapport du groupe qui s’est rendu au Niger pour étudier la "francophonisation des masses".


Meilleures amitiés,


L. Denis Hudon

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique