Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-054-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















Remise à Maî le
16.4.69 au bourget au
moment de son départ pour Abidjan
à 13h


16.4.69

MON ENTREVUE DU 15 AVRIL 1969 A 11 h 15 AVEC
LE PRÉSIDENT HOUPHOUET


Le président Houphouët est rentré de Genève à Paris lundi dernier ; je suis allé le voir mardi matin, pour l’entretenir de différents problèmes.


A un moment donné de l’entrevue, je lui ai lu l’article paru dans "Valeurs Actuelles" et j’ai ajouté que j’y voyais une manifestation de plus de la campagne de malveillances lancées contre le Président Diori. Il m’a dit :


1° . il n’y a pas de campagne hostile.


2° . "Ce n’est pas en discutant de questions de virgules que vous allez convaincre le général de Gaulle que telle chose a été dite par Diori et pas telle autre. D’ailleurs, vous croyez que l’Élysée n’a pas de meilleurs traducteurs que vous ?"


3° . " Vous-même, faites attention. Vous avez beaucoup, beaucoup d’ennemis, à commencer par celui que vous croyez être de vos grands amis.


Le président m’a fait nettement comprendre alors que mes ennemis pouvaient porter tort au pays que je servais "avec zèle". Je lui ai immédiatement répondu que j’étais prêt à démissionner s’il pensait que, loin de le servir, lui et le Président Diori, ma présence même les desservait.


Il a immédiatement rejeté ma proposition.


Alors que je ne lui avais même pas parlé de l’échange de télex avec Niamey et de la permission qui m’avait été donnée de démentir "Valeurs Actuelles", le Président Houphouët, parce qu’il me connaît sans doute très bien, m’a dit :


" Il ne faut surtout pas de démenti à cet article. Je suis en train de défendre Diori de la façon qu’il faut. Il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu. Combien de personnes lisant cette revue ? Et combien, sur ce qui le lisent, ont-ils lu l’article en question, et sur ce dernier nombre, combien y ont-ils attaché d’importance ? Donc, pas de démenti, pas de polémique, il faut laisser les choses se calmer."


Et à ce moment, le Président Houphouët m’ fait une fois de plus un long exposé plein d’amour fraternel, paternel, pour le Président Diori, disant qu’il était le seul qui lui restait après la disparition de Maga et de Yaméogo, qu’i fondait de grands espoirs sur lui pour assurer la relève sur le plan extérieur...

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique