Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-019-003-003

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.
















20.6.69


ne signifie pas que, dans le nouveau régime, Foccart sera tenu complètement à l’ écart. L’ amitié qui le lie à Chaban-Delmas le garantit contre cette disgrâce, mais l’ important est que le poste qui lui sera attribué ne soit pas celui qu’ il occupait.


Donc, si Pompidou peut tenir la promesse qu’ il a faite durant la campagne de supprimer les polices parallèles, il le doit à Poher. Il lui devra aussi de pouvoir s’ il le veut, mettre un terme aux abus du règle précédent dans le domaine judiciaire . Vous vous rappelez le conflit intervenu à ce sujet entre le Chef de l’ Etat par intérim et Jeanneney, le Garde des Sceaux. Poher, pourtant, ne faisait que répéter les accusations portées par les magistrats eux-mêmes. Eh bien ! aujourd’hui, les intéressés récidivent. L’ Union fédérale des magistrats et le Syndicat de la magistrature publient en effet un communiqué dans lequel ils confirment point par point les propos de l’ adversaire malheureux de Pompidou. La preuve est donc faite que Poher avait raison, et que la vertu outragé de Jeanneney était bien peu sincère. Tout sera bien cependant qui finira bien, si Pompidou exauce le vécu exprimé par les magistrats à la fin de leur communiqué, et s’ il "réalise les réformes qui exigent aussi bien l’ intérêt du justiciable que le prestige de l’ Etat. Cette dernière phrase suffirait pour que la cause fût entendue, car elle dit bien l’ état avilissant auquel le régime du Général a réduit la justice.


Quittons les milieux officiels pour les milieux économiques . Vous avez lu dans la presse le rapport établi, pour l’ Assemblée du CNPF, par son vice-président Ambroise Roux, président de la Commission économique générale. Il s’ agissait de définir les conditions essentielles du redressement économique. Ambroise Roux préconise des mesures qui s’ inspirent d’ un libéralisme raisonné et de bon aloi. Rien d’ étonnant, me direz-vous, mais ce ne sont que des voeux pieux que l’ Organisation patronale est accoutumée d’ émettre, sans grand espoir d’ être exaucée. Eh bien ! cette fois-ci, je crois qu’ il pourrait en aller autrement. Je le crois parce que je sais que l’ auteur du rapport et le Président de la République ont, sur la chose économique, beaucoup d’ idées en commun. Je ne serais donc pas étonné si Pompidou appliquait, au moins en partie, le programme d’ Ambroise Roux. D’ ailleurs, vous connaissez le goût que j’ ai de rechercher les signes des faits que j’ avance. Alors, notez que, dans le paragraphe où il choisit délibérément "type d’ économie reposant sur les lois du marché", le vice-président du CNPF préconise une réforme profonde du système français du crédit a été, précisément, publié mercredi, alors que le Gouvernement l’ avait en sa possession depuis le mois d’ avril. Mercredi, c’est-à-dire le jour même où le rapport Ambroise Roux était, lui aussi, diffusé. Pensez-vous que la coïncidence soit fortuite ?


Couve de Murville a tenu son dernier Conseil de cabinet. Les membres du Gouvernement se sont congratulés et félicités du travail accompli. On n’ est jamais si bien servi que par soi-même. Mais les chiffres sont cruels. Le bilan hebdomadaire de la Banque de France nous apprend que, durant la semaine du 5 au 12 juin, nos réserves de devises se sont appauvries de 759 millions de francs, soit quelque 152 millions de dollars.


Le Gouvernement sera définitivement constitué lundi. Le Parlement se réunira mardi pour se séparer le 2 juillet, après avoir voté une amnistie et un texte relatif aux sociétés commerciales. Il s’ agit de repousser d’ une année le délai accordé aux sociétés pour la mise en harmonie de leurs statuts, et de trois mois les délais pour la tenue des assemblées générales. La première mesure sera adoptée sans coup férir. Pour la seconde, d’ aucuns font remarquer qu’ un ajournement de trois mois ne présente aucun intérêt, du fait que toutes les sociétés attendront le dernier moment et que les commissaires aux comptes seront tout débordés que maintenant. Ils proposeront donc que la date limite de tenue des assemblées générales soit, par exemple, maintenue au 30 juin pour les sociétés anonymes cotées en Bourse, fixée au 30 septembre pour les sociétés anonymes non cotées, et au 30 novembre pour les SARL. Les vacances seront écourtées. Le Parlement rentrera le 10 septembre, en principe pour le budget de 1970, mais le premier texte qui sera examiné concernera l’ ORTF, dont la tutelle sera retirée au ministère de l’ Information pour être confiée au ministère des Affaires culturelles.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique