C-017-005-001

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















CENTRE D’ INFORMATION DU NIGER


TAITOUT 59-58
50-40
LE DIRECTEUR


13, BOUL HAUSSMANN
PARIS - IX’


LE GROUPE DE NOS AMIS CANADIENS


Déjà la dernière fois, quand Mal’ et moi-même avons été à Montréal, le Groupe était scindé en deux. Bien entendu, c’ est le partage du butin qui était à la base de la mésentente, S n’ ayant pas eu une attitude honnête et s’ étant réservé, contre toute logique, la part du lion.


pire, A. , l’ élément le mieux introduit dans les milieux politiques, ayant protesté, S. a réussi à gagner à sa cause T. pour isoler A.


Devant cette situation nauséabonde, j’ avais essayé, lors de notre voyage avec mal’, de refaire l’ unité du Groupe, pour les raisons suivantes :



1°. S. est un homme d’ affaires ingénieux et susceptible donc de nous aider (cf. son projet arachides), en dépit de sa malhonnêteté foncière ;


2°. Comme S. a gagné à sa cause T., la position officielle de celui-ci peut gêner notre action ;


3°. A. a des contacts très étendus dans tous les milieux politiques, c’ est l’ élément le plus honnête, le moins mercantile, le plus solide pour nous.


Cette fois-ci, j’ ai retrouvé le Groupe tout aussi divisé, et j’ ai remarqué que de plus, le tandem S.T. essayait de se placer pour le barrage en préconisant M. Claude Blais - un ingénieur d’ une firme qui est susceptible de s’ occuper du barrage - comme conseiller du Président. La personne de M. Claude Blais ni la stature de la firme ne sont en question. Mais le fait que cette manoeuvre ait eu lieu en dehors de A. est fort gênant, car à l’ échelon politique celui-ci seul fait le poids.


Je n’ y ai donc pas été par quatre chemins pour leur dire leurs véritiés, sans aucun ménagement :



1°. AT., j’ ai rappelé qu’ il ne devait jamais utiliser son titre que dans le seul intérêt du Niger, qu’ il ne devait jamais oublier que les intérêts du Niger devaient primer, et de loin, les siens propres ; Je lui ai dit encore que les

informations confidentielles obtenues par moi à Ottawa montraient tout le poids de A. et qu’ il était incompréhensible qu’ il devienne un instrument entre les mains d’ un margoulin comme S. Je lui ai dit enfin, suprême chantage, que si le groupe ne retrouvait pas son unité d’ antan, je me considèrerais dégagé de toute responsabilité envers lui et négocierais directement avec l’ échelon politique sans passer par son intermédiaire.


2°. J’ ai répété ce dernier argument à S. et je lui ai dit qu’ il avait été malhonnête avec ses amis et avec le Niger. Que dans une telle atmosphère de méfiance, il n’ était pas possible de faire des affaires avec lui, car ce n’ est pas moi qui risque d’ être roulé, mais tout un pays.


Effectivement, S. a roulé à la fois le Niger et le Canada. Heureusement que j’ ai eu des tuyaux par l’ intermédiaire de A. Et à cette occasion, je me suis aperçu à quel point le système des nationalisations est aléatoire, dans la mesure même où ne connaissant pas tous les rouages des échanges commerciaux, on devient facilement victimes de la rouerie des hommes d’ affaires.


Voilà comment la chose s’ est faite :



1°. le bateau ayant déchargé son blé à Abidjan plus vite que prévu, les armateurs ont ristourné 3.958,33 dollars à S. J’ ai exigé et obtenu que ce chèque, établi au nom de la BDRN, me soit remis sur le champ. S . s’ est exécuté


2°. le fret ayant été calculé au tarif de 9 dollars et fraction la tonne, les armateurs ont effectué une ristourne de quelque 1,50 $ par tonne, soit un totale 30.000 dollars environ, à S. Cette somme aurait dû, semble-t-il, nous revenir en totalité. Mais même si elle constituait le bénéfice du Groupe, j’ aurais dû avoir ma commission de 10%. Je l’ ai exigé de S. sous forme d’ un chèque au nom de la BDRN. S . a tergiversé et m’ a promis le chèque pour plus tard. Je lui ai répondu que tant que je ne l’ aurais pas, il était inutile pour lui d’ attendre de faire une affaire quelconque avec le Niger.


Comme on le remarque, tout cela n’ est pas bien propre.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique