Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

C-014-002

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















- NOTE -


A l’attention de Monsieur Yvon Bourges
Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères .


La note du Président Diori Hamani à l’attention de Monsieur Georges Pompidou , Président de la République Française , ne constitues imprévisibles ayant aggravé les problèmes permanents que le Niger affronte depuis son accession à l’Indépendance .


Les différents points évoqués dans cette note peuvent être explicités de la manière suivante :


I - LA BAISSES DES COURS DE L’ARACHIDE


Elle a retenti directement sur le revenu , pratiquement unique , du producteur nigérien , et par suite , sur l’ensemble de l’économie


nigérienne . La diminution des recettes fiscales , la difficulté croissante de la rentrée de l’impôt qui en découlent ont compromis et compromettent encore l’équilibre budgétaire ; elles rendent aléatoires l’exécution des prochains budgets et des plans de développement .


Le tableau ci - dessous précise les pertes de recettes à l’exportation entraînées par l’évolution du prix de vente de l’arachide.


-  TABLEAU I -


UNITE : Poids : Tonnes - Prix moyen au Kilo : France CFA
VALEUR : milliers de France CFA .


Pour les campagnes 1963 / 1964 à 1966 / 66 le prix moyen tient compte des tonnages exportés sur la France aux prix garantis


Pour les campagnes 1967 /68 et 1968 / 69 , le prix moyen est celui du marché mondial.



Compagnes arachidires


Tonnage exporté


Prix moyen au kilo


Valeur


Valeur aux prix 1962-63


Différence


Observations


1962/63-Campagne de référence


82,600


52,50


4,336,500


-


-


Totalité exportée sur le France



1963/64...1964/65. . . 1965/66. . .1966/67. . .


98,705 85,305 133,182 175,845


51,45 49,48 48,131 46,88


5.078.787 4.220.727 6.411.197 8.244.000


5.182.012 4.478.512 6.992.055 9.231.862


103.225 257.785 580.858 987.862


Période de Transition. La France importe un contingent à des prix garantis , mais inférieure aux prix de 1962/63



1967/68 1968/69


161,412 136,000


38,76 45


6.255.941 6.120.000 36.330.652


8.526.105 7.140.000 41.550.546


2.270.164 1.020.000 5.219.894


Exportation aux prix du marché mondial



II - L’epffonrements des cours du betail -


Le manque d’eau et de pâturage résultant de la sécheresse exeptionnelle , ont entraîner une mortalité du bétail qui constitue dès maintenant une véritable catastrophe national : la perte du cheptel en région sahélienne dépasse 50% ; elle atteint 75% pour le cheptel forcé de demeurer dans l’Air .


La chute des prix est désastreuse : à INGALL par exemple , la génisse de 4 ans , qui valait de 8,000 à 10,000 francs , est vendue de 1,000 à 3,500 francs .


Le prix du mouton normalement fixé entre 850 et 1,500 Fr. tombe entre 100 et 6,000 frs. alors qu’en periode normale , il état en moyenne de 15,000 frs.


En outre , le débouché du Nigeria est pratiquement fermé depuis deux ans ; pareuité de la situation politique dont souffre ce client traditionnel , de beaucoup le plus important .


III - La Deterioration constante des termes de l’echange


Elle peut se traduire par le tableau suivant , établi à partir des données statistiques publiées par l’I.N.S.E.E. en Octobre 1963 et en Octobre 1967.


IV - LA DIMINUTION DU REVENU NATIONAL


Si , de 1960 à 1966 , le revenu national a crû de 4% par an , il est vraisemblable qu’il s’est ensuite accru moins vite que le taux de pression démographique , pour stagner et même régresser en 1969.


L’explication de cette situation alarmante réside dans les faits exposés plus haut (arachide , échanges , bétail : la reconstruction d’un cheptel diminué de plus moitie ne pourra être réalisée avant au moins dix années et cette perte est de l’ordre de 4 à 5 milliards de francs).


V - LE PROBLÈME BUDGÉTAIRE -


La crise économique qui dure depuis des années et qui résulte des événements du Nigeria , en particulier de la dévaluation de la livre et du boulversement des échanges , a eu et a encore pour effet de compromettre l’équilibre budgétaire par l’accumulation des déficits .


Le Niger n’a le choix qu’entre deux issues :


Ou bien l’équilibre est rétabli annuellement par tous les moyens : restrictions , voire diminution draconiennes des dépenses : aggravation de la fiscalité qui , dans les circonstances actuelles , ne peut porter que sur le secteur économique moderne . Les conséquences d’après les études des financiers , en seront l’arrêt du développement , les équipements n’étant plus correctement , ni entretenus , ni prix en charge , et même un récession , les charges fiscales nouvelles provoquant un accroissement


d’environ 5% du coût des biens et services modernes ; ces conséquences rendront chaque année plus difficile l’établissement de l’équilibre , et il est à craindre en faits que le déficit réel ne devienne inévitable , plongeant le Niger dans une situation sans issue .


Ou bien , on étudie dans un carte pluri - annuel les conditions d’un retour à l’équilibre , ce qui permet , tout en éxerçant une constrainte sévère , d’accorder le minimum indispensable en fonction des priorités de la planification budgétaire , de ne pas aggraver la pression fiscale et ainsi de maintenir les conditions d’un développement modeste en attendant qu’à parti de 1975 , le fruit de l’effort antérieur et de l’exploitation de l’Uranium permette d’envisager une croissance un peu plus rapide et mieux équilibrée .


Mais les perspectives des recettes fiscales à provenir de l’exploitation de l’uranium dans l’hypothèse la plus favorable ( usine de 1,500 tonnes) sont encore fort éloignées : les recettes directes n’apparaîtront qu’en 1971 , pour 40 millons seulements , elles n’atteindront 350,000,000 de francs qu’en 1975 et ce n’est su’en 1983 qu’elles plafonneront à environ 900 millions .


En tout état de cause , une aide extérieure substantielle est nécessaire et indipensable pour appuyer les mesures de redressement que le Niger est résolu à prendre dès le prochain budget.

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique