C-007-003

  • Recherche textuelle
  • Brèves
  • Des interviews exclusives de Dja-Apharou ISSA IBRAHIM, ami et confident de Jacques Baulin, responsable par donation de l’intégralité des documents constituant le fond, et président de l’association sont actuellement publiées dans la rubrique présentation.

  • Les trois ouvrages de J. Baulin : Conseiller du président Diori, La politique africaine d’Houphouët-Boigny et La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
    seront disponibles sur le site en version iBook et en version Pdf dès septembre
    2009.















PARIS - OUTRE - MER


Senghor ne se rendra pas au "sommet" de l’OUA , à Addis - Abeba . Il considère que cette rencontre ne sera pas l’événement de l’année pour l’Afrique . Ce n’est pas l’avis de Diori Hamani . Membre de la Commission ad hoc pour le Nigéria , Diori espère que ce sommet permettra de tenter , une fois de plus , ce que Paul VI essaie de faire à Kampala : réconcilier Nigérians et Biafrais , à tout le moins d’arrêter le massacre . Diori dirige un Etat qui ressent singulièrement les conséquences de ce conflit . Le Niger a plus de mille kilomètres de frontière commune avec le Nigeria et , de part et d’autre de cette frontière , les , les populations sont les mêmes . Au surplus , les Haoussa du Niger n’ont d’autre débouché pour leurs produits que le Nigeria . Le Niger fertile évacue ses produits par Kano . Pour toutes ces raisons , Diori souhaite un règlement du drame nigérian . A l’évidence , il ne peut pas être partisan de l’unité du Nigeria . C’est un point sur lequel il est en désaccord avec Houphouet - Boigny Jusqu’à présent , ce désaccord , les deux hommes se sont efforcés de le masquer . A Alger , en septembre dernier , alors que la majorité des chefs d’Etat de l’OUA condamnait la sécession biafraise , Diori , intelligemment , expliquait que l’attitude de ceux de ses collègues qui avaient reconnu le Biafra avait un aspect positifs , car elle permettait de maintenir le contact avec les deux parties , voire de renouer le dialogue .


Les positions , depuis , se sont accusées . Houphouet , qui s’est faite s’est fait le champion de la cause biafraise , entend , non sans courage , porter l’affaire devant l’Assemblée générale des Nations - Unies . Je dis " non sans courage " car il sera battu à l’ONU comme il serait battu à l’OUA s’il y tentait l’expérience . Cet échec est d’autant plus prévisible que la tentative de Houphouet , de Nyéréré , de Bongo et de Kaunda sera sans doute cautionnée par certaines pays occidentaux .


La cause du Biafra , hormis l’effet spectaculaire , ne progressera malheureusement pas pour autant . Au surplus , elle risque de diviser - ce qui n’est pas pour déplaire à tout le monde -les francophones de l’OCAM . Ahidjo , dont la prudence serpent est bien connue , ne peut agir autrement que Diori ou Tombalbaye . Tsiranana , depuis longtemps , a marqué son hostilité à la sécession .


Le clan révolutionnaire fera de son mieux pour exploiter l’isolement de Houphouet . Le jeu vaut la peine . Non seulement l’Ocam serait ébranlée , mais l’Entente , qui empêche toujours Sékou Touré de dormir , connaîtrait sa crise la plus grave . Un débat à l’ONU , débat dont l’issue est prévisible , ne changera rien à l’affaire . Le ban et l’arrière ban de l’afro - asiatisme militant aurait la partie belle .


L’Afrique est sourde à la souffrance des Biafrais , comme elle est indifférente au drame qui se joue au sud Soudan . L’OUA et son Comité de libération , qui entretient grassement tous les révolutionnaires de salon ; refuse énergiquement tout appui au " Gouvernement du Nil " de Gordon Mayen , autrement dit il refuse vivres , médicaments , armes aux noires du sud Soudan qui se battent contre les soldats de Khartoum . Il est vrai que L’OUA joue sur le velours : les dirigeants politiques du sud Soudan sont fort divisés .


La Côte d’Ivoire a signé trois accords de coopération économique et technique avec l’Italie . L’un de ces accords garantit le libre transfert en devises des capitaux investis et du produit de ses capitaux .


Moscou et Kinshasa rétablissent leurs relations . Gromyko a été très affectueux avec Bomboko . Le Russe a affirmé que son pays ne ménagerait pas ses efforts pour aider le Congo , en dépit des différences idéologiques et des systèmes sociaux . Et d’ajouter : " Nous considérons que le Congo joue un rôle important en Afrique ". D’ailleurs : Gromyko se rendra , officiellement , à Kinshasa . Ce sera la première visite du Russe au sud du Sahara . Ce ne sera certainement pas la dernière . Moscou , je vous l’ai dit , revient très fort en Afrique . Son jeu consiste à gagner Pékin de vitesse. Et tout l’appareil politico - économique soviétique s’y emploie .

info portfolio

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique