N-20-048

  • Recherche textuelle
  • Brèves
13 bis, rue Lafitte 70.1277. jb. dh le 22 octobre 1970 Monsieur D. HUDON
A.C.D.I.
75, rue Albert
OTTAWA Cher Ami, Je m'excuse d'avoir à vous importuner, à cinq jours d'intervalle, avec une nouvelle lettre. Si je prends la liberté de le faire, c'est que je reçois, de nos amis canadiens, deux informations peu réjouissantes à propos de notre projet de " Route de l' Unité et de l' Amitié Canadienne " . Selon la première information, un expert de l' ACDI proposerait des études supplémentaires avant le début effectif des travaux concernant le " design définitif " de la Route, alors que " de Leuw, carther " propose un " design " progressif. Je ne sais que penser de cette information car, durant l'entrevue de trois heures que Maï et moi-même avons eue à Ottawa, le 11 septembre dernier ne pouvait être établi qu'au fur et à mesure de la progression des travaux. On propose maintenant une étape intermédiaire qui prendrait six à douze mois. et coûterait des centaines de millier de dollars supplémentaires. Nous comptons arriver à Ottawa dans les meilleurs délais pour nous renseigner à ce sujet, et nous espérons vivement que d'ici là aucune décision irrévocable ne sera prise. Selon la seconde information, la mission Guérin serait revenue à Ottawa avec l'impression que les Nigériens ne savaient pas très bien ce qu'ils voulaient au juste, tant en ce qui concerne le contrôle technique et financier de la Route, que la façon d'organiser les travaux. <:par> Les membres de la mission avaient été effectivement frappés en particulier - ils m'en avaient entretenu à Niamey même - par les idées divergentes émises par les Nigériens au sujet de la Convention de financement, lors de la grande réunion entre les deux délégations. Je leur avais expliqué alors que, considérant les Canadiens comme des amis, nous ne prenions aucune précaution pour accorder nos violons au préalable, avant de discuter avec eux. Mais cela ne signifie nullement qu'il y a confusion à ce sujet au Niger. Dans ma lettre du 5 crt. adressée à M. Guérin, je l'avais déjà averti que le Président après avoir pris connaissance des discussions, avait rendu son arbitrage à ce sujet. <:par> Dans ce contexte, je pense que le contre-projet de Convention de Financement que nous pourrons vous soumettre lors de notre prochaine rencontre, pourra constituer un compromis valable aussi bien pour le Niger que pour l' ACDI. Dans l'attente du plaisir de vous revoir dans un canada en deuil certes, mais soulagé et serein. Je vous prie d'agréer, cher Ami, l'expression de mes sentiments les plus cordiaux. J. Baulin
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique