La succession d’Houphouët-Boigny
Préface

PREFACE


La Succession. En Côte-d’Ivoire, on en parle depuis un quart de siècle. Le pré­si­dent Houphouët-Boigny lui même y avait fait allu­sion, tandis que M. Philippe Yacé, secré­taire géné­ral du Parti Démocratique de Côte-d’Ivoire, avait relevé que de nom­breu­ses per­son­nes se deman­daient ce qui arri­ve­rait « après le Président Houphouët-Boigny... ». C’était en 1965.

Il est vrai que, depuis, « le Sage de l’Afrique » rejette toute idée de retraite, anti­ci­pée par défi­ni­tion. Mieux, il donne volon­tiers l’impres­sion d’avoir fait sienne la fameuse phrase : « Je n’ai pas eu de pré­dé­ces­seur, je n’aurai pas de suc­ces­seur », du géné­ral de Gaulle.

Dans la capi­tale économique de la Côte-d’Ivoire, on jase à nou­veau, et à pro­fu­sion, sur un pro­chain chan­ge­ment à la tête de l’Etat. Il ne s’agit plus sim­ple­ment de rumeurs. On cite « des faits ». Ainsi, cer­tains obser­va­teurs ivoi­riens met­tent en relief la nota­ble recru­des­cence des acti­vi­tés féti­chi­ques, se tra­dui­sant par une mul­ti­pli­ca­tion de sacri­fi­ces pro­pi­tia­toi­res dont on trouve par­fois les traces dans cer­tai­nes rues d’Abidjan, et encore plus à l’inté­rieur du pays. Ces faits d’évidence pour beau­coup d’Ivoiriens, pri­ment toute autre consi­dé­ra­tion, et les

1 2 3 4 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique