La succession d’Houphouët-Boigny
La déchéance

Les élections pré­si­den­tielle et légis­la­ti­ves du 16 novem­bre 1975 s’étaient ter­mi­nées par un triom­phe avec des scores impres­sion­nants. Ministres et hauts fonc­tion­nai­res ivoi­riens atten­daient, tout comme les diplo­ma­tes étrangers, la suite, c’est-à-dire le tra­di­tion­nel chan­ge­ment de l’équipe minis­té­rielle. Au fil des jours, des semai­nes, puis des mois, aucun rema­nie­ment de l’Exécutif ne poin­tant à l’hori­zon, les rumeurs com­men­çaient à se mul­ti­plier.

Dans l’attente de cette iné­luc­ta­ble - et vaste, disait-on - redis­tri­bu­tion des cartes, le pays se diri­geait, pro­gres­si­ve­ment, vers une para­ly­sie poli­ti­que et admi­nis­tra­tive géné­ra­li­sée. En effet, les dif­fé­rents res­pon­sa­bles de l’Exécutif, igno­rant le sort qui leur serait réservé, refu­saient de pren­dre, non pas la moin­dre ini­tia­tive, mais la moin­dre déci­sion.

Les hypo­thè­ses pseudo- ou para-poli­ti­ques les plus invrai­sem­bla­bles cir­cu­le­ront trois mois durant dans les dîners d’ambas­sa­des et les quar­tiers popu­lai­res d’Abidjan. Selon la ver­sion la plus logi­que, l’entou­rage immé­diat du pré­si­dent Houphouët-Boigny exer­ce­rait une pres­sion gran­dis­sante sur lui, pour l’amener à aban­don­ner le pou­voir. Mais si le Président ne pou­vait y sous­crire hier, à cause du

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique