La succession d’Houphouët-Boigny
STATU QUO ANTE

M. Houphouët-Boigny, dit-on, est mor­ti­fié. Le scan­dale du « doc­to­rat » de Bédié l’a touché plus qu’il n’y paraît. Avec son amour-propre à fleur de peau, il n’arrive pas à cacher sa fureur. Il regrette d’avoir envoyé une lettre de féli­ci­ta­tions et de se retrou­ver à décou­vert [1].
Pendant des semai­nes, il lui inter­dira sa porte.

Le minis­tre lui-même dis­pa­raît de la cir­cu­la­tion comme au len­de­main de son inter­ven­tion au IVe Congrès du PDCI cinq ans aupa­ra­vant. On le dit abattu. Certains de ses amis par­lent de dépres­sion. Quoique cons­cient de l’affec­tion toute par­ti­cu­lière que lui porte le Président, il craint d’être éliminé de la course à la magis­tra­ture suprême. Il craint même d’être écarté du gou­ver­ne­ment lors du tout pro­chain rema­nie­ment minis­té­riel.

De fait, à ce moment, et pour une période très courte, le Président com­mence à avoir « enfin » des doutes, m’assure-t-on, sur le sérieux et la com­pé­tence de celui qui reste son favori. Le contre­temps du doc­to­rat paraît d’autant plus fâcheux que le pré­si­dent Houphouët-Boigny avait des plans bien précis en pré­vi­sion du Ve Congrès du PDCI qui se pré­pare.

Le Président sait de plus que la dif­fu­sion du tract a été métho­di­que. Pour une fois, elle ne s’est pas

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique