La succession d’Houphouët-Boigny
Ottawa-Paris

Y avait-il un para­mè­tre poli­ti­que dans l’atti­tude de M. Henri Konan Bédié ? Celui-ci fai­sait-il bar­rage aux pro­jets et aux inves­tis­seurs étrangers non fran­çais pour plaire à Paris et prou­ver que l’étiquette d’anti-fran­çais qu’on lui col­lait était immé­ri­tée ? M. Diawara et un autre minis­tre ivoi­rien le croyaient. Moi aussi.

L’affaire du don de blé cana­dien [1], qui tour­nera para­doxa­le­ment à l’épreuve de force entre Niamey et Paris, devait appor­ter la preuve que Konan Bédié était plei­ne­ment cons­cient de la néces­sité de ména­ger cer­tains inté­rêts économiques et poli­ti­ques fran­çais, s’il vou­lait accé­der à la pré­si­dence de la République. Il est regret­ta­ble qu’il s’y soit pris de façon mala­droite, qu’il ait cher­ché à faire coup triple, c’est-à-dire ména­ger Paris, contre­car­rer une ini­tia­tive de J. Baulin, et camou­fler à tout prix une erreur de juge­ment. Le récit détaillé de cette affaire me paraît néces­saire dans la mesure où il met en relief une autre des facet­tes de la per­son­na­lité du can­di­dat du pré­si­dent Houpouët-Boigny à la magis­tra­ture suprême.

De quoi s’agit-il ? Tout sim­ple­ment de la mise en oeuvre du plan que j’avais exposé en gros à M. Bédié près de deux années aupa­ra­vant, à savoir la

1 2 3 4 5 6 7 8 9 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique