La succession d’Houphouët-Boigny
Avant Propos

AVANT PROPOS


En ce début d’automne 1988, les orga­nes d’infor­ma­tion ivoi­riens, et par consé­quent leurs lec­teurs et audi­teurs, conti­nuent à igno­rer la situa­tion à laquelle la Côte-d’Ivoire fait face.

Au plan économique, le pays se trouve au stade du dépôt de bilan mais les lec­teurs de Fraternité Matin n’en savent rien. Ils igno­rent que le pré­si­dent Houphouët-Boigny a demandé à la France une nou­velle avance de 260 mil­liards de francs CFA. Ils ne se dou­tent pas que le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et Paris déses­pè­rent de pou­voir ren­flouer l’économie ivoi­rienne en dépit de leur désir de pré­ser­ver ce qu’ils consi­dé­raient, il n’y a guère, comme « la vitrine » de l’Occident en Afrique.

Au plan social, seize res­pon­sa­bles du syn­di­cat des ensei­gnants du secondaire, inter­nés depuis des mois au camp mili­taire de Séguéla, vien­nent d’être remis en liberté sur inter­ven­tion du syn­di­cat des ensei­gnants fran­çais. Les jour­na­lis­tes ivoi­riens avaient dû occulter leur déten­tion et mettre en relief, au contraire, l’absence de pri­son­niers poli­ti­ques en Côte-d’Ivoire...

Au plan poli­ti­que, la lutte pour la suc­ces­sion pré­do­mine, mais la presse ivoi­rienne paraît s’en désin­té­res­ser. Elle fait de son mieux pour camou­fler le heurt des inté­rêts eth­ni­ques ou économiques,

la

1 2 3 4 5 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique