La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
Annexe VI
Récit par M. Jean-Baptiste Mockey de son entrevue du 8 janvier 1960 avec M. Houphouët-Boigny

Relation de J.-B. Mockey d’une entrevue avec M. Félix Houphouët-Boigny

Cette entre­vue a eu lieu enfin le 8 jan­vier 1960 à 10 h du matin. M. HOUPHOUET-BOIGNY me dit ceci : « Je t’avais dit de te faire oublier. Je suis peiné de cons­ta­ter que tu tiens des réu­nions sub­ver­si­ves noc­tur­nes à Abidjan. Et depuis hier, Africains et Métropolitains vien­nent me dire que je suis extrê­me­ment bon ; mais bien que je ne veuille point croire, il suffit de cons­ta­ter le défilé à la Pharmacie de l’Autoroute depuis hier pour se convain­cre que MOCKEY est au centre d’un com­plot. Il va y avoir des inci­dents plus graves que ceux des Dahoméens. Comme j’assure la sécu­rité des gens, je serai obligé de pren­dre des mesu­res sévè­res contre toi : rési­dence obli­ga­toire, rési­dence sur­veillée, prison, je ne sais rien encore. D’ailleurs le Conseil de Gouvernement se réunit aujourd’hui. »

Je donne des expli­ca­tions pour démon­trer que tout cela est faux et que je ne puis pas me trou­ver sur ma plan­ta­tion, au Canal d’Assinie, et tenir en même temps des réu­nions à Abidjan. En ce qui concerne l’affluence à la Pharmacie, il s’agit cer­tai­ne­ment du Ministre Maxime OUDRAOGO que j’ai hébergé et qui a donné cer­tains rendez-vous. A ma connais­sance, il n’y en a que trois. D’ailleurs, celui-ci m’a dit qu’il te deman­de­rait un rendez-vous ce matin.

A quoi M. HOUPHOUET-BOIGNY répond : « Oui, il m’a télé­phoné ce matin vers 7h30. Il sait ce que je lui ai dit à ce sujet. D’ailleurs, tu as été minis­tre de l’Intérieur et tu sais com­ment on file quelqu’un. Je te fais sur­veiller. »A ce moment il sort un papier de sa poche et dit : « D’ailleurs tu étais à Abidjan où tu as couché les 30 et 31 décem­bre, le 1er, le 2, 3, 4 jan­vier. Voici les numé­ros des voi­tu­res qui ont été rele­vés jusqu’à ce jour. Si je t’avais vu le 4 jan­vier, je n’aurais pas su tout ceci. Tu connais la voi­ture TTX - Tu sais à qui cela appar­tient. »

Je trouve qu’aux dates citées, je ne me suis pas couché à Abidjan ou que je ne me suis pas trouvé dans cette ville. Je demande à voir le papier

1 2 3 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique