Annexe XII

Informations données par Pierre Biarnès sur les « complots francs-maçons » et le rétablissement de la franc-maçonnerie en Côte d’Ivoire

  • Recherche textuelle
  • Brèves

22 février 1973

Informations données par Pierre Biarnès sur les
« complots franc-maçons » et le rétablissement de
la franc-maçonnerie en Côte d’Ivoire

1 . Les complots

Le complot de 1963 en Côte d’Ivoire a été le fait de Yacé qui voulait se débarrasser de Mockey. C’est Toulouse qui a mis Yacé sur la voie des Francs-maçons en attirant son attention sur le fait que c’était la seule organisation en Côte d’Ivoire réunissant Blancs et Noirs.

Yacé à son tour en a convaincu Houphouët et il y a eu un méli-mélo invraisemblable. En effet, Djessou Loubo et Bernard appartenaient à la Grande Loge, tandis que Mockey, Kacou Aoulou et Boka appartenaient au Grand Orient.

L’amalgame a été fait. Les Français ont été expulsés (en compagnie de Diffre) tandis que les Ivoiriens étaient jetés en prison.

2 . Le voyage de Zeller fin 1972 en Afrique

Le Grand Orient est très puissant au Gabon où tous les officiels, du Président de la République au dernier des ministres appartiennent à la franc-maçonnerie ; au Togo aussi. Le Sénégal arrive en troisième position.

Le rétablissement de la franc-maçonnerie en Côte d’Ivoire est passé par les péripéties que voici :

a) Zeller lui-même a demandé à plusieurs reprises à Perriard s’il y avait une possibilité quelconque. Perriard, qui flirte avec la Grande Loge, non seulement s’est refusé à intervenir, mais a découragé toute initiative en ce sens.

b) Zeller s’en est ouvert à Biarnès qui, en mai 1972, au cours d’une longue discussion avec Houphouët, lui a dit que lui qui parle de fraternité, de dialogue, devrait renouer avec les franc-maçons, dernières victimes du soit-disant complot, et que Zeller, au cours d’une rencontre, lui avait demandé, à lui Biarnès, s’il pouvait tâter le terrain. Houphouët a répondu : « Bien entendu, il n’a qu’a venir ».

c) Biarnès en a informé Zeller qui hésitait toujours à agir et surtout ne savait pas comment faire le premier pas. Biarnès lui a suggéré d’écrire directement à Houphouët, en lui proposant une date de rencontre.

d) Devant les hésitations de Zeller, Biarnès a écrit lui-même à Raphaël Leygues en lui disant d’intervenir.

e) Raphaël Leygues est intervenu en grand parce que :

  • Après avoir pris ses fonctions, Zeller avait rendu une visite protocolaire à Pompidou et à Messmer. Au cours de cette entrevue, il avait attiré leur attention sur les efforts faits par les franc-maçons américains pour pénétrer en Afrique.
  • Il leur avait parlé du morceau noyau dur ivoirien.
  • Messmer avait écrit une lettre à Raphaël Leygues en lui disant qu’au cas où la franc-maçonnerie lui demanderait une aide, de l’accorder sans arrière-pensée. D’où l’intervention massive de Leygues qui non seulement a obtenu une réponse rapide d’Houphouët, mais a envoyé sa propre voiture avec drapeau tricolore pour recevoir Zeller à l’aéroport, l’a logé avec son épouse chez lui, à l’ambassade, etc. etc.
  • Lors de l’entrevue Houphouët-Zeller, Houphouët ayant donné son accord, Zeller a fait venir de toute urgence, par avion, du Togo, les huiles et a rallumé les feux, ce qui fait que la franc-maçonnerie est repartie.

3 . Sénégal

Zeller a été invité au Sénégal par Senghor à l’occasion du centenaire de Blaise Diagne, qui était l’un des fondateurs de la Loge.

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique