Annexe I

  • Recherche textuelle
  • Brèves

ENTRETIEN AVEC MAÎTRE STIBBE

Entrevue avec Maître Stibbe le 14 janvier 1976
en compagnie de Gilbert Comte

(Notes transcrites dans l’heure qui suivit la rencontre)

1. Madame Stibbe est arrivée en Côte d’Ivoire au printemps 1949 et y est restée, durant son premier séjour, jusqu’en octobre. Durant cette période, elle habitait chez Houphouët à Treichville. Houphouët participait régulièrement aux réunions du groupe d’études communiste. Mieux, il faisait reproche à Mme Stibbe, qui n’était pas membre du P.C., de refuser d’y participer.

2. « La première fois que j’ai rencontré Houphouët, dit-elle, il m’a déçue. Je m’attendais à voir un Lénine africain et je n’avais en face de moi qu’un politicien de village. Il n’avait pas d’envergure. Il était plus malin qu’intelligent. Selon moi, d’Arboussier ou Ouezzin étaient intellectuellement supérieurs à Houphouët ».

3. Alloh Jérôme avait représenté le R.D.A. au Congrès de la Paix à la salle Pleyel (printemps 1949) et était rentré en Côte d’Ivoire avec Madame Stibbe.

4. Les causes du désapparentement :

a) - Peur physique d’Houphouët, impressionné par l’assassinat de Biaka Boda. C’était pourtant un homme effacé : il a été assassiné pour frapper précisément l’esprit des leaders du R.D.A. Après l’affaire de Dimbokro, Houphouët n’est pas sorti des semaines durant de Yamoussoukro.
- Ou peur physique d’aller en prison, de perdre sa liberté, de vivre dans la promiscuité comme cela se passait à la prison de Grand Bassam.
- Peur aussi de la destruction possible du R.D.A. dont les cadres avaient payé un lourd tribut à la répression et se trouvaient en prison. Seul Coffi Gadeau n’avait pas été arrêté et était le grand patron du R.D.A. durant la période de la répression.

b) Les maladresses du P.C. qui donnait trop de directives à Houphouët alors que ce dernier, imbu de sa personne de “chef” - et pas seulement de chef coutumier - et de grand leader, se montrait réticent à recevoir des directives de qui que ce soit.

c) Le sectarisme des dirigeants communistes français pour l’Afrique, comme Barbé et Feix, alors que les sénateurs communistes Franceschi ou Odru étaient beaucoup plus souples, mais avaient aussi moins d’emprise sur l’organisation du P.C.

d) Les intérêts de classes.

e) Les promesses de Mitterrand à Houphouët qui étaient toutefois fonction des conditions mises, dont l’une stipulait qu’Houphouët romprait ses relations avec le collectif d’avocats communistes et progressistes, et parmi ces derniers, M. et Mme Stibbe.

5. A Treichville, les repas étaient pris en commun. Avocats français et dirigeants ivoiriens, tout le monde se tutoyait, y compris Houphouët. Il essayait de cacher sa nature foncièrement féodale sous une espèce de
populisme. Il tenait à avoir la plus belle voiture de Côte d’Ivoire, et elle devait être en tout cas plus belle que celle du gouverneur. Une fois, le R.D.A. ayant donné une vieille carcasse à Mme Stibbe, Houphouët en avait fait une maladie et avait acheté et mis à sa disposition une nouvelle voiture.

6. Les discours d’Houphouët étaient préparés au bureau 43 de l’Assemblée Nationale.

7. Dans chacun de ses discours, le président du R.D.A. apparenté au P.C., déclarait urbi et orbi à Treichville : « Personne ne peut m’acheter car je suis plus riche que le gouverneur ».
Le P.C. ne bronchait pas.

8. Des avocats communistes acceptaient que leurs dossiers, avant d’être plaidés, soient manipulés par des marabouts.

9. Sur le plan politique, Houphouët était considéré comme le libérateur à cause de l’abolition du travail forcé. Il avait des difficultés majeures avec la chefferie.
_ Il n’a jamais parlé d’indépendance de la Côte d’Ivoire et en cela il suivait la ligne du P.C.F. qui ne la demandait pas non plus.

10. Documentation :
a) Il faut essayer d’avoir la collection du Réveil à la Bibliothèque Nationale.
b) Consulter la collection de L’Humanité de cette période, car “l’Huma” avait en permanence un correspondant à cette époque.
c) Consulter tous les dossiers des années 1945-50 de L’Humanité, car le P.C. doit posséder ces archives au complet.
d) Pour le Congrès de Bamako, Odru doit avoir toute la documentation.
e) D’Arboussier aussi peut être d’un grand secours.

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique