La politique intérieure d’Houphouët-Boigny
Annexe I

ENTRETIEN AVEC MAÎTRE STIBBE

Entrevue avec Maître Stibbe le 14 jan­vier 1976
en com­pa­gnie de Gilbert Comte

(Notes trans­cri­tes dans l’heure qui suivit la ren­contre)

1. Madame Stibbe est arri­vée en Côte d’Ivoire au prin­temps 1949 et y est restée, durant son pre­mier séjour, jusqu’en octo­bre. Durant cette période, elle habi­tait chez Houphouët à Treichville. Houphouët par­ti­ci­pait régu­liè­re­ment aux réu­nions du groupe d’études com­mu­niste. Mieux, il fai­sait repro­che à Mme Stibbe, qui n’était pas membre du P.C., de refu­ser d’y par­ti­ci­per.

2. « La pre­mière fois que j’ai ren­contré Houphouët, dit-elle, il m’a déçue. Je m’atten­dais à voir un Lénine afri­cain et je n’avais en face de moi qu’un poli­ti­cien de vil­lage. Il n’avait pas d’enver­gure. Il était plus malin qu’intel­li­gent. Selon moi, d’Arboussier ou Ouezzin étaient intel­lec­tuel­le­ment supé­rieurs à Houphouët ».

3. Alloh Jérôme avait repré­senté le R.D.A. au Congrès de la Paix à la salle Pleyel (prin­temps 1949) et était rentré en Côte d’Ivoire avec Madame Stibbe.

4. Les causes du désap­pa­ren­te­ment :

a) - Peur phy­si­que d’Houphouët, impres­sionné par l’assas­si­nat de Biaka Boda. C’était pour­tant un homme effacé : il a été assas­siné pour frap­per pré­ci­sé­ment l’esprit des lea­ders du R.D.A. Après l’affaire de Dimbokro, Houphouët n’est pas sorti des semai­nes durant de Yamoussoukro.
- Ou peur phy­si­que d’aller en prison, de perdre sa liberté, de vivre dans la pro­mis­cuité comme cela se pas­sait à la prison de Grand Bassam.
- Peur aussi de la des­truc­tion pos­si­ble du R.D.A. dont les cadres avaient payé un lourd tribut à la répres­sion et se trou­vaient en prison. Seul Coffi Gadeau n’avait pas été arrêté et était le grand patron du R.D.A. durant la période de la répres­sion.

b) Les mala­dres­ses du P.C. qui don­nait trop de direc­ti­ves à Houphouët alors que ce der­nier, imbu de sa per­sonne de “chef” - et pas seu­le­ment de chef cou­tu­mier - et de grand leader, se mon­trait réti­cent

1 2 3 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique